Articles Populaires

Choix De L'Éditeur - 2020

Comment traiter le papillomavirus humain (HPV) chez l'homme?

Le papillomavirus est un virus qui n'infecte que les humains et provoque des changements irréversibles dans les tissus épithéliaux. Les statistiques indiquent qu'aujourd'hui environ 30% des Russes souffrent du papillomavirus humain (HPV).

Dangereux et oncogène, le VPH peut provoquer le développement d'un cancer et perturber le fonctionnement normal du corps d'un homme. Comment cette maladie se transmet-elle, comment est-elle traitée et que faut-il faire pour ne pas devenir son porteur?

Causes et transmission de la maladie

Un homme peut être infecté par le papillomavirus de l'une des manières suivantes:

  1. Sexuellement lors de tout contact sexuel (oral, anal ou traditionnel). Certaines espèces de papillomavirus (types 16 et 18, types cancérigènes) sont généralement à risque de transmission sexuelle chez les hommes et les femmes.
  2. Grâce à l'utilisation d'articles ménagers courants, de vêtements, de toilettes et d'une salle de bains. Le virus peut être transmis par la salive, la vaisselle, les baisers. Il y a des cas fréquents de virus pénétrant dans le corps par des mains sales. En outre, on ne peut pas exclure la probabilité d'infection dans les lieux publics - bains, gymnases.
  3. De la mère pendant la grossesse au placenta. Dans le même temps, des papillomes peuvent être trouvés chez l'enfant dans les passages des organes internes, de la trachée, des bronches, etc.
  4. À l'accouchement. Dès le premier jour de la vie, un homme peut être porteur du papillomavirus si, lors de l'accouchement, il est entré en contact avec des tissus infectés du vagin de la mère (lors de l'accouchement naturel). Des cas fréquents d'infection sont observés si le nouveau-né avale le col ou le vagin de la mère pendant l'accouchement.
  5. Avec transfusion sanguine et autres procédures médicales. Recevant du sang infecté, un homme devient également porteur du virus. Il y a des cas fréquents d'infection par un instrument médical mal stérilisé.

Voici comment obtenir le papillomavirus.

Les causes de la maladie

L'agent causal du papillomavirus chez l'homme est extrêmement petit, ce qui lui permet de pénétrer librement dans le corps même à travers des lésions microscopiques sur la peau ou les muqueuses. Il existe plusieurs façons de transmettre le virus:

  1. Méthode sexuelle. Dans le même temps, le virus peut pénétrer dans le corps masculin non seulement avec le sexe traditionnel, mais aussi avec d'autres types de sexe. L'infection à papillomavirus chez les hommes d'orientation sexuelle non traditionnelle peut se produire lors d'un contact anal. En raison du traumatisme élevé des muqueuses, le risque d'infection par le VPH augmente considérablement.
  2. Méthode d'infection domestique. Une telle opportunité de contracter le virus est due au fait qu'il est capable de maintenir sa viabilité pendant longtemps dans un environnement chaud et humide. Par conséquent, la probabilité de contracter le VPH est élevée chez ceux qui visitent souvent les bains et les saunas. Une infection peut également pénétrer dans le corps lors de l'utilisation d'une serviette avec une personne infectée.

Une conférence sur la maladie est donnée par le dermatovénérologue Alexei Yuryevich Putintsev:

  1. De la mère au bébé lors de son passage dans le canal génital.
  2. Par le sang (pendant une intervention chirurgicale, une transfusion sanguine, un traitement dentaire, pendant une manucure, etc.)

Un risque accru d'infection par le VPH chez un homme apparaît s'il change souvent de partenaire sexuel et néglige l'utilisation de méthodes de contraception de barrière. Bien que les médecins disent qu'un préservatif n'est pas en mesure de donner une garantie à 100% pour empêcher la transmission du virus, car il a des dimensions microscopiques et est capable de pénétrer les pores du latex. En outre, il ne faut pas oublier que le VPH en petite quantité peut être présent dans la salive, de sorte qu'un homme peut en être infecté même par un baiser. Le virus du papillome n'est pas transmis par les gouttelettes en suspension dans l'air.

Le risque d'infection est plus élevé chez les hommes qui ont de mauvaises habitudes ou un système immunitaire affaibli, par exemple, après un traitement prolongé avec des médicaments antibactériens.

Qu'est-ce que le virus du papillome chez les hommes

Qu'est-ce que le VPH chez un homme? Cette infection par des verrues anogénitales (vénériennes) se produit sur la peau et les organes génitaux muqueux (externes), ainsi que sur l'urètre ou la région périanale.

Le VPH chez l'homme se manifeste le plus souvent en raison de l'activité sexuelle. C'est la principale raison pour laquelle le virus pénètre dans l'organisme. Beaucoup moins souvent, l'infection survient au sein du ménage:

  • à travers des vêtements sales (qui étaient déjà portés par une personne malade),
  • contact avec les muqueuses ou la peau du patient,
  • grâce à des articles d'hygiène personnelle.

Pour ces raisons, l'utilisation de préservatifs (méthodes de contraception barrière) ne peut pas protéger complètement le virus de la «pénétration» dans le corps. On pense que jusqu'à 80% des hommes étaient précédemment infectés ou souffrent actuellement de la maladie. Certaines sources indiquent un pourcentage significativement inférieur de HPV infecté. Cependant, le nombre total de personnes malades ou jamais malades est très élevé.

Types de virus d'oncogénicité

Aujourd'hui, les experts ont identifié environ 600 papillomavirus humains, répartis en 40 espèces systématiques. Cependant, seuls certains d'entre eux sont dangereux pour la santé humaine.

La Classification internationale des maladies de la CIM-10 attribue le code B00.7 au papillomavirus humain.

Dans les régions génitales et périanales, des excroissances de plus de 40 souches sont causées, mais le plus grand danger ne réside pas dans l'effet cosmétique, mais dans la probabilité que les tumeurs dégénèrent en formations malignes. Chaque espèce a son propre degré d'oncogénicité. Dans cette mesure, ils sont répartis dans les groupes suivants:

  • non oncogène (ne provoque presque jamais de cancer)
  • faible oncogène (provoquer des processus malins dans de rares cas)
  • oncogène (provoquent relativement souvent le début du processus de cancer).

Il est bien établi que même les groupes hautement oncogènes sont plus susceptibles de provoquer des tumeurs malignes en présence d'une prédisposition génétique, et pour les hommes qui n'ont pas une telle prédisposition, le risque est minimisé.

Causes d'occurrence

Une fois dans le corps, le virus peut ne pas se manifester pendant longtemps. Un homme est son porteur. L'agent pathogène est activé dans les situations suivantes:

  • avec affaiblissement des défenses de l'organisme dans le contexte d'une baisse de l'immunité,
  • avec des maladies sexuellement transmissibles,
  • avec des stress fréquents, une surcharge émotionnelle et physique.

Les cas décrits ci-dessus permettent aux bactéries nocives de se concentrer sur une zone du derme ou de la muqueuse, de modifier la structure de l'épithélium et d'apparaître sous forme de papillomes.

Papillomavirus: types et génotypes

Aujourd'hui, le papillomavirus est l'une des infections les plus courantes qui peuvent être transmises sexuellement. Si la science ne connaît que 150 espèces de papillomavirus humain, seules 34 d'entre elles peuvent être génitales et transmises par voie sexuelle.

Selon le degré de risque oncogénique (la capacité de provoquer le cancer et l'état précancéreux), les virus sont divisés en groupes à risque sûrs et à risque faible ou élevé.

Types de papillomavirus sûrs du point de vue oncogène:

Types de papillomavirus humain à haut risque de développer un cancer (oncogène):

Types de papillomavirus à faible risque de développer un cancer:

Le papillomavirus humain des types 1 à 5 est considéré comme cancérogène, cependant, ces 5 types, ainsi que les 7, 10, 12 et 14, 15, 17, du 19 au 24, 26-27, 29 et 57, provoquent l'apparition de néoplasmes verruqueuses sur les tissus corporels. Un groupe de types à faible risque provoque généralement la croissance de verrues génitales, rarement trouvées chez les patients atteints de cancer. Un groupe à haut risque provoque généralement un carcinome.

Les organes génitaux d'un homme affectent généralement les 6e, 11e et 13e génotypes, 16e type, 18e, 31e, 33e et 35e, provoquant l'apparition de papillomes génitaux et de verrues génitales sur le pénis. Si un homme a le virus du papillome humain 16, 18, 31, 33, 56 et 66, 70 du génotype, il court un risque accru de développer un cancer des organes génitaux. Étant porteur de l'un des types de virus énumérés, un homme doit être examiné régulièrement par un médecin et faire des tests pour les marqueurs tumoraux afin d'arrêter le développement d'une maladie dangereuse à temps.

Chacun de ces types de papillomavirus humain peut être obtenu par un homme à partir de son partenaire sexuel ou par des moyens domestiques, ainsi qu'il peut infecter d'autres personnes.

Symptômes

Une fois que le virus du papillome est dans le corps humain, il peut ne pas se manifester très longtemps (parfois jusqu'à dix ans), étant dans un état inactif. Une forte immunité peut empêcher la manifestation du VPH sur le corps. Si le système immunitaire fonctionne à un moment donné, le corps de l'homme montre des signes de VPH. À la suite de l'activation du virus, il s'accumule à un certain endroit, perturbant le fonctionnement des cellules épithéliales.

Selon le type de virus dont la personne a été infectée, les éléments suivants apparaissent sur son corps:

  • Les papillomes sont des excroissances qui ont une teinte, comme la peau d'une personne ou brune. Leur particularité est la surface narinée. Ils sont principalement diagnostiqués sur la peau du visage ou la plante des pieds.
  • Verrues génitales - ressemblent extérieurement à une colonne avec une jambe étroite. Il existe des néoplasmes simples ou multiples, grands ou petits. Le plus souvent, l'anus et les organes génitaux masculins (pubis, testicule, etc.) sont affectés.

  • Une verrue génitale en apparence ressemble à une inflorescence de chou-fleur ou à une crête de coq. Ces excroissances sont capables d'émettre une odeur désagréable et de perturber l'écoulement de l'urine.
  • Les condylomes plats sont considérés comme les formations les plus dangereuses qui entraînent une déformation des tissus. Des démangeaisons et une sensation de brûlure de ces excroissances sont souvent notées.
  • Les papillomes intraépithéliaux sont similaires à plats, mais diffèrent par leur croissance dans les tissus.

Quel est le danger du VPH pour les hommes

Les verrues et les papillomes apparents ne peuvent pas être coupés ou arrachés délibérément à la peau. Pour cette raison, les effets indésirables du VPH peuvent apparaître et les symptômes chez les hommes - la verrue démange, fait mal, s'intensifie parfois considérablement. Pour cette raison, les néoplasmes apparaissent en plus grand nombre, le processus de «malignité» (malignité) du néoplasme peut commencer.

Voies d'infection

Pour être activé dans le corps, l'agent pathogène doit pénétrer dans les cellules et s'activer. Mais pas toujours un contact avec l'agent pathogène signifie le début de la maladie. Cela dépend du degré de résistance du système immunitaire aux agents viraux: parfois, même avec un contact quotidien, la protection peut être si efficace que la maladie ne se développe pas.

Il existe quatre voies principales de transmission d'un agent infectieux:

  • Contact sexuel. Ce chemin est implémenté le plus souvent et est un classique. L'agent causal est également susceptible d'envahir le tissu épithélial dans tous les types de relations sexuelles: vaginales, orales ou anales. De plus, la transmission du virus se produit avec le même succès sans rapports sexuels et lors des baisers.
  • Contact de manière domestique. La méthode de transmission la plus rare. Étant donné que le virus est capable de vivre pendant une courte période après avoir quitté le corps dans l'environnement extérieur, en présence de blessures mineures sur la peau, il peut envahir lors de l'utilisation d'objets personnels d'une personne malade (vaisselle, literie ou sous-vêtements, articles personnels). Les toilettes publiques, les véhicules, les saunas sont des zones de danger accru d'infection par le virus du papillome humain, car l'agent pathogène se trouve dans tous les fluides physiologiques.
  • Transmission mère-enfant. L'infection survient pendant la période périnatale ou lorsque le fœtus passe par le canal de naissance. La transmission du virus n'est pas nécessaire, même dans le cas d'un titre élevé de la présence de micro-organismes chez la mère, parfois aucune infection n'est observée.
  • Auto-infection. Propagation secondaire de l'infection sur le corps du patient lors du rasage ou après le transfert manuel du microbe de la lésion vers de nouveaux foyers.

Les experts estiment que le papillomavirus est présent dans les organismes de 50% des personnes, mais dans la plupart des cas, il prend la forme d'un portage et ne provoque pas l'apparition de symptômes.

Facteurs qui augmentent la probabilité d'infection par le virus du papillome:

  • rapports sexuels précoces,
  • changement fréquent de partenaires sexuels et négligence des méthodes de contraception barrière,
  • 17-25 ans (activité sexuelle maximale),
  • rapports sexuels avec un partenaire qui a déjà souffert de maladies sexuellement transmissibles (en raison de la forte association du VPH avec d'autres maladies sexuellement transmissibles),
  • toutes les maladies avec un cours chronique,
  • prendre des glucocorticostéroïdes ou des cytostatiques (agents antitumoraux),
  • obésité
  • dysfonction thyroïdienne,
  • altération du métabolisme de l'insuline,
  • manque de vitamines, en particulier du groupe B.

Toute détérioration de l'immunité et des facteurs immunosuppresseurs augmente considérablement les chances d'introduction et d'activation du pathogène dans l'organisme.

Signes et caractéristiques de la manifestation du VPH chez les hommes

Le principal signe de la présence du virus du papillome humain est l'apparition de verrues, de papillomes et de verrues génitales sur la peau et les muqueuses du corps. Les verrues et les papillomes ne constituent pas une menace claire pour la santé humaine, tandis que les condylomes situés dans la région génitale et l'ouverture anale peuvent causer des dommages importants.

Au stade initial de l'infection, un homme peut ne pas être conscient de la présence du VPH dans le corps. L'infection dort et ne se manifeste pas lorsque le système immunitaire fonctionne correctement. Dès qu'il s'affaiblit, le virus est activé, des excroissances apparaissent sur le corps.

Avec la pénétration du HPV dans la membrane muqueuse des ouvertures externes de l'urètre ou du rectum, des verrues génitales se forment.

Les conséquences

Les conséquences de l'introduction du HPV dans le corps masculin peuvent être très différentes et dépendent du type de micro-organisme. Les plus dangereux (hautement oncogènes) sont le HPV 51, le HPV 52 et le HPV 56, qui peuvent dégénérer en tumeur cancéreuse.

Le développement d'un cancer avec infection

La défaite du papillome de l'urètre peut se propager rapidement à l'intérieur de l'urètre et peut même pénétrer dans la vessie. Dans ce cas, il y a un blocage de l'urètre, une violation de l'écoulement de l'urine et du fonctionnement du système urinaire.

Les formations qui apparaissent dans la région génitale deviennent souvent malignes. Le risque de développer une tumeur maligne du rectum est plus élevé chez les hommes qui pratiquent le sexe alternatif. Avec un contact oral, les papillomes peuvent affecter la gorge.

Quelle est la fréquence des problèmes de santé liés au papillomavirus chez les hommes?

Dans la CEI, environ 1% des hommes sexuellement actifs ont des verrues génitales au moins une fois dans leur vie.

On observe chaque année dans la CEI environ:

  1. 400 hommes atteints d'un cancer du pénis,
  2. 1 500 hommes atteints d'un cancer de l'anus
  3. 5 600 hommes atteints d'un cancer de l'oropharynx, mais bon nombre de ces cas sont causés par le tabagisme et la consommation d'alcool plutôt que par le VPH.

Certains hommes sont plus sujets à la maladie du papillomavirus humain.

Ce sont des hommes à orientation homosexuelle et bisexuelle. Parmi eux, 17 fois plus de cas de cancer de l'anus.

Les personnes dont le système immunitaire est faible, y compris celles infectées par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), sont plus susceptibles de souffrir d'un cancer de l'anus. Les hommes infectés par le VIH sont également plus sujets à une manifestation plus grave sous la forme de verrues, qui sont plus difficiles à éliminer.

Comment se développe la maladie

Après ingestion, le micro-organisme pénètre dans la circulation sanguine et se propage dans tout le corps.Immédiatement après son introduction dans les cellules cibles, il commence à intégrer activement son brin d'ADN dans l'hélice cellulaire. L'ADN viral comprend un nouveau programme génétique dans la cellule conçu pour une division rapide. En raison de divisions illimitées, des excroissances caractéristiques du virus du papillome humain apparaissent sur la peau.

L'évolution de la maladie est divisée en plusieurs étapes:

  • Période latente (cachée). Il n'y a aucun symptôme pendant la période d'incubation, de sorte que le patient lui-même ne connaît pas le début de l'infection. Malgré l'absence de manifestations cliniques, un homme est capable d'infecter un partenaire pendant les rapports sexuels. La période d'incubation dure de quelques mois à plusieurs années jusqu'à ce que le système immunitaire subisse un stress.
  • Le début de la phase active. À ce stade, l'agent pathogène augmente tellement sa présence dans les cellules du corps qu'il provoque l'apparition des premiers symptômes.
  • Stade de progrès actif. Toutes les manifestations de cette période se produisent de façon très marquée et augmentent intensément.

Après avoir atteint un maximum clinique, la maladie se développe dans l'une des directions possibles:

  • auto-guérison complète du corps avec disparition définitive de tous les signes d'infection,
  • ralentir l'écoulement ou arrêter le développement des excroissances (l'infection ne passe pas, mais ne progresse pas non plus)
  • progression rapide de tous les symptômes, survenue d'une infection secondaire, augmentation de la zone des lésions,
  • transition vers une évolution maligne.

Facteurs et groupe de risque

La maladie est le plus souvent diagnostiquée chez les hommes en âge de procréer, au plus fort de l'activité sexuelle, âgés de 18 à 45-50 ans. Mais en médecine, il y a eu des cas d'infection à un âge précoce, lorsque le virus a pénétré le corps des jeunes à travers le ménage.

En outre, la maladie se manifeste si un homme présente des affections concomitantes du système génito-urinaire, des reins, des organes digestifs, des vaisseaux sanguins et du foie. L'activité du virus provoque une utilisation prolongée de certains médicaments, par exemple les immunosuppresseurs, les glucocorticoïdes et les cytostatiques. Ils sont obligés d'accepter des patients souffrant de pathologies tumorales, de maladies allergiques et rhumatismales sévères.

Le VPH survient souvent chez les hommes qui changent souvent de partenaire sexuel, n'utilisent pas de méthodes de contraception de barrière, ont de mauvaises habitudes et une faible immunité.

A propos de l'évolution de la maladie, de ses symptômes et de ce qui est dangereux

Une fois dans le corps d'un homme, le virus du papillome est dans un état latent depuis assez longtemps - la période d'incubation est de 15 jours à un an et peut parfois durer plusieurs années. La maladie elle-même se déroule généralement secrètement et asymptomatiquement. Souvent, un homme peut être infecté par plusieurs types de virus à la fois, dont l'un inhibe parfois le développement des autres.

En raison de l'influence de facteurs qui affaiblissent le système immunitaire, le virus du papillome s'active, commence à se multiplier et se manifeste sous forme de tumeurs sur la peau et les muqueuses du corps et des organes génitaux (souvent sur le gland du pénis). Chez 9 hommes sur 10, le corps se guérit indépendamment en un an; dans les 10% restants, la maladie peut passer au stade chronique avec des manifestations périodiques sous forme de verrues, papillomes et verrues génitales. Selon le type de virus obtenu, ces néoplasmes peuvent devenir malins.

Un pronostic précis en présence d'un virus du papillome chez un homme ne sera donné par aucun médecin: un diagnostic précis du type de virus est nécessaire. En présence de virus de type 1-5, le pronostic est favorable - ces types de HPV ne sont pas dangereux. Si un homme est porteur du groupe des virus oncogènes, le pronostic se dégrade rapidement: les risques de transition de l'infection vers une forme chronique et d'apparition de cancer sont élevés.

Causes d'infection et de transmission du virus

L'infection à papillomavirus n'apparaît chez l'homme qu'après infection d'une autre personne. L'infection se produit de trois manières - pendant les rapports sexuels, de la mère à l'enfant pendant l'accouchement, par les moyens du ménage de contact.

Les portes d'entrée pour l'infection sont des lésions microscopiques sur la peau ou les muqueuses qu'un homme peut ne pas voir. Ces microfissures sont normales lors d'un contact sexuel. Dans une plus grande mesure, ils surviennent dans l'anus. Dans un plus petit, la muqueuse vaginale est affectée. Le col de l'utérus en présence d'érosion à 100% est affecté par le VPH. La tête du pénis est la moins sensible aux blessures.

Le VPH peut être infecté sans intimité. L'infection pénètre facilement dans le corps dans les lieux publics. Voies de transmission courantes des ménages:

  • l'utilisation d'articles d'hygiène d'autrui (serviettes, débarbouillettes, rasoirs, ciseaux, pincettes),
  • portant les vêtements et les chaussures de quelqu'un d'autre,
  • Partager des plats
  • marcher pieds nus sur la plage
  • piscines
  • bains, saunas, vestiaires sportifs,
  • manque de stérilisation des outils de salon,
  • des poignées de main avec des porteurs au stade d'exacerbation de la maladie,
  • toucher les excroissances du porteur.

Le papillomavirus humain est une maladie infectieuse contagieuse. Pas une seule personne sur la planète n'est à l'abri d'une infection. Le renforcement de l'immunité élimine la possibilité d'activation du VPH. L'apparition de croissances est observée après une maladie prolongée, la prise d'antibiotiques, l'hypothermie et le stress. Cela peut se produire en raison d'une carence en vitamines, d'un stress mental et physique débilitant, de troubles hormonaux. La consommation d'alcool et le tabagisme ne font qu'augmenter la probabilité d'immunodéficience.

Diagnostics

Pour établir un diagnostic final et déterminer le type de virus, vous devez effectuer un test HPV, qui est prescrit après un examen et des antécédents médicaux. Le diagnostic du VPH chez l'homme repose sur:

  1. Grattage et frottis de l'urètre.
  2. Test PCR, qui permet d'identifier le type d'agent pathogène par l'ADN et sa quantité dans le corps d'un homme. Cela nécessite un prélèvement sanguin, une sécrétion de la prostate ou un frottis de l'urètre.
  3. Biopsies - examen d'un échantillon de tissus prélevé lors de l'ablation du condylome.

Plus en détail, quels tests devraient être effectués avec le VPH, dit l'urologue Sergei Gennadevich Lenkin:

  1. Uréthroscopie, qui permet d'examiner visuellement les changements possibles qui se produisent dans l'urètre d'un homme.
  2. Pour les homosexuels, il est recommandé de passer un test HPV, qui est pris directement de la zone anale, où des papillomes peuvent survenir.

Quels sont les signes et symptômes du virus du papillome chez l'homme?

La plupart des personnes infectées ne présentent jamais de symptômes.

Mais ceux qui ont des problèmes de santé devraient rechercher des signes et des symptômes:

Verrues génitales:

  • Un ou plusieurs sont originaires du pénis, des œufs, de l'aine, des cuisses, de l'anus ou à côté.
  • Peut être localisé seul et en groupe. Ils peuvent être élevés ou, au contraire, être au niveau de la peau autour. Il existe des verrues sous forme de chou-fleur. Habituellement, ils ne causent aucun inconvénient.
  • Peut apparaître après des semaines et des mois après le rapport sexuel.

Cancer de l'anus:

  • Parfois, il n'y a aucun signe.
  • Saignement, douleur, démangeaisons ou écoulement de l'anus.
  • Gonflement des ganglions lymphatiques dans l'anus ou l'aine.
  • Changements dans le comportement intestinal ou les selles.

Cancer du pénis:

  • Premiers signes: décoloration, épaississement de la peau ou croissance des tissus.
  • Manifestations tardives: le pénis est enflé ou enflammé. Habituellement, la douleur ne se produit pas, mais dans certains cas, un membre enflammé peut blesser et saigner.

Différents types de cancer oropharyngé:

  • Maux de gorge ou maux d'oreille qui ne vont nulle part.
  • Toux persistante.
  • Douleur ou difficulté à avaler et à respirer.
  • Perte de poids.
  • Enrouement ou changement de voix qui dure plus de deux semaines.
  • La croissance sur le cou.

Complications de la maladie

La complication principale et la plus dangereuse du virus du papillome est le cancer - le VPH peut provoquer le développement d'un cancer de la prostate, du pénis et du rectum (cette dernière complication est typique des hommes qui pratiquent des relations homosexuelles).

En outre, le virus peut provoquer la croissance de néoplasmes dans diverses parties du corps, compliquant les processus physiologiques: dans l'urètre, le nasopharynx, la trachée, les bronches et d'autres canaux du corps.

Malheureusement, les sensations douloureuses et la perturbation du fonctionnement normal du corps sont garanties.

Un virus dans le corps est-il dangereux pour l'homme et ses conséquences possibles

Le danger du VPH dépend de la souche qui est entrée dans le corps d'un homme. La médecine moderne distingue 4 types de génotypes - non oncogènes, à faible degré, à degré moyen, hautement oncogènes. Les premiers sont pratiquement inoffensifs pour le corps humain. Il s'agit notamment des verrues ordinaires, des papillomes suspendus, des excroissances plantaires. Le danger ne peut être présenté qu'en cas de croissance abondante, lorsque l'intégrité du tissu cutané est violée. Ceci est le plus souvent observé chez les personnes présentant une immunodéficience sévère. Le plus souvent, des verrues simples apparaissent et ne provoquent qu'un inconfort esthétique.

Les souches oncogènes se caractérisent par le développement de croissances dans la région génitale et l'anus. Ce phénomène peut être considéré comme dangereux. Les dommages aux verrues génitales entraînent une infection bactérienne. Un homme est blessé lorsqu'il visite les toilettes. Des impuretés sanguines peuvent être présentes dans la décharge.

Sans traitement complet en temps opportun, vous pouvez rencontrer un certain nombre de conséquences désagréables et dangereuses:

  • inflammation génitale,
  • maladies bactériennes du système génito-urinaire,
  • croissance des formations - papillomatose,
  • miction douloureuse, selles fécales,
  • dommages à l'intégrité de la peau et des muqueuses de la zone intime.

Les hommes ont eu plus de chance que les femmes, ils ont beaucoup moins de risques de cancer. Selon les statistiques, pour 3 femmes malades, il y a 1 homme. Mais il n'est pas recommandé d'exclure la probabilité de développer une maladie dangereuse et de refuser un traitement complet.

Comment traiter le VPH chez les hommes?

Les médecins distinguent le traitement conservateur et chirurgical du papillome chez les hommes. Parfois, une thérapie peut ne pas être nécessaire, car le système immunitaire lui-même détruit le virus et ne lui permet pas de se développer, affectant les tissus du patient.

Si un test HPV chez un homme montre la présence d'un virus dans le corps, le médecin prescrira un traitement avec de tels médicaments:

  • Les immunomodulateurs sont des médicaments qui peuvent renforcer les défenses de l'organisme et en même temps inhiber le développement de diverses formations. Ces médicaments comprennent: "Allokin-alpha", "Viferon", "Isoprinazine", "Genefron", etc. Ils peuvent être prescrits sous forme de comprimés ou de suppositoires rectaux.
  • Médicaments qui stimulent la production par l'organisme de ses propres interférons (Cycloferon, Indinal, Amiksin).
  • Traitement avec des médicaments cytostatiques qui empêchent la division des cellules affectées par le virus du papillome ("Condilin", "Podophyllum", etc.). Ils sont disponibles sous forme de pommades ou d'autres préparations topiques.

Le prix moyen en pharmacie d'un tube de gel de viferon est de 150 roubles

Seul un médecin peut recommander le traitement du VPH avec un médicament particulier après un diagnostic complet et une détermination du type de virus. Cela est dû au fait que certains d'entre eux peuvent provoquer la dégénérescence des cellules en formations malignes. En outre, les médecins ne recommandent pas l'automédication et l'utilisation de remèdes populaires.

Le traitement destructif des papillomes peut être effectué en utilisant:

  1. Électrocoagulation, lorsque l'élimination de la croissance est effectuée à l'aide d'un courant électrique. En conséquence, le papillome disparaît et la plaie reste à sa place. Après quelques semaines, une telle blessure est retardée.
  2. Cryodestruction - traitement en appliquant de l'azote liquide sur le papillome.
  3. Une méthode de traitement par ondes radio qui implique l'utilisation d'un couteau radio. Cette méthode est indolore et assez efficace.

La dermatovénologue Natalya Anatolyevna Ryzhkova raconte la procédure d'électrocoagulation:

  1. L'utilisation d'un laser. Cette méthode est aujourd'hui la plus populaire, car elle élimine non seulement la pathologie, mais empêche également le développement de rechutes.
  2. Traitements par excision chirurgicale du papillome lorsqu'un scalpel est utilisé pour éliminer la formation. Cette technique est utilisée pour identifier les papillomes à forte probabilité de dégénérescence tissulaire en tumeur maligne. Après la chirurgie, les hommes ont des cicatrices et des cicatrices.

Le traitement d'un virus à oncogénicité élevée mérite une attention particulière, car près de 70% des patients diagnostiqués avec un cancer du côlon ou des organes du système reproducteur avaient des antécédents de détection du virus du papillome. Dans ce cas, une thérapie symptomatique du virus est utilisée, ce qui permet de supprimer les manifestations de son activité vitale, car il n'y a pas de traitement spécial pour la maladie.

Types et classification du papillomavirus humain

De nombreuses études ont identifié plus de 100 types de virus.
Certains d'entre eux ne constituent pas une menace sérieuse pour la santé, mais certains doivent être pris avec le plus grand sérieux, car ils peuvent provoquer le développement de tumeurs malignes.

La classification oncogène du virus est divisée en 3 types:

  • 1er groupe (1, 2, 3, 4, 5 sous-espèces de HPV est un groupe non oncogène qui ne provoque pas le développement de tumeurs),
  • 2e groupe (6, 11, 42, 43, 44 HPV a un faible risque de cancer, mais des mutations sont possibles avec d'autres facteurs dans lesquels le risque augmente),
  • 3ème groupe (HPV 16, 18, 31, 33, 35, 39, 45, 51, 52, 56, 59, 68 sont très actifs dans le développement des cellules cancéreuses, le plus souvent le cancer de la vessie chez l'homme).

Dans tous les cas, il est important de comprendre avec quel type de virus le corps est infecté, pour les étapes ultérieures du traitement.

Formations endophytes

Ces formations poussent profondément dans l'épithélium ou la peau, donc parfois elles sont mal visibles lors des examens. Ils peuvent être situés à la fois sous la surface du tégument et pénétrer à une profondeur suffisante. Ils ont une jambe ou une colonne vertébrale qui, avec le temps, ont tendance à s'allonger.

Les endophytes sont représentés par des verrues intraépithéliales qui affectent les couches profondes du tissu cutané. Ces verrues se trouvent le plus souvent dans l'aine. Ils ont une pointe convexe, des bords lisses et une couleur qui ne diffère pas du reste de la peau. Après l'apparition, ils ne provoquent pas de douleur, de démangeaisons ou d'autres malaises. En plus de la zone inguinale, ils peuvent être localisés sur les pieds ou la peau des paumes.

Danger pour les femmes en contact avec le transporteur HPV

Le papillomavirus est plus dangereux pour les femmes que pour les hommes. Le facteur oncogène est rare chez l'homme. Souvent, une personne infectée est un «référentiel» d'infection.

Le plus grand risque de papillomavirus pour les femmes est que, parfois, une infection entraîne le développement d'un cancer du col de l'utérus. Ce résultat n'est pas possible avec tous les types d'infection. Les plus dangereux sont 16 et 18 types de papillomavirus. Dans 70% de tous les cas de cancer de l'utérus, ces types de virus sont les «coupables».

De plus, en raison d'une infection, le développement d'une tumeur maligne à d'autres endroits est possible. Le lien entre le virus et le cancer de la vulve, de l'oropharynx et de l'anus a été prouvé.

Pourquoi souvent un homme n'est porteur que du virus

Les corps féminin et masculin sont également affectés par le VPH. Les hommes sont plus susceptibles de transmettre la maladie que de faire face à des symptômes externes. Ceci est difficile à expliquer, le sexe fort est sujet à l'apparition de formations virales dans la région de l'aine.

Les femmes sont sujettes à des changements dans le corps. Une diminution de la défense naturelle chez la femme est observée avant chaque menstruation, au stade du déséquilibre hormonal, pendant la grossesse.Pour cette raison, les femmes présentent souvent des signes de candidose. Peu importe le développement d'un cancer. Le principal facteur est l'endommagement de l'épithélium cervical dans la zone d'érosion (plaies non cicatrisantes), le HPV est introduit et se sent assez à l'aise. L'érosion est convertie en dysplasie, le HPV accompagne le processus de malignité du col de l'utérus.

Un homme est moins susceptible de contracter le papillomavirus, car la structure de l'organe génital assure l'intégrité de la peau. Le pénis souffre moins de frottements lors du contact que le vagin féminin. L'exception est les homosexuels passifs, dont le risque d'infection est plus élevé que celui des femmes.

La prévention

Le VPH est considéré comme une maladie plutôt insidieuse, du fait qu'il ne peut se faire sentir très longtemps, sans provoquer de symptômes caractéristiques et conduire au développement d'une tumeur cancéreuse. Par conséquent, les médecins recommandent aux hommes d'observer certaines mesures préventives:

  • Évitez les rapports sexuels aléatoires et utilisez toujours un préservatif dans de tels cas.
  • Faites-vous vacciner contre le virus du papillome. Ce vaccin est apparu récemment, donc peu de gens le connaissent. La vaccination consiste en 3 injections à intervalles réguliers. Cependant, le vaccin ne peut protéger un homme que contre certains types de virus.

L'urologue Karaman Sergeyevich Abramov parle de l'hygiène intime masculine:

  • Faites-vous tester régulièrement pour le VPH.
  • Respectez l'hygiène intime, n'utilisez pas d'objets d'autres personnes: serviettes, sous-vêtements, objets pointus.

Il est presque impossible de guérir complètement la maladie, cependant, se débarrasser de ses principales manifestations est bien réel. Pour ce faire, vous devez renforcer le système immunitaire, éviter les relations sexuelles accidentelles, abandonner les mauvaises habitudes et consulter un médecin en temps opportun si des tumeurs sont détectées sur votre corps.

Existe-t-il un diagnostic pour détecter le VPH chez l'homme?

À ce jour, le diagnostic de papillomavirus comporte plusieurs étapes:

  • Examen visuel par un médecin.
  • La collecte de sang et de sécrétions du pénis pour la recherche en laboratoire.

Types de méthodes de diagnostic:

  • Hybridation d'ADN (Digene-Test).
  • PCR (amplification en chaîne par polymérase).

Vous pouvez vérifier votre pénis, votre scrotum ou la zone autour de l'anus pour toute anomalie. Si vous trouvez des verrues, des cloques, une inflammation, des ulcères, des taches blanches ou d'autres zones anormales sur le pénis, vous devriez consulter un médecin. Il est préférable de le faire même si les zones suspectes ne causent pas de douleur.

Comment le VPH se transmet-il aux hommes?

Le papillomavirus est la maladie la plus courante entraînant une infection des voies génitales. La plupart des personnes ayant une vie sexuelle complète sont infectées par le VPH. Cependant, dans de nombreux cas, l'infection «disparaît» d'elle-même en un an ou deux. De plus, certaines personnes sont infectées plusieurs fois au cours de leur vie. Le contact sexuel peut être vaginal, oral ou anal.

Quelle que soit la façon dont le papillomavirus humain a été transmis à un homme, ses symptômes ne peuvent apparaître qu'après quelques années. Par conséquent, il n'est pas toujours possible de comprendre quand l'infection s'est produite. Et toute personne sexuellement active peut être infectée.

Verrues génitales

La papillomatose se manifeste souvent chez l'homme sous la forme de la formation de verrues génitales, qui ont une teinte rose clair ou brun pâle. Extérieurement, les croissances ressemblent à des inflorescences de chou-fleur.

Les condylomes se développent dans la zone de l'anus, le gland du pénis, sur le prépuce, le frein, se forment moins souvent sur la surface interne des cuisses et du pubis. Ils provoquent des symptômes désagréables tels que:

  • douleur pendant la selle, les rapports sexuels,
  • douleur, démangeaisons,
  • inconfort pendant l'éjaculation ou la miction.

Les néoplasmes ont une surface rugueuse, ils sont souvent blessés, et donc une infection secondaire rejoint le HPV.

Comment se débarrasser du papillomavirus ou traiter une maladie

Malgré le haut niveau de développement de la médecine, il n'existe pas de médicament unique capable de faire face au virus du papillome. De plus, le traitement doit être complet, si un homme est porteur du virus du groupe oncogène, son état de santé doit être surveillé en permanence. Tout d'abord, les papillomes qui se développent sur la peau et les muqueuses du corps sont éliminés chirurgicalement - beaucoup de virions (particules virales) s'y accumulent.

À cette fin, un scalpel conventionnel, ainsi que des ondes radio, l'électrocoagulation, le laser et d'autres méthodes peuvent être utilisés. Après l'élimination des néoplasmes du papillomavirus, le tour de la thérapie systémique commence, ce qui augmente la résistance du corps de l'homme à une infection virale: des agents qui renforcent le système immunitaire, des complexes de vitamines et de l'interféron sont prescrits.

Il n'y a pas de régime de traitement unique adapté à chaque patient - la manière de traiter le papillomavirus sera décidée individuellement - tous les médicaments contre lui sont prescrits à différentes doses en fonction du type de virus, de la gravité de ses manifestations, de l'immunité de l'homme, des caractéristiques individuelles et de nombreux autres facteurs.

Méthodes de diagnostic du papillomavirus humain chez l'homme

Une étude diagnostique est une étape importante dans le traitement du VPH. Grâce à un diagnostic rapide, il est possible de déterminer non seulement la présence du VPH, mais également de reconnaître son type, sa concentration ou sa charge sur le système immunitaire.

Les mesures diagnostiques commencent par un examen au bureau d'urologie. En présence de tumeurs de la zone anogénitale, le médecin reconnaîtra facilement le VPH.

Pour confirmer le diagnostic, le patient est soumis à des tests de recherche en laboratoire. Un frottis pour la PCR et du sang pour ELISA est sujet à étude.

La principale analyse pour détecter le VPH est la collecte de cellules. Chez l'homme, le matériau racle l'épithélium de l'urètre. Le médecin insère une sonde spéciale dans le canal urétral, après avoir retiré le biomatériau, le place sur une lame de verre et l'envoie au laboratoire. Pour obtenir des informations fiables, une méthode de criblage et de réaction en chaîne par polymérase est effectuée. En laboratoire, un test Digene est réalisé.

Le dosage immuno-enzymatique (ELISA) est effectué en étudiant le sang. Pour confirmer le diagnostic, un antigène spécifique est détecté - une protéine produite par le système immunitaire en réponse à l'activité infectieuse.

L'examen histologique est réalisé en cas d'oncologie suspectée. Un échantillon de biopsie est un fragment d'un condylome retiré. La structure des tissus est à l'étude. La méthode vous permet d'identifier les changements chez un homme aux premiers stades.

Existe-t-il un remède ou un remède contre le papillomavirus?

Il n'y a pas de médicaments pour ce virus. Il n'y a pas de technologie de traitement (les médicaments et les médicaments ne sont pas en mesure de détruire complètement les cellules du pathogène).

Cependant, il existe des moyens de se débarrasser des problèmes que le VPH cause chez les hommes.

Verrues génitales peut être éliminé par les médicaments, la chirurgie ou la congélation. Certaines de ces méthodes nécessiteront une visite chez le médecin. D'autres peuvent être mis en œuvre indépendamment. Aucune de ces options n'est la meilleure. Cependant, ils peuvent revenir quelques mois après le traitement, donc plusieurs traitements peuvent être nécessaires.

Si les verrues ne sont pas traitées, elles peuvent soit passer par elles-mêmes, soit rester dans le même état, soit croître en nombre ou en quantité. Ils ne se transformeront pas en cancer.

Cancer du pénis, de l'anus et de l'oropharynx peut être éliminé par intervention chirurgicale, radiothérapie et chimiothérapie. Souvent, deux traitements ou plus sont utilisés ensemble. Les patients peuvent décider avec leur médecin des options de traitement qui leur conviennent le mieux.

Verrues

L'apparition de verrues de différents types peut également signaler une papillomatose. Les excroissances affectent non seulement les organes génitaux de l'homme, mais se développent sur les pieds, la peau des membres supérieurs et inférieurs, le visage, le cou et le corps. Les médecins distinguent trois principaux types de verrues en raison de l'activité virale:

  • plats ou vulgaires (formés à l'arrière des paumes, ont des dimensions allant jusqu'à 0,5 cm de diamètre),
  • naevus filiformes ou «suspendus» (se développent dans les aisselles, les paupières, le dos, le cou, la poitrine),
  • kystique ou mosaïque (localisée sur les pieds).

Mesures préventives

La mesure la plus efficace pour prévenir l'infection au VPH est la vaccination. Le "cours du jeune combattant" pour le corps comprend trois injections, qui sont effectuées tous les six mois. Deux vaccins sont autorisés en Russie - le gardasil et le cervarix, qui diffèrent par leur composition: les protéines de papillomavirus des types 16 et 18 sont présentes dans le cervarix, tandis que le gardasil peut protéger contre les HPV types 6, 11, 16 et 18, cependant, sur la recommandation de l'OMS, les hommes ne peuvent être administrés que Vaccin Gardasil, puisque Cervarix n'a pas réussi les essais cliniques sur les représentants du sexe fort.

Le médicament ne peut être administré que par voie intramusculaire dans la cuisse ou l'épaule. Lorsqu'il est introduit dans les muscles fessiers, il existe un risque élevé de pénétrer dans le nerf de la sciatique ou du tissu adipeux. Parfois, l'introduction d'un vaccin provoque une réaction défensive du corps d'un homme - fièvre, maux de tête, faiblesse.

Cependant, le papillomavirus, bien que dangereux, peut être traité. En fin de compte, avec un traitement approprié, le développement du virus peut être supprimé et tous ses symptômes complètement éliminés, privant la maladie de toute chance de rechute. Cependant, seul un dermatologue expérimenté peut sélectionner un traitement après un examen complet d'un homme. Surveillez votre corps, au moindre doute allez chez le médecin et soyez en bonne santé!

Dans la vidéo suivante, le médecin parle du papillomavirus:

Méthodes de traitement du VPH chez les hommes

Le traitement contre le VPH consiste en un ensemble de mesures visant à supprimer l'activité de l'infection et à restaurer le système immunitaire. La thérapie comprend des préparations antivirales, immunostimulantes, vitaminiques et l'élimination des excroissances.

Une méthode populaire pour se débarrasser des verrues est le traitement matériel:

  • excision laser - on brûle la croissance avec un faisceau laser,
  • cryodestruction - destruction du tissu du papillome avec de l'azote liquide,
  • diathermoélectrocoagulation - brûlure due au courant électrique,
  • méthode d'élimination des ondes radio - excision avec un couteau radio.

L'élimination chez l'homme peut être effectuée par exposition à des médicaments pharmaceutiques. Les médicaments sont destinés à un usage domestique. La plupart d'entre eux cautérisent les papillomes, certains ont non seulement des effets kératolytiques, mais également antiviraux.

Les agents antiviraux efficaces pour lutter contre le VPH sont:

  • Isoprinosine,
  • Immunomax
  • Viferon
  • Cycloferon,
  • Allokin Alpha,
  • Groprinosin,
  • Aldara
  • Panavir.

Le médicament est prescrit individuellement par le médecin traitant. Le médecin doit évaluer l'état du patient et les caractéristiques de son corps. L'auto-sélection des médicaments n'est pas souhaitable.

Existe-t-il des moyens de prévention et des moyens de réduire les risques de contracter le VPH?

Vaccin antivirus sûr et efficace (Gardasil) peut protéger les garçons et les hommes des types qui causent la plupart des types de cancer de l'anus et des verrues génitales. Cela se fait en trois étapes pendant six mois.

Préservatifs (s'il est utilisé lors de chaque rapport sexuel, du début à la fin) peut réduire les risques d'infecter un partenaire ou de vous infecter vous-même. Cela réduit également le risque de maladies liées au VPH. Cependant, il convient de se rappeler que vous pouvez infecter les zones qui ne sont pas protégées par un préservatif. C'est pourquoi ce dernier n'est pas en mesure de fournir une protection absolue contre le papillomavirus humain.

Étant donné que ce virus est si commun et généralement invisible, la seule façon de vous défendre est de ne pas avoir de contact sexuel en principe.

Types de VPH chez les hommes

Les types de virus sont une sorte de "sous-espèce" d'infection. Ils sont désignés par les numéros suivants attribués lorsqu'ils sont identifiés. Les principaux types de verrues anogénitales, détectés dans 90% des cas de VPH, ne sont pas oncogènes. Ce sont 11 et 6 "sous-espèces". Cependant, ils sont capables de provoquer l'apparition de formations bénignes dans les voies respiratoires, conduisant à une papillomatose respiratoire.

L'oncologie du pénis a été détectée lors de la manifestation de 7 types de VPH: 16, 18 et 31, 33, 56 et 66, ainsi que 70.

Papillomes sur le pénis et l'aine

Sur le pénis, les verrues génitales sont le plus souvent diagnostiquées, à l'aine, les médecins notent des manifestations du VPH telles que la papulose bowénoïde.

Les excroissances avec lui ont une structure dense, montent légèrement au-dessus de la surface du derme, elles sont rosâtres, jaunâtres ou blanches, ne provoquent pas d'inconfort. Ils poussent dans l'anus, l'urètre.

Formations exophytiques

Elles dépassent explicitement au-dessus du niveau général de la couche tégumentaire et se caractérisent par une croissance externe.

Les excroissances externes sont divisées en:

  • Papules Ces croissances s'élèvent légèrement au-dessus de l'épithélium et forment des structures plates avec un sommet inégal. En couleur, ils ne diffèrent parfois pas de la peau, et parfois ils sont légèrement plus foncés que les tissus environnants. Surtout localisé sur la plante des pieds, sur le visage et le tronc.
  • Condylomes plats. Caractérisé par une croissance rapide. Leur apparence s'accompagne de fortes démangeaisons et de brûlures. Lors de la palpation, ils se révèlent être des excroissances assez solides. Dans les derniers stades, les condylomes plats causent des dommages importants aux tissus environnants.
  • Verrues génitales. Réminiscence de colonnes s'élevant au-dessus du niveau de la muqueuse. Le lieu d'occurrence le plus courant est le gland du pénis et le sillon coronaire. Plus rarement, le tronc du pénis, la zone périanale ou le rectum est affecté. Les condylomes peuvent être localisés seuls, mais peuvent former de grands groupes. Parfois leur présence s'accompagne d'une forte odeur putride.

En plus des formes endophytes et exophytiques, il existe également une espèce mixte - les formations Bushke-Levenshtein. Il se caractérise par une croissance rapide dans deux directions - au-dessus du niveau de la peau et avec une pénétration dans les couches profondes. Ils sont toujours de taille importante et provoquent des rechutes périodiques.

Tous les types de croissances peuvent être uniques ou groupées. Dans ce cas, il y a une tendance directe à une détérioration de la condition des hommes et une augmentation de l'inconfort avec une augmentation de la zone de dommages. Des groupes importants peuvent se briser, saigner, attacher des infections secondaires et se mouiller.

La vaccination peut-elle aider?

Si vous avez 26 ans ou moins, un vaccin contre le VPH vous convient, ce qui peut vous protéger contre les types de virus qui causent généralement des problèmes. Un vaccin (Gardasil) peut prévenir quatre types courants de papillomavirus humain (types 6, 11, 16 et 18).

Le vaccin protège contre l'infection, mais n'est pas un remède contre le virus du papillome déjà acquis ou la maladie qu'il provoque. Il est plus efficace lorsqu'il est fait à un homme avant son premier contact sexuel (c'est-à-dire jusqu'au moment où il pourrait être infecté).

Le vaccin est sans danger pour tous les hommes de moins de 26 ans, mais il est plus efficace lorsqu'il est administré à un âge plus jeune.

Le vaccin est très efficace. Il n'a pas d'effets secondaires graves. L'effet secondaire le plus courant est la douleur dans la main.

Des études ont montré qu'un vaccin peut protéger les hommes contre les verrues génitales et le cancer de l'anus.

Classification HPV

Selon l'évolution de la maladie, les formes suivantes se distinguent:

  1. Latent. La forme ne présente pas de symptômes, de manifestations externes, la maladie est cachée, elle ne peut être détectée qu'à l'aide de tests de laboratoire.
  2. Subclinique. Les signes de maladie sont effacés.
  3. Clinique. L'infection a des signes classiques, caractérisés par l'apparition de croissances de différents types.

La première forme de la maladie est le plus souvent diagnostiquée.

Le VPH a également plusieurs stades de développement, qui se manifestent par la formation sur la peau:

  1. Verrues anogénitales (verrues génitales, taches, papules, maladie de Bowen, verrues géantes, Bushke-Levenshtein, papulose bowénoïde).
  2. Papillomes et verrues extragénitales. Les lésions se produisent sur la peau sous la forme de verrues plantaires plates, d'épidermodysplasie verruciforme et d'autres néoplasmes. En outre, des excroissances se trouvent sur les muqueuses de la bouche, des yeux et du larynx.
  3. Dysplasie et condition précancéreuse.
  4. Formations oncologiques sur l'anus, le pénis, la région anale.

Manifestations et symptômes

L'apparition des premiers symptômes signifie la fin de la période d'incubation de l'infection.

Les verrues ou condylomes se forment en plusieurs étapes:

  • dans la lésion il y a une légère inflammation et des démangeaisons,
  • en quelques jours, la peau ou l'épithélium est recouvert d'une petite éruption cutanée avec ou sans contenu liquide,
  • les tubercules ou les verrues augmentent progressivement en longueur ou en largeur,
  • l'apparition à proximité immédiate de nouvelles éruptions cutanées, qui se transforment également en néoplasmes.

L'emplacement des foyers de lésions dépend de la façon dont l'agent pathogène pénètre dans l'organisme et de l'ensemble génétique de la souche. La localisation peut varier considérablement:

  • le plus souvent - le pénis,
  • périnée
  • scrotum
  • l'anus
  • la cavité interne de l'urètre,
  • l'épithélium de la cavité buccale,
  • le visage
  • aisselles
  • torse (dos et côtés),
  • pieds et mains
  • muqueuses des yeux.

Dans le cas où le néoplasme se développe de manière significative à l'intérieur de l'urètre, une dysurie, une bifurcation du flux pendant la miction et une envie fréquente de visiter les toilettes peuvent être observées.

Avec la formation de telles structures dans le rectum, des saignements après les selles peuvent être observés.

En plus des néoplasmes, les symptômes suivants peuvent être présents:

  • démangeaisons sévères dans la lésion,
  • une sensation de lourdeur dans le périnée,
  • excroissances pleureuses,
  • odeur putréfactive désagréable des zones touchées.

Un homme peut ressentir de la fatigue, de la fatigue, des maux de tête sévères, de la fièvre et d'autres signes d'intoxication grave.

Lorsque les papillomes sont localisés sur un membre, le sexe devient douloureux, ce qui oblige à éviter les rapports sexuels.

Il y a souvent une infection simultanée avec diverses souches de HPV, ce qui aggrave le tableau clinique et rend les symptômes aussi complets que possible.

Je viens de découvrir que mon partenaire a le VPH ... Qu'est-ce que cela signifie pour ma santé?

Les partenaires s'infectent généralement les uns les autres. Si vous êtes avec votre partenaire depuis longtemps, vous êtes probablement déjà infecté. La plupart des adultes sexuellement actifs contractent ce virus au moins une fois au cours de leur vie. Bien que le VPH soit courant, les problèmes de santé qu'il provoque sont rares.

Les préservatifs peuvent réduire vos chances de contracter une infection au VPH et être associés à un problème de santé si vous les utilisez lors de chaque rapport sexuel, du tout début à la fin.

Vous devriez envisager de discuter de la vaccination avec votre médecin si vous avez moins de 26 ans. Mais gardez à l'esprit que le seul moyen à cent pour cent de ne pas être infecté est de ne pas avoir de relations sexuelles en principe.

Si votre partenaire a des verrues génitales, vous ne devriez pas avoir de relations sexuelles jusqu'à ce qu'elles disparaissent ou soient supprimées. Vous devriez vérifier votre pénis pour toute anomalie.

Si vous trouvez quelque chose d'inhabituel, vous devez contacter une clinique spécialisée dans les maladies sexuellement transmissibles.

Traitement chirurgical

De l'état normal d'une personne au développement d'une tumeur cancéreuse, plusieurs étapes passent après l'infection. Les stades intermédiaires, appelés dysplasie, sont traitables. Souvent, la méthode d'élimination par excision de la zone touchée est utilisée. Dans de nombreux cas, cela se fait à l'aide d'un couteau radio. Ensuite, un examen histologique est effectué. L'intervention chirurgicale est effectuée correctement si, après traitement, le papillomavirus n'est pas détecté. Cela se produit dans 95% des cas. Dans ce cas, aucune complication du VPH chez les hommes, ainsi que des symptômes et des conséquences encore plus graves, ne se produisent.

En plus du couteau radio, les éléments suivants peuvent être utilisés:

  • cryodestruction - de l'azote liquide est utilisé,
  • diathermocoagulation - l'utilisation de faibles courants,
  • le laser.

Les tactiques de thérapie ne sont déterminées que par le médecin traitant. Si des cellules atypiques sont détectées, non seulement le néoplasme est retiré, mais également une zone partiellement adjacente. Ceci est fait afin d'empêcher la croissance de la zone affectée.

Les papillomes bénins (condylomes) avec localisation sur les organes génitaux sont supprimés non seulement pour des raisons esthétiques. Cela est nécessaire pour réduire le risque d'infection du partenaire sexuel.

Qu'est-ce que cela signifie pour notre relation?

Une personne peut être infectée plusieurs années avant d'être détectée ou de causer des problèmes de santé. Il n'y a donc aucun moyen de savoir si le virus vous a été transmis par le partenaire ou s'il vous a été transmis par lui. Le virus n'est pas un signe que vous ou votre partenaire avez eu des relations sexuelles avec quelqu'un d'autre.

Médicaments

Maintenant, il n'y a pas de traitement médicamenteux efficace visant à se débarrasser du virus. Il existe de nombreuses recommandations de médecins de renommée mondiale qui prescrivent l'utilisation d'immunomodulateurs. Cependant, ces médicaments (ainsi que les immunostimulants) utilisés en Russie ne sont pas utilisés dans d'autres pays. Il existe également des médicaments produits à l'étranger, mais ils ne sont destinés qu'aux pays de la CEI.

Est-il possible d'utiliser des méthodes folkloriques

Il faut comprendre que l'homéopathie et des méthodes de traitement alternatives telles que l'utilisation d'herbes, d'huile d'argousier, de tampons au miel ne sont pas efficaces pour les infections virales. Il est nécessaire de se rappeler quel médecin un homme doit contacter lorsqu'il manifeste des signes de VPH: ce médecin est appelé un dermatovénérologue (dermatologue, vénéréologue).

Je viens de découvrir que j'ai des verrues génitales ... Qu'est-ce que cela signifie pour moi et mon partenaire?

La présence de verrues génitales est un problème qui n'est pas toujours facile à gérer, mais ce n'est pas une menace pour la santé.

Puisqu'ils peuvent être facilement transmis à un partenaire sexuel, vous devez leur parler de leur présence et éviter toute activité sexuelle jusqu'à ce que les verrues disparaissent ou soient éliminées.

Important: vous et votre partenaire devez passer un test de dépistage d'autres maladies sexuellement transmissibles.

Lorsqu'ils sont utilisés lors de chaque rapport sexuel, les préservatifs en latex peuvent réduire les chances de transmettre des verrues génitales à un partenaire.

Il est important que les partenaires sexuels discutent de leur santé et du risque d'infections sexuellement transmissibles. Soyez en bonne santé!

Méthodes destructives

Ces méthodes atténuent rapidement l'état du patient avec le VPH en cas de foyers de lésions importants, de prolifération dans l'urètre ou l'anus, car après avoir atteint une certaine taille, les verrues et les verrues perdent leur capacité à guérir.

Il est possible d'éliminer les néoplasmes en utilisant les méthodes suivantes:

  • Excision chirurgicale. Nécessite une anesthésie locale et souvent complète. Après retrait des formations, la cavité est suturée avec une suture chirurgicale. Auparavant, l'excision chirurgicale était le principal moyen de résoudre ce problème, mais en raison de saignements et de complications postopératoires fréquents, la méthode est maintenant utilisée dans de rares cas.
  • Cryodestruction. Les excroissances sont affectées par l'azote liquide, qui gèle les cellules des nodules, au cours desquelles les protéines tissulaires sont détruites. Après cela, les têtes se dessèchent et tombent. Un point positif est le manque de besoin d'anesthésie et la pureté complète de la peau sans cicatrices après la guérison.
  • Thérapie au laser La technique ressemble à une procédure esthétique. L'effet de l'anesthésie est le plus souvent obtenu lors de l'application d'une crème topique spéciale. L'appareil pointe le laser vers la zone affectée et le faisceau agit de manière destructrice sur la jambe ou la racine de la tumeur. Les inconvénients de la méthode sont la douleur, le prix élevé et la fréquence des cicatrices ou des cicatrices après la procédure.
  • Électrocoagulation Cette méthode est abordable mais douloureuse. Afin de réduire ces manifestations, ils font une anesthésie locale, mais la sensibilité est toujours présente. Sous l'influence du courant, une température élevée est créée dans les cellules indésirables, ce qui provoque une cautérisation. Après quelques jours, il reste des croûtes qui tombent avec la formation de cicatrices.
  • Radiochirurgie. L'électrode de type ondes radio élimine les grosses et moyennes croissances avec un prétraitement de la peau avec des agents antiseptiques. Cette technologie est la plus moderne et sans contact, ce qui élimine pratiquement les complications. La cicatrisation des plaies sans trace est observée en un temps record - par jour. Le seul inconvénient de la technique est le coût élevé.
  • Coagulation de type chimique. La méthodologie a des limites d'application et ne convient qu'aux fusions de taille moyenne. La mort cellulaire survient après un contact avec un produit chimique puissant à base d'alcalis ou d'acides hautement concentrés. Puisqu'une brûlure chimique est provoquée sur le site d'exposition, des cicatrices et des cicatrices apparaissent après la procédure.

Le traitement ne peut se limiter à des méthodes destructrices, car après leur utilisation indépendante dans près de 30% des cas, les rechutes surviennent après un certain temps. Par conséquent, les méthodes radicales doivent nécessairement être complétées par des médicaments.

Méthodes pharmacologiques

Ces méthodes incluent l'élimination des petites excroissances bénignes causées par le VPH. La thérapie avec l'utilisation de médicaments en pharmacie peut être effectuée en ambulatoire sous la direction du médecin traitant. Il vise à éliminer les petites excroissances bénignes causées par le VPH, à arrêter le virus et à améliorer l'immunité des hommes. Pour cela, de tels groupes de médicaments sont prescrits:

  • Médicaments de pharmacie pour le traitement des excroissances de l'action nécrotique. Pendant un certain nombre de jours, il est nécessaire d'appliquer l'agent sur une verrue ou des verrues de manière précise, en évitant la pénétration ou la propagation du médicament sur des tissus sains. Après le cours prescrit, une pause de moxibustion est effectuée, après quoi le cours est répété à nouveau si la croissance n'est pas tombée. Les moyens utilisés à ces fins sont Epigen, Panavir, Kondilin, etc.
  • Médicaments antiviraux. Ils sont utilisés ponctuellement ou oralement pour des effets systémiques sur tout le corps. La durée du cours est déterminée par le médecin traitant. Pour les effets antiviraux, Realidiron, Acyclovir, Fenistil, etc. sont prescrits.
  • Adaptogènes et immunomodulateurs. Ces médicaments ont pour fonction de prévenir les rechutes et sont prescrits après l'utilisation d'agents antiviraux. Cycloferon, Podophyllin, Viferon, Likopid, Immunomax ont un effet significatif.

Parfois, les complexes multivitaminiques sont prescrits en parallèle avec la prise d'immunomodulateurs.

Une protection immunitaire permanente après que le papillomavirus humain transféré ne soit pas produite, par conséquent, après le prochain contact avec une personne malade, l'infection se reproduit.

À la fin du traitement pour le papillomavirus hautement oncogène, des tests répétés doivent être effectués avec un intervalle de 3 mois, et en cas de faible oncogénicité - une fois par an.

Maladie de Bowen

La présence de taches avec une surface veloutée, des bordures inégales situées sur la peau et les muqueuses signale une maladie. Les néoplasmes sur le derme ont une teinte grisâtre-brunâtre, ceux qui surviennent sur les muqueuses sont peints en rouge vif. Chez les jeunes, des taches se forment au niveau des mains, de la tête et du pénis. Ils sont causés par 16, 18, 31 et 34 types de virus. Ils sont dangereux car ils peuvent dégénérer en carcinome épidermoïde.

Papulose bowénoïde

La maladie se manifeste par la formation de nombreuses papules qui ont une surface lisse, des bords inégaux qui se forment sur la tête du pénis ou sur son corps. Il est diagnostiqué à tout âge. Elle survient en raison d'une infection par 16, 18, 34, 39, 40, 42, 45 type de micro-organisme pathogène. La maladie est considérée comme bénigne, rarement transformée en oncologie. Sujet aux régressions.

Carcinome du pénis

Les types de virus à oncogénicité élevée peuvent provoquer le cancer. Le développement de l'oncologie est précédé par la maladie de Bowen, la papulose bowénoïde, l'érythroplasie de Keir, la balanite oblitérante. Les premiers néoplasmes sur le pénis passent souvent inaperçus et se développent progressivement profondément dans l'épithélium. Les symptômes suivants aident à soupçonner le développement d'une maladie:

  • la formation de fistules avec du pus,
  • saignement
  • l'apparition d'ulcères
  • surface de la peau inégale, coloration inégale,
  • température, faiblesse générale, ganglions lymphatiques enflés.

Spécifique

La méthode est assez nouvelle, mais a déjà prouvé son efficacité. Il consiste en la vaccination avec des médicaments spéciaux d'un quadrivaccin avec les noms commerciaux Cervarix ou Gardasil. Ce vaccin n'est pas actif contre toutes les souches, mais est efficace contre les quatre principales qui provoquent la croissance des excroissances en structures malignes.

La vaccination n'est entreprise avant le moment de la maladie que chez les personnes en bonne santé, si un homme a déjà contracté le VPH, la vaccination est inutile.

Le vaccin contient des antigènes purifiés contre le virus du papillome, qui assurent l'apparition d'une immunité spécifique. L'effet du vaccin dure 4,5 ans après l'introduction du médicament, tandis qu'il est approuvé pour une utilisation à partir de 9 ans avec la possibilité de réutilisation à tout âge plus avancé.

La vaccination est réalisée en 3 étapes, 2 et 6 mois après la première injection.

Total

Pour prévenir la maladie, les mesures suivantes doivent être observées:

  • l'utilisation obligatoire de contraceptifs barrières (il faut se rappeler que ces fonds ne garantissent pas une sécurité totale, mais réduisent considérablement le risque de développer la maladie),
  • le respect des exigences d'hygiène personnelle et d'assainissement,
  • la présence d'un partenaire sexuel permanent,
  • examen systématique par un andrologue une fois par an,
  • augmenter les forces immunitaires du corps,
  • guérison rapide des pathologies des organes pelviens.

De plus, il est nécessaire d'exclure une mauvaise nutrition, des situations stressantes, d'assurer un repos normal.

Le respect de toutes les règles de prévention contribuera à maintenir la santé et à prévenir le développement de conséquences graves.

Qu'est-ce que le VPH dangereux pour les hommes?

Le micro-organisme pathogène menace de graves conséquences sous la forme du développement de l'oncologie. Les excroissances situées sur les muqueuses du nez, de la bouche et de la gorge rendent la respiration difficile.

Les verrues et les condylomes sont souvent blessés, saignent, ce qui entraîne un risque d'infection secondaire. De plus, ils perturbent la fonction reproductrice des hommes, compliquent le processus de miction et les selles.

Traitement contre le VPH chez les hommes

Le traitement de la papillomatose est un processus long, le patient doit être patient. Une thérapie combinée est souvent prescrite.

Un groupe distinct parmi les patients est constitué des hommes infectés par le VIH et des patients ayant subi une transplantation d'organe. Il est plus difficile de traiter le VPH.

Immunothérapie

Vous pouvez faire face à la maladie en prenant des immunostimulants avec des médicaments antiviraux. L'immunothérapie est efficace dans de nombreuses excroissances présentant un risque oncogène élevé.

Les médecins prescrivent des médicaments tels que:

Traitement matériel

La médecine moderne propose plusieurs façons de se débarrasser des papillomes et des verrues à l'aide d'appareils:

  1. Enlèvement au laser. L'appareil supprime la croissance en couches, après la procédure, il n'y a pas de cicatrices et de cicatrices, la manipulation est presque indolore.
  2. Électrocoagulation Les verrues sont éliminées par exposition à un courant haute fréquence.
  3. Les ondes radio. Les excroissances sur la peau sont enlevées avec un couteau radio, la procédure prend peu de temps, est indolore.
  4. Cryodestruction. Les néoplasmes sont cautérisés avec de l'azote liquide. Après la procédure, une petite ampoule se forme sur le site de croissance, qui disparaît dans les 7 à 10 jours.

Remèdes populaires

Pour se débarrasser des papillomes à la maison, les gens utilisent le plus souvent les remèdes populaires suivants:

  1. Jus de chélidoine. Avec un coton-tige trempé dans du jus, la croissance est lubrifiée quotidiennement. Une semaine plus tard, il disparaît.
  2. Huiles essentielles. L'huile de théier ou d'eucalyptus est enduite de papillomes tous les jours, mais pas plus de trois fois. La manipulation est répétée jusqu'à ce que la verrue tombe.
  3. Ail et crème grasse pour bébé. La tête d'ail pelée est frottée et mélangée avec la même quantité de crème. Le mélange résultant est appliqué à la croissance deux fois par jour.

Tout remède ne doit être utilisé qu'après avoir consulté un médecin, car des réactions allergiques peuvent survenir.

Prévision

Il est totalement impossible de se débarrasser du virus. Une fois dans le corps, il y reste pour toujours, mais la prise de médicaments peut le mettre dans un état de sommeil, le rendant sans danger pour la personne et les autres.

L'élimination des excroissances débarrassera la peau des défauts cosmétiques. Les éliminer avec des méthodes modernes n'entraîne pas de rechute.

Mesures préventives

La prévention de l'infection par un micro-organisme pathogène est la suivante:

  1. Absence de rapports sexuels à risque.
  2. L'utilisation d'une contraception barrière.
  3. Maintenir un mode de vie sain, renoncer aux mauvaises habitudes.
  4. Hygiène personnelle.
  5. Refus de visiter les bains, saunas, piscines à la réputation douteuse.

La médecine moderne a développé des vaccinations contre le VPH en utilisant les médicaments Gardasil et Cervarix. Ils ont lieu entre 9 et 15 ans.

Vidéo HPV pour hommes

Vous trouverez des informations sur cette maladie auprès d'un dermatovénérologue en exercice de la Moscow Doctor Clinic en regardant la vidéo suivante:

La maladie en question est assez insidieuse et peut ne pas se faire sentir longtemps. Il est traité difficile. Le VPH a des conséquences dangereuses, il est donc plus facile de prévenir en observant certaines mesures préventives et en renforçant les fonctions de protection de l'organisme.

Laissez Vos Commentaires