Articles Populaires

Choix De L'Éditeur - 2020

Indications d'utilisation et règles d'analyse du frottis d'infection chez l'homme

Les symptômes de l'inflammation de l'urètre peuvent ressembler à d'autres maladies du système génito-urinaire. Mais le traitement de différentes pathologies est significativement différent les uns des autres. Par conséquent, il est très important de déterminer correctement la maladie existante (c'est l'urétrite ou autre). Cela aide le diagnostic en laboratoire et instrumental de l'urétrite. Quelles méthodes sont les plus informatives, comment s'y préparer pour obtenir un résultat précis et comment sont-elles mises en œuvre? Parlons de cela plus en détail.

Comment détecter l'urétrite par des méthodes de laboratoire?

Les méthodes de laboratoire aident à déterminer l'urétrite. Ils occupent une place majeure dans le diagnostic de cette pathologie. Les principales méthodes utilisées pour détecter l'urétrite sont les suivantes:

  • Bactérioscopique - examen du matériel prélevé au microscope.
  • Bactériologique - semer le matériel sur des supports spéciaux et étudier l'apparence des colonies cultivées.
  • Sérologique - détermination des anticorps (immunoglobulines de différentes classes) contre les agents pathogènes les plus courants et probables de l'urétrite. Les immunoglobulines peuvent être systémiques (classe G et M) et locales (classe A, elles sont synthétisées localement dans la muqueuse).
  • Diagnostic par PCR - détection dans le sang ou d'autres milieux biologiques (urine, urètre, canal cervical) de certaines séquences génétiques caractéristiques d'un pathogène particulier.
  • Clinique générale - analyses d'urine et de sang en utilisant des méthodes standard pour évaluer la présence et l'étendue du processus inflammatoire. Ces tests sont prescrits pour presque toutes les personnes qui demandent une aide médicale.

Pour établir le diagnostic correct de l'urétrite (en présence de signes cliniques suspects ou de changements inflammatoires dans l'analyse clinique générale de l'urine), il est nécessaire d'examiner d'abord la décharge de l'urètre. Mais certains facteurs peuvent fausser la fiabilité de cette analyse, de sorte que les médecins respectent certaines règles lors de la collecte de matériel.

Lorsqu'un test de frottis chez l'homme est prescrit

Une analyse de frottis est un type d'étude dans lequel le matériel biologique collecté est placé en couche mince sur du verre et examiné au microscope. Le frottis peut être natif, c'est-à-dire qu'il n'est soumis à aucun traitement et peint. Il peut être examiné au microscope optique ou électronique conventionnel.

Un frottis peut être prélevé, par exemple, sur le nez ou l'oropharynx. Chez les femmes, un frottis peut être prélevé sur le vagin. Et chez les hommes - de l'urètre. Parfois, dans la liste des études, on parle de frottis urétral.

Un frottis de l'urètre chez l'homme est prescrit lors d'un examen urologique, avec des signes évidents d'infection urogénitale, avec des maladies inflammatoires lentes du système génito-urinaire, ou si l'infection a été détectée lors de l'examen d'un partenaire.

La liste des indications possibles pour la nomination d'un frottis général et d'une analyse des infections latentes chez l'homme ressemble à ceci:

  • écoulement urétral
  • douleur pendant ou après la miction,
  • gonflement et rougeur des organes génitaux,
  • éruptions cutanées,
  • mictions fréquentes,
  • toutes les maladies inflammatoires du système génito-urinaire (urétrite, prostatite, vésiculite, etc.),
  • suspicion d'infection (gonorrhée, mycoplasmose, chlamydia, trichomonase, etc.),
  • infertilité
  • examen préventif
  • détection d'une infection chez un partenaire.

Il vaut mieux faire l'analyse non pas par vous-même, mais en direction du médecin.

Types de tests d'infection

Il existe deux principaux types de tests pour les hommes: un frottis général sur la flore et une étude sur les infections génitales.Dans le premier cas, le médecin prend le matériau à l'aide d'une sonde spéciale et fait vraiment un frottis sur une lame de verre. Après sa coloration, examiné au microscope. Un tel frottis vous permet de déterminer le nombre de leucocytes, la présence de diverses bactéries, parasites intracellulaires, protozoaires, champignons. Le frottis lui-même ne vous permet pas de déterminer spécifiquement le type de bactéries, car au microscope, beaucoup d'entre elles se ressemblent. Par exemple, sous le mystérieux mot «flore coccale», le staphylocoque, le streptocoque et un grand nombre d'autres types de micro-organismes peuvent également être cachés. Afin de mener une étude plus détaillée et spécifique, ils effectuent une analyse des infections.

Un frottis pour des infections cachées n'est pas un frottis au sens littéral du terme. Le médecin prend la décharge urétrale à peu près de la même manière, mais ensuite le matériel résultant est placé dans un milieu de culture stérile et envoyé pour examen.

L'étude est réalisée par amplification en chaîne par polymérase (PCR). Il vous permet de détecter même une petite quantité d'agents pathogènes d'ADN dans le matériel. Si l'homme est un porteur asymptomatique, il trouvera également une infection.

Un test d'infection peut être qualitatif et quantitatif. Dans le premier cas, un résultat négatif ou positif est simplement inscrit sur le formulaire: c'est-à-dire qu'une infection a été trouvée ou non. Dans le deuxième cas, la quantité d'agent pathogène est également déterminée.

Préparation à l'échantillonnage des biomatériaux

Avant de prendre un frottis sur l'urètre, un homme doit se préparer. Il est conseillé de s'abstenir de rapports sexuels pendant 1-2 jours. La veille au soir, vous devez prendre une douche. Et le matin avant l'étude, n'urinez pas pendant au moins 2-3 heures. Le fait est que l'urine élimine la microflore, les micro-organismes pathogènes et les cellules de la surface de l'urètre. En quelques heures, leur quantité augmente à nouveau et une quantité suffisante de décharge s'accumule dans l'urètre afin de prendre le matériau pour analyse.

Qu'est-ce que l'urétrite chez les hommes: symptômes et photos

Les premières manifestations de la présence d'une infection dans l'organe génital surviennent après un certain temps.

La période d'incubation du développement de la maladie dépend du type de pathogène de l'inflammation qui est entré dans le corps du pathogène:

  1. À gonorrhée - de 3 à 7 jours.
  2. À chlamydia - de 7 à 14 jours.
  3. À trichomonase, candidose - de 14 à 21 jours.
  4. À urétrite virale - jusqu'à plusieurs mois.
  5. À urétrite tuberculeuse - jusqu'à plusieurs années.
  6. Urétrite allergique se manifeste en quelques heures.

Les principales différences entre l'urétrite et la cystite sont décrites ici.

Manifestations typiques de troubles pendant la miction et les écoulements du pénis:

  1. Les troubles de la miction se manifestent par des brûlures et des démangeaisons au cours du processus. La miction se termine par une douleur aiguë. La fréquence des mictions augmente. L'urine est trouble, parfois mélangée à du sang.
  2. Écoulement du pénis dépendent du type d'agent pathogène. La couleur de la décharge est blanche ou verdâtre. Le plus souvent, la décharge apparaît le matin. Le processus peut être accompagné d'un collage de l'ouverture urétrale. Parfois, des croûtes jaunes se forment sur la tête du pénis.
  3. Avec la transition de l'urétrite vers une forme latente, les signes d'urétrite chez les hommes deviennent moins visibles. Les allocations cessent. Les démangeaisons et les brûlures deviennent presque invisibles et ne causent qu'un certain inconfort.

L'évolution chronique de la maladie peut s'accompagner d'exacerbations périodiques, en présence de facteurs provoquants. Ensuite, les douleurs aiguës de l'urétrite s'arrêtent à nouveau.

Écoulement urétral chez l'homme - photo:

Comment se manifeste l'urétrite? La luminosité et le type de manifestation des symptômes de l'urétrite dépendent également du type:

  1. Gonorrheal donne une douleur aiguë, parfois insupportable au début et à la fin de la miction. L'urine devient trouble, les spermatozoïdes contiennent du sang, l'urétrite est extrêmement désagréable.
  2. Virale faiblement manifesté, les symptômes de l'inflammation de l'urètre sont pratiquement absents.
  3. Trichomonas caractérisée par des démangeaisons presque constantes dans le pénis, desquelles un pus blanc grisâtre est sécrété.
  4. Bactérien se développe d'un à trois mois et ne présente pas de douleur. Avec ce type d'urétrite, seule une petite quantité de décharge de l'urètre est observée.
  5. Chlamydial et tuberculeux se produire sans symptômes locaux. Leur développement dans le corps est indiqué par une température légèrement élevée, une faiblesse et une transpiration excessive.
  6. Mycotique se manifestant sous la forme d'un écoulement muqueux rose pâle avec urétrite. Un enduit de caillé est visible sur le gland du pénis. Les démangeaisons et les brûlures avec urétrite sont absentes.
  7. Les symptômes de l'urétrite type allergique se manifestent par un œdème du gland du pénis, qui s'accompagne d'une forte démangeaison et d'une sensation de brûlure.

Comment prendre un frottis chez les hommes pour une infection

Avant de prendre le matériel, le médecin vous demandera de procéder à une toilette des organes génitaux externes. C'est-à-dire en utilisant de l'eau et du savon pour éliminer de la surface du gland le pénis de toute la microflore "extra". Après cela, les organes génitaux sont essuyés avec une solution saline stérile et séchés avec un chiffon stérile. Maintenant, les micro-organismes de la surface de la peau n'entreront certainement pas dans le frottis.

Un prélèvement de l'urètre est effectué à l'aide d'un outil spécial. Il est soigneusement inséré dans l'urètre à une distance de plusieurs centimètres. Plusieurs mouvements de rotation vous permettent de collecter suffisamment de matière pour la recherche sur la sonde. Comme certains laboratoires l'indiquent dans les règles de prise de matériel, les mouvements doivent être «doux mais intenses».

La sonde est soigneusement retirée et le matériau résultant est appliqué sur une lame de verre propre. Sous cette forme, le frottis sera envoyé au laboratoire. Si le test est effectué pour les infections génitales, le matériel collecté est placé dans un récipient stérile spécial avec un milieu de transport.

De nombreux hommes avant le test se demandent s'il est douloureux de prélever un frottis sur l'urètre. Pendant le frottis, comme le disent les patients eux-mêmes, les sensations ne sont pas très agréables, mais tolérables. Cela dépend en grande partie des qualifications du médecin, des instruments utilisés et de la gravité de l'inflammation dans l'urètre. Naturellement, avec l'urétrite, ce sera beaucoup plus douloureux qu'avec un examen préventif de routine, car la muqueuse est déjà endommagée.

Après avoir prélevé un frottis sur l'urètre pendant quelques jours, une gêne pendant la miction peut survenir, allant d'une brûlure et d'une légère gêne à une douleur intense. Lors de la prise de matériel sur la muqueuse, une irritation apparaît. Lorsque l'urine pénètre dans ces lésions microscopiques, une douleur survient. À cause de la douleur, certains essaient de boire moins pour aller aux toilettes moins souvent. Ce n'est pas la bonne tactique. Plus l'urine est concentrée, plus elle irrite la muqueuse.

Qu'est-ce qu'un test de frottis chez l'homme montre: interprétation des résultats

Enfin, le pire est passé, il ne reste plus qu'à déterminer le résultat. Pour un frottis «général», l'étude prend environ 3 jours. Pendant ce temps, le frottis est livré au laboratoire, coloré et examiné au microscope. Les résultats indiquent généralement le nombre de cellules épithéliales, de globules blancs, de mucus, de cocci, ainsi que toutes les cellules "étrangères" détectées.

Les indicateurs suivants sont considérés comme normaux:

  • globules blancs: 0 à 5 en vue,
  • cellules épithéliales: 5–10,
  • mucus: quantité modérée
  • microflore: quantité limitée, jusqu'à 10 dans le champ de vision,
  • Trichomonas et gonocoques: aucun.

Une augmentation du nombre de leucocytes et d'épithélium, l'apparition de globules rouges, d'éosinophiles, une augmentation de la quantité de mucus indique une réaction inflammatoire. La présence de gonocoques, de trichomonas, de cellules de levure, de toute autre bactérie ou de parasites intracellulaires sont des signes de la maladie. Mais vous devez vous rappeler que seul un médecin peut établir un diagnostic et interpréter correctement le résultat.

La recherche des infections latentes est plus rapide. En moyenne, les résultats sont préparés 1 à 2 jours ouvrables. Mais si le résultat est positif, le matériel peut être retardé pour effectuer des tests de confirmation de confirmation.

Normalement, il ne devrait pas y avoir d'agents responsables d'infections latentes. Si l'une des études s'avère positive, le médecin peut vous conseiller de passer une nouvelle analyse, déjà par une méthode quantitative. Autrement dit, pour identifier non seulement la présence d'un microbe, mais aussi pour déterminer sa quantité.

Si le médecin recommande à un homme de faire un frottis pour les infections latentes, la liste ressemble généralement à ceci:

  • chlamydia
  • gonocoque
  • Trichomonas
  • ureaplasma
  • mycoplasme
  • virus de l'herpès simplex
  • le cytomégalovirus (CMV).

Après un examen urologique, le médecin peut affiner cette liste ou inversement y ajouter d'autres infections.

Pour un homme, prélever un frottis sur l'urètre est une partie désagréable mais nécessaire du diagnostic des infections et des maladies urologiques. Seul un frottis aidera le médecin à établir un diagnostic, à identifier les infections cachées et à choisir un traitement. Et pour rendre cette analyse aussi indolore que possible, il suffit de sélectionner un laboratoire moderne et un médecin qualifié.


Les critiques concernant la prise d'un frottis sur Internet doivent être traitées avec un certain degré de doute. Il y aura beaucoup plus de critiques négatives sur cette analyse que de critiques positives, et cela est compréhensible. Les personnes qui ressentent de la douleur et de l'inconfort sont pressées de partager leurs sentiments avec tous ceux qui les entourent. Et ceux pour qui l'analyse était calme, ne se souviennent même pas de lui.

Comment se préparer à l'analyse de l'urètre et comment elle est réalisée

Les règles pour obtenir la sortie de l'urètre varient entre les femmes et les hommes.

Chez les femmes, ces règles comprennent:

  • recueillir le matériel au plus tôt 1 heure après la miction,
  • utilisez un coton-tige stérile. S'il n'y a pas de décharge, une endobrach spéciale (une brosse comme une petite brosse), qui est tournée plusieurs fois dans le sens des aiguilles d'une montre, est insérée dans l'urètre à une profondeur de 2-4 cm.

Chez l'homme, les règles de collecte sont les suivantes:

  • après la dernière miction, 2 heures ou plus devraient s'écouler,
  • introduire l'endobrach dans l'urètre de 2 à 4 cm et tourner 2 à 3 fois dans le sens des aiguilles d'une montre.

Dans les cas où l'urétrite se produit avec des symptômes inexprimés et dans les formes chroniques, la prise d'une décharge à l'aide d'une endobrach n'est pas toujours informative. Par conséquent, pour ces patients, les médecins raclent soigneusement la muqueuse à l'aide d'une cuillère Volkman. Cette procédure est normalement tolérée, un léger inconfort peut être ressenti lors de sa mise en œuvre.

Le matériel obtenu est soit soumis à la microscopie (méthode bactérioscopique), soit semé sur support (méthode bactériologique). À l'aide d'un examen microscopique, il est possible d'identifier rapidement et facilement les trichomonades et les gonocoques (la méthode est moins sensible aux autres agents pathogènes). Mais leur absence dans le frottis ne signifie pas qu'ils sont exclus comme cause d'urétrite. Dans ce cas, en présence de symptômes cliniques suspects, un diagnostic de polymérase est indiqué. La détection de plus de 5 leucocytes dans un seul champ de vision dans un frottis est un signe fiable du processus inflammatoire dans la zone urétrale, appelée urétrite.

Ainsi, en utilisant la microscopie, vous pouvez diagnostiquer:

  • urétrite (inflammation)
  • sa cause (pathogène spécifique, en particulier s'il s'agit de gonocoques ou de Trichomonas), qui affecte les autres tactiques de prise en charge des patients.

L'avantage du diagnostic bactériologique de l'urétrite est la capacité de déterminer la sensibilité des microbes responsables aux antibiotiques, afin que le médecin puisse initialement prescrire celui qui sera le plus efficace chez ce patient.

Tests d'urine

Initialement, en présence de plaintes d'augmentation de la miction et de sa douleur, le médecin suggère une urétrite et prescrit donc un test urinaire général. Si dans celui-ci (ou dans l'analyse selon Nechiporenko) des leucocytes en grand nombre ou des bactéries sont détectés, un test à trois verres est recommandé.

Le test à 3 verres aide à effectuer un diagnostic topique des lésions du système urinaire, c'est-à-dire déterminer quel organe est spécifiquement enflammé.

Avec son aide, vous pouvez également évaluer:

  • le nombre d'agents pathogènes dans 1 ml d'urine,
  • leur genre
  • sensibilité aux médicaments antibactériens.

Ce test est particulièrement instructif si des microbes pathogènes conditionnels deviennent la cause de la maladie (si d'autres méthodes ne les identifient pas):

  • staphylocoques,
  • streptocoques,
  • Proteus
  • E. coli, etc.

En utilisant cette analyse, il est possible de comprendre dans lequel des départements de l'inflammation du système urinaire s'est développé. Les résultats sont interprétés comme suit:

  • l'urétrite est lorsque des changements pathologiques sont détectés dans la première partie de l'urine,
  • la prostatite et la cystite entraînent l'apparition d'un grand nombre de globules blancs dans la deuxième portion d'urine,
  • la pyélonéphrite - une inflammation des reins - provoque l'apparition de globules blancs dans les trois échantillons.

Uréthroscopie

Dans certains cas, le médecin peut effectuer une urétroscopie pour clarifier la nature de la lésion muqueuse. Il s'agit d'une méthode endoscopique réalisée sous anesthésie. Le plus souvent, des anesthésiques locaux modernes très efficaces sont utilisés, une anesthésie a été utilisée pour cela, mais en raison de ses effets secondaires, cette méthode de soulagement de la douleur a maintenant été abandonnée.

Une sonde spéciale, la plus fine avec une caméra vidéo est insérée dans l'urètre et une image s'affiche à l'écran. Un tel diagnostic est effectué pour établir les caractéristiques de la défaite de l'urètre, ainsi qu'en présence de prostatite ou d'inflammation des vésicules séminales.

L'urétroscopie peut être réalisée chez les hommes et les femmes. Il existe 2 variétés de cette méthode:

  • urétroscopie d'irrigation - pour améliorer la visualisation de l'urètre, une solution saline est injectée dans la vessie,
  • urétroscopie sèche - au lieu de liquide, au fur et à mesure que l'urétroscope avance, le médecin remplit la vessie de gaz.

Selon la façon dont l'urétrite se déroule, l'urologue choisit la méthode la plus informative parmi celles considérées. En plus des lésions inflammatoires de l'urètre, à l'aide de l'urétroscopie, un médecin peut identifier:

  • corps étrangers
  • kystes
  • lésions tumorales
  • processus dystrophiques de la muqueuse, se développant souvent chez les femmes à la ménopause.

La méthode n'a pratiquement aucune contre-indication. Seule l'urétrite avancée limite son utilisation, car en raison du processus inflammatoire prononcé avec l'introduction d'un urétroscope, il existe un risque très élevé de rupture de l'urètre. Dans ce cas, le diagnostic est basé uniquement sur les résultats des tests de laboratoire.

Quelques jours après l'urétroscopie, une gêne associée à:

  • avec la présence de taches abondantes de l'urètre,
  • avec douleur en allant aux toilettes "petit à petit".

Si après la procédure, la température corporelle augmente, le flux d'urine s'affaiblit ou s'il y a des saignements qui ne s'arrêtent pas, vous devez vous rendre d'urgence chez l'urologue. Ces symptômes peuvent indiquer des complications possibles de l'urétroscopie, qui n'est pas une méthode unique de diagnostic invasif (associé à la pénétration directe de l'équipement dans le corps humain) et l'urétroscopie ne fait pas exception.

Diagnostic de l'urétrite à Chlamydia

Pour détecter l'urétrite à chlamydia, les méthodes suivantes peuvent être utilisées:

  1. Bactérioscopique, dans laquelle la présence de chlamydia est déterminée dans les tissus (ils sont localisés de manière intracellulaire). La méthode de la chlamydia est peu sensible - ce n'est que chez 10 à 20% des patients atteints d'urétrite chlamydienne que ce micro-organisme peut être détecté.Le contenu informationnel de la méthode augmente l'immunofluorescence. Pour ce faire, le médicament est traité avec des anticorps, puis translucide en lumière fluorescente. En présence de chlamydia, une lueur jaune-vert est détectée. Ce type de méthode bactérioscopique est assez informatif. Ainsi, environ 70 à 75% des patients infectés parviennent à établir la cause de l'urétrite.
  2. Méthode bactériologique. Elle réside dans le fait que le matériel résultant (séparé de l'urètre) est introduit dans la culture cellulaire. Il est impossible d'utiliser des milieux nutritifs artificiels pour cela, car la chlamydia ne pousse pas sur eux. La méthode est très sensible - chez 75 à 95% des personnes atteintes d'urétrite à chlamydia, des micro-organismes responsables sont détectés. En raison de la complexité de la pratique clinique, il n'est pas largement diffusé. Il est généralement utilisé pour contrôler la guérison complète. Elle ne sera pas informative si elle est réalisée pendant la prise d'antibiotiques ou dans le mois suivant la fin de l'antibiothérapie.
  3. Méthodes sérologiques. Dans le sang, le titre des immunoglobulines de classe G contre la chlamydia est déterminé s'il existe une forme généralisée d'infection ou si le matériel ne peut être obtenu, car les organes sont situés dans des endroits difficiles d'accès pour un diagnostic non invasif (par exemple, la prostate, les testicules, les ovaires, etc.). Mais pour identifier l'urétrite, une étude de l'immunité locale est réalisée - le titre des immunoglobulines A dans le canal urétral est déterminé. Cependant, la méthode présente deux inconvénients. Il ne convient pas au diagnostic d'urétrite chlamydiale aiguë, car En réponse à l'infection, les anticorps n'apparaissent pas immédiatement, mais après un certain temps. La méthode ne peut pas être utilisée pour évaluer si le patient s'est rétabli ou non, car le titre d'immunoglobuline reste élevé pendant longtemps. Les méthodes sérologiques sont particulièrement utiles pour détecter les formes d'urétrite lentes et asymptomatiques, mais lorsqu'il y a des dommages aux organes pelviens. Dans ce cas, la méthode est informative dans 95% des cas d'infection.
  4. Diagnostic par PCR. La sensibilité de cette méthode est proche de 100%, soit il peut détecter presque tous les patients infectés par la chlamydia. Divers matériaux biologiques peuvent être examinés. Mais les hommes utilisent généralement la première portion d'urine obtenue immédiatement après le réveil (ils n'ont pas besoin d'être lavés pour ne pas fausser les résultats de l'analyse), mais les femmes ont du mucus cervical (si la chlamydia y est détectée, elles se trouvent également dans l'urètre). Le principal avantage du diagnostic par PCR est la détection simultanée de plusieurs agents pathogènes de l'urétrite dans le même échantillon de matériel biologique. Ainsi, dans l'urine ou la sécrétion cervicale, en plus de la chlamydia, différents types de mycoplasmes et d'uréeplasmas peuvent être détectés. Cependant, il y a un inconvénient. La PCR ne peut pas être utilisée pour confirmer l'éradication complète de la chlamydia dans le corps (remède contre l'infection). Cela est dû au fait que même des fragments d'ADN et d'ARN non viables sont détectés par PCR, qui restent dans le corps pendant 2-3 mois après la fin d'une antibiothérapie réussie.

Le diagnostic d'urétrite gonorrhéique dans la plupart des cas est établi sur la base des résultats d'un examen microscopique de l'urètre. Dans ce cas, on trouve des diplocoques qui ressemblent à des grains de café, composés de 2 moitiés. Ce sont:

  • sont situés au niveau intracellulaire,
  • avoir différentes formes et couleurs
  • l'extérieur est recouvert d'une capsule.

Pour détecter ces pathogènes de l'urétrite, un examen bactériologique est également effectué. Le matériel prélevé est semé sur de la viande et des milieux de peptone, puis la nature de la croissance sur eux est étudiée.

Diagnostic de l'urétrite à gardnerellose

L'urétrite de gardnerellose aide à détecter les méthodes bactérioscopiques. Le matériel prélevé est examiné sous forme non peinte et après coloration selon Gram.

Dans le premier cas, un signe indiquant une gardnerellose est la présence de cellules clés.Ce sont des cellules squameuses qui tapissent l'urètre, auxquelles sont attachées des bactéries de gardnerellose.

Dans le deuxième cas (lors de la coloration du médicament), cette infection est indiquée:

  • leucocytes individuels dispersés au hasard dans les champs de vision,
  • un grand nombre de bactéries ayant une coloration de Gram négative, tandis qu'une grande partie d'entre elles sont attachées aux cellules épithéliales.

Principes généraux de diagnostic

À sa base, l'urétrite est une inflammation de la muqueuse épithéliale de l'urètre.

Les micro-organismes pathogènes inséminent les cellules de cette couche et les forces immunitaires du corps interagissent avec elles.

En rapport avec de telles propriétés des microbes, la valeur diagnostique de l'urétrite est:

  1. 1. tests d'urine
  2. 2. sang
  3. 3. décharge de l'urètre
  4. 4. grattage des parois de l'urètre

Si une personne, indépendamment des hommes ou des femmes, a des soupçons d'urétrite, elle ne doit être traitée qu'avec un spécialiste.

En règle générale, il s'agit d'un urologue.

C'est lui qui sélectionne les meilleures méthodes d'examen pour clarifier le diagnostic et décide quels tests doivent être réussis.

Dans certains cas, il est nécessaire d'appliquer des méthodes instrumentales, telles que l'urétrocystoscopie.

Assurez-vous de fournir un diagnostic de laboratoire de contrôle.

Si au début du traitement, l'un des types de diagnostic était positif, puis après le traitement de l'urétrite, l'examen devrait être répété à la fin du cours et s'assurer que les résultats sont devenus négatifs.

Le patient a donc récupéré.

Analyse d'urine

Tout d'abord, en cas de suspicion d'urétrite, les urologues s'intéressent à une analyse générale de l'urine, basée sur un examen microscopique.

Il existe plusieurs méthodes et chacune a ses propres caractéristiques:

  • Analyse clinique générale
  • Échantillon de deux verres
  • Test sur trois verres

Un échantillon pour une clinique générale est toujours disponible.

Par lui, vous pouvez déterminer:

  • augmentation du nombre de globules blancs
  • les bactéries
  • augmentation de l'épithélium et du mucus desquamés
  • globules rouges
  • protéine

Ce sont tous des signes communs d'inflammation, sans lesquels aucune urétrite infectieuse ne peut faire.

Un test d'urétrite en deux verres permet à l'analyse d'urine de déterminer approximativement la localisation du processus pathologique.

La technique est basée sur le fait qu'au début de la miction, l'urine recueille les agents pathogènes des parois de l'urètre.

La deuxième partie, qui a traversé un urètre relativement propre, vous permet d'évaluer l'état des niveaux supérieurs du système urinaire - la vessie, les reins.

À cet égard, un test à trois verres devient beaucoup plus informatif, vous permettant de spécifier autant que possible la zone d'inflammation.

La méthode consiste à écraser une urine en trois (plutôt que deux) récipients d'urine pré-numérotés.

De cette façon:

  1. 1. une partie du premier verre rendra compte de l'état de l'urètre (urètre)
  2. 2. la deuxième partie est de la vessie
  3. 3. le troisième verre signalera la présence ou l'absence d'inflammation de la prostate ou des reins

Analyse culturelle de l'urine avec urétrite

La microscopie a une faible sensibilité, par conséquent, il n'est pas possible de distinguer de manière fiable l'urétrite chlamydienne des mycoplasmes ou causée par une infection mixte.

Dans de tels cas, la culture d'urine est utilisée.

En cas d'urétrite bactérienne ou fongique, un test de culture d'urine donne des informations sur la composition et les types de micro-organismes pathogènes de l'urètre, montre la sensibilité des microbes aux antibiotiques.

Mais cela prend plusieurs jours.

Lors de la collecte d'échantillons d'urine à semer, vous pouvez également utiliser les règles d'un échantillon à deux ou trois verres.

Avant de réussir les tests, vous devez:

  • Ne prenez pas de diurétiques.
  • N'utilisez pas d'antibiotiques ou de lavages locaux.
  • Avoir une toilette des parties génitales (une femme peut utiliser un tampon vaginal).
  • Il n'est pas recommandé aux patientes de faire un test d'urine pendant les jours menstruels.

Parfois, les tests d'urine peuvent ne pas suffire.

Dans de tels cas, le spécialiste prescrit d'autres études: un test sanguin général, une urétrocystoscopie.

Tests d'urétrite
raconte le lieutenant-colonel
service médical, médecin
Lenkin Sergey Gennadevich

Lenkin Sergey Gennadevich

NomDuréePrix
Analyse d'urine1 jour350.00 frotter
ADN de Chlamydia trachomatis1 jour300.00 frotter
ADN Neisseria gonorrhoeae1 jour300.00 frotter
ADN de Trichomonas vaginalis1 jour300.00 frotter

Sang: indicateurs de tests pour l'urétrite

Les agents responsables de l'urétrite ne pénètrent presque jamais dans le sang (à l'exception de la chlamydia), mais le système immunitaire y répond et le corps produit des anticorps ou des immunoglobulines spécifiques contre les micro-organismes pathogènes.

Ces protéines circulent dans le sang, si elles sont détectées, cela confirme la présence d'une infection par un micro-organisme particulier.

Le sang veineux est contrôlé par deux méthodes.

Le dosage immunosorbant lié à une enzyme (ELISA) et la PCR (réaction en chaîne par polymérase) détermineront quel était l'agent causal de l'une ou l'autre urétrite causée par une infection sexuelle.

Un test immunosorbant lié à une enzyme peut également indiquer si le processus est aigu ou chronique.

Et aussi de savoir si la maladie a été transmise auparavant.

La méthode PCR est considérée comme la méthode la plus précise et la plus sensible, elle révèle donc des chaînes d'ADN entières ou des fragments uniques du génome du pathogène, même s'il y en a très peu dans le matériel de diagnostic.

Seule cette méthode peut confirmer la nature virale de l'urétrite (par exemple, herpétique).

Quelle que soit la méthode de recherche, le sang d'une veine doit être pris à jeun.

Pour effectuer un test d'IST à partir du sang, il doit être prélevé dans une veine d'estomac vide.

Écoulement urétral et écouvillon

Toute urétrite, en particulier la gonorrhée et non spécifique, s'accompagne d'un écoulement séreux ou purulent de l'urètre.

Naturellement, dans cette décharge, il y a beaucoup de micro-organismes qui provoquent une inflammation.

Il en va de même pour le frottis.

En cas de résultats négatifs ou douteux d'une analyse d'urine, un urologue peut prescrire une étude de l'écoulement ou du frottis des parois de l'urètre en utilisant différentes méthodes:

  • Microscopie
  • Bakseeding culturel
  • Réaction en chaîne par polymérase

Comment décrypter le résultat?

Selon la méthode de diagnostic sélectionnée et l'analyse soumise, les informations sur le processus d'infection sont fournies différemment.

Par conséquent, seul un spécialiste doit interpréter les résultats.

Données possibles:

  • Microscopie de l'urine, frottis et écoulement - signes non spécifiques d'inflammation, localisation approximative du processus, parfois - des agents pathogènes sont identifiés.
  • Culture culturelle - la composition du spectre microbien dans l'urétrite et la sensibilité des agents pathogènes aux agents antimicrobiens.
  • Tests immunologiques - la présence d'un processus infectieux, l'identification du pathogène, la durée approximative de l'infection, l'activité de l'infection et l'efficacité du traitement (en fonction de la dynamique du titre des anticorps).
  • La réaction en chaîne par polymérase est la composition exacte de la flore microbienne, les signes génétiques de la résistance aux antibiotiques, la dynamique du processus et l'efficacité du traitement (sur la base du nombre de corps microbiens dans le matériel de diagnostic).

La pratique montre que la PCR doit être considérée comme «l'étalon-or» pour le diagnostic des cas complexes d'urétrite chez les femmes, les hommes et les enfants.

Dans la plupart des applications, la microscopie et la culture sont suffisantes.

Tests d'urétrite chez les femmes

Le matériel biologique, comme le sang, est examiné par deux méthodes.

Le premier est la méthode PCR.

Un gros avantage de cette méthode sera: des résultats rapides (le plus souvent, ils sont prêts en un jour).

Chez eux, il est très probable de détecter une infection, ainsi que l'agent causal de la maladie.

Mais, malgré la forte probabilité de détecter une infection spécifique, en fonction de la période d'infection, elle peut ne pas donner de résultats.

Donc, en cas de doute, il est préférable de faire une nouvelle analyse après 12-16 jours.

Le second sème sur la flore.

Bakseva ou recherche culturologique.

Avec un tel examen, la collecte de matériel biologique se déroule exactement de la même manière que dans la PCR.

Après la collecte du matériel biologique, il est placé dans un milieu nutritif favorable pendant 5-7 jours.

Ensuite, les micro-organismes cultivés sont étudiés et leur sensibilité aux médicaments est vérifiée.

La collecte de frottis sur la flore provient de lieux tels que:

  1. fornix vaginal postérieur
  2. l'urètre
  3. canal cervical.

L'inconvénient de cette analyse est qu'elle détermine un nombre limité de micro-organismes.

Lors du diagnostic des infections des organes urinaires et génitaux chez la femme, une attention particulière doit être accordée aux tests d'urine.

L'urètre court et large est activement ensemencé de microbes et les micro-organismes pathogènes pénètrent très rapidement dans la vessie, provoquant une cystite.

Tests d'urétrite chez les hommes

Pour une forte moitié de l'humanité, l'étude de l'urètre séparé par PCR ou culture bactérienne est pertinente.

Pour recueillir le matériel de l'urètre lors d'une réception par un vénéréologue ou un urologue, une sonde urologique est injectée à une profondeur de 3-4 centimètres

Avant de passer les tests, le patient souffrant d'urétrite ne doit pas être traité avec des antibiotiques.

Il convient également d'observer quelques règles supplémentaires.

  • Ne laissez pas le sexe un jour avant l'analyse.
  • Avoir des toilettes pour les organes reproducteurs avant l'analyse.
  • Ne pas uriner pendant 2-3 heures

Si les résultats confirment la présence de la maladie, quels médicaments aideront ce patient, décide le spécialiste.

Diagnostic des mycoplasmes et de l'urétrite à ureaplasma

Identifier l'urétrite causée par des mycoplasmes ou des ureaplasmas n'est pas facile. Les méthodes répandues de diagnostic microscopique ne sont pas informatives en raison de la grande diversité d'espèces de ces bactéries.

Les méthodes culturelles ne sont également pas toujours informatives, car même s'il y a une croissance sur les milieux nutritifs - cela ne signifie pas une infection. Les mycoplasmes et les ureaplasmas peuvent être des habitants opportunistes des voies urinaires des hommes et des femmes, sans provoquer le développement d'une réaction inflammatoire.

Par conséquent, à l'heure actuelle, l'urétrite, qui est soupçonnée d'être associée à ces micro-organismes, est une indication pour le diagnostic par PCR.

Algorithme

Les tests d'urétrite les plus efficaces seront décrits ci-dessous. Afin de diagnostiquer avec précision cette condition pathologique, dans la pratique urologique, un système efficace d'examen des patients a été développé, dans lequel chaque élément est examiné.

Initialement, un examen standard et des antécédents médicaux sont effectués. Au cours de la conversation, le médecin doit obtenir le plus d'informations du patient. Il est impératif de dire au spécialiste ce qui inquiète exactement lorsque les premiers symptômes sont apparus, à savoir s'il y a eu récemment des contacts sexuels non protégés avec un partenaire non vérifié.

Après cela, un examen urologique ou gynécologique est effectué. Le médecin évalue visuellement l'état de l'urètre, note la présence ou l'absence de sécrétions non naturelles (pus, mucus), leur nature et leur consistance. La zone du périnée et les organes génitaux externes sont également examinés pour la rougeur, la plaque, l'éruption cutanée.

Ensuite, un prélèvement de frottis de l'urètre est effectué. Par la suite, le matériel sera envoyé pour examen microscopique et bactérioscopique. Si la cause de la pathologie est Trichomonas, alors lors de l'étude du frottis au microscope, le mouvement actif des bactéries sera visible, à condition que le secret ait été obtenu récemment.

Il est possible de mener des études spécifiques, notamment l'urétroscopie ou l'urétrographie. Dans le premier cas, une sonde est insérée dans l'urètre, qui visualise l'image de la caméra sur le moniteur, ce qui vous permet d'évaluer l'état de la muqueuse. Avec l'urétrographie, le diagnostic est réalisé à l'aide d'une substance radio-opaque.

Il est traditionnel d'assigner une analyse générale de l'urine, un échantillon de trois verres, un test sanguin par biochimie, et l'étude des fluides biologiques par la réaction en chaîne de la polymérase.Les femmes peuvent subir une échographie des organes pelviens et les hommes - la vessie, la prostate et les vésicules séminales.

Méthodes de laboratoire

Un test d'urine pour l'urétrite chez les femmes est l'une des méthodes de laboratoire pour confirmer le diagnostic. L'étude du matériel biologique permet de diagnostiquer un grand nombre de pathologies. Comment prendre l'urine pour étudier sa composition, dira un spécialiste de premier plan.

On distingue également d'autres méthodes:

  1. Bactérioscopie - l'étude d'indicateurs du matériau obtenu à l'aide d'un microscope,
  2. Bactériologie - la culture de bactéries sur un milieu spécial obtenu à partir d'un frottis,
  3. PCR - une technique pour examiner le sang ou l'urine, ainsi que d'autres fluides biologiques par une réaction en chaîne par polymérase, afin de détecter certains pathogènes en eux,
  4. Méthodes cliniques générales - étude d'indicateurs sanguins ou urinaires qui aideront à identifier le processus inflammatoire, ainsi que sa gravité.

Il convient de noter qu'avec l'urétrite, un test d'urine est prescrit pour chaque patient. Si, selon ses résultats, le médecin ne peut pas établir avec précision le diagnostic, des études supplémentaires sont effectuées, par exemple, la composition de la sécrétion produite par l'urètre est étudiée.

Analyse d'urine

De nombreux patients souhaitent savoir quels tests sont administrés pour l'urétrite. Si une personne vient chez le médecin pour se plaindre qu'elle a des problèmes d'urination, par exemple, cela devient plus fréquent ou s'accompagne de douleur, un test d'urine général sera prescrit.

De plus, certains urologues recommandent de donner du liquide biologique pour la recherche sur Nechiporenko. Souvent après le diagnostic de laboratoire, la présence d'un grand nombre de leucocytes ou de bactéries dans l'urine est déterminée.

Dans ce cas, un test à trois verres sera prescrit pour confirmer la présence d'une inflammation. Des tests similaires pour l'urétrite chez l'homme permettent de déterminer dans quelle partie de l'inflammation du système urinaire est localisée. De plus, un test d'urine à trois verres vous permet de comprendre avec précision combien de micro-organismes pathogènes contiennent 1 ml de liquide biologique, à quel type ils appartiennent et s'ils sont sensibles aux médicaments.

De tels tests pour l'urétrite sont particulièrement efficaces quand on soupçonne que la maladie a été provoquée par des microbes opportunistes qui appartiennent à la forme de staphylocoques, streptocoques, protées ou Escherichia coli. Comme mentionné précédemment, un test à trois verres permet de déterminer avec précision la localisation de l'inflammation.

Avec la progression de l'urétrite, des anomalies seront notées dans la première partie de l'urine, des changements dans la deuxième partie indiquent la présence de prostatite et de cystite, s'ils sont en trois échantillons, alors cela indique une pyélonéphrite ou une inflammation des reins.

Dans quels cas un diagnostic est-il effectué?

Chez l'homme, l'étude du matériel prélevé dans l'urètre est le moyen le plus informatif d'examiner diverses infections urinaires, en particulier les MST. Le diagnostic précoce des maladies sexuellement transmissibles évite de nombreuses conséquences graves.

Après avoir détecté la présence de microflore pathogène, une antibiothérapie est prescrite au patient. Assez souvent, une analyse d'un frottis de l'urètre chez l'homme est effectuée dans le but d'un examen complet pour déterminer les causes de l'infertilité.

L'étude donne des informations complètes sur l'état du patient après le traitement médicamenteux. Vous permet de définir l'efficacité des événements.

La raison de l'analyse est les symptômes qui sont apparus:

  • douleur et inconfort pendant la vidange de la vessie ou immédiatement après la miction
  • mictions fréquentes
  • l'apparition d'écoulements pathologiques (muqueuses, avec impuretés de particules purulentes ou sanguines)
  • gonflement et rougeur dans la région génitale
  • éruption cutanée (sur les organes génitaux, dans le périnée, dans l'anus)

Les résultats finaux sont remis au patient sous forme de formulaires dont le décodage est effectué par le médecin traitant.

En règle générale, lors de la révélation de processus pathologiques, l'analyse ne suffit pas pour établir un diagnostic final. Par conséquent, des méthodes supplémentaires sont attribuées. C'est-à-dire des diagnostics instrumentaux, des analyses de laboratoire de sang et d'urine, du sang pour la biochimie et autres, selon les résultats.

Des données anamnestiques sont en cours de collecte.

Quelles maladies peuvent être détectées avec un frottis de l'urètre?

Chez l'homme, une étude d'un frottis de l'urètre peut révéler des bactéries qui sont à l'origine de nombreuses infections génito-urinaires.

Une analyse de frottis diagnostique les pathologies suivantes:

  • prostatite (inflammation se développant dans la prostate)
  • urétrite (inflammation de la vessie)
  • chlamydia (une maladie infectieuse transmise par des rapports sexuels non protégés, l'agent causal est la chlamydia)
  • gonorrhée (maladie sexuellement transmissible qui affecte les muqueuses de l'urètre et le système reproducteur)
  • néoplasmes (tumeurs de nature maligne et bénigne)
  • trichomonase (fait référence aux MST, l'agent causal est le trichomonas vaginal, affectant les organes reproducteurs et urinaires)

En présence de microflore bactérienne à l'aide d'analyses, une évaluation est faite du degré de dommages et de la propagation de l'infection.

Préparation pour l'analyse de l'urètre chez l'homme

La phase préparatoire comprend le respect des règles suivantes:

  • 2-3 jours avant la procédure, l'utilisation de tout médicament, en particulier les onguents, les sprays et tout autre liquide antiseptique à usage local, doit être exclue. S'il est impossible de retirer tous les médicaments, ils sont avertis par le médecin traitant
  • La manipulation est effectuée 10 à 14 jours après la prise d'antibiotiques
  • 3 jours avant l'étude exclut le sexe, en particulier: anal, masturbation
  • Douche et bain - le soir, à la veille de la procédure matinale, douches vaginales - pendant deux jours. Avec un écoulement abondant de l'urètre (fétide, purulent), il est permis d'effectuer des procédures hygiéniques le jour de l'analyse, pendant 1-2 heures, sans utiliser de savon
  • Il est recommandé d'abandonner les viandes fumées et la salinité, de réduire la consommation d'aliments frits et gras, de réduire la quantité de liquide consommée
  • Le jour de la prise du frottis, dernière miction en 3 heures. La précision des résultats dépend du respect de la phase préparatoire; si les recommandations sont violées, elles peuvent être faussées.

Comment le biomatériau est-il prélevé?

La veille, il est très important de bien se laver.

La technique de la clôture n'est pas difficile. Elle est réalisée par un urologue ou vénéréologue, principalement le matin.

Pendant la procédure, le spécialiste utilise des outils spéciaux - une cuillère Volkman ou une boucle bactériologique. Dans certains cas, un écouvillon stérile est introduit.

Un frottis est effectué à une profondeur de l'urètre de 4 à 5 cm.Après avoir inséré la sonde dans l'urètre, le médecin fait tourner la poignée de l'instrument en cercle. Les mouvements de rotation vous permettent de collecter le maximum de matière sur les murs. Après cela, la sonde est retirée.

Le matériel collecté est distribué sur une lame de verre stérile ou sur un milieu nutritif spécial pour la recherche culturelle. Le frottis est envoyé au laboratoire pour une étude approfondie.

Le degré de douleur lors de l'analyse

La plupart des patients ne consultent pas le médecin pour des problèmes avec la sphère génito-urinaire en raison de la nécessité de passer des tests de l'urètre et de la douleur associée. Cependant, la douleur de la collecte des tests urétraux chez les hommes dépend de plusieurs facteurs.

Tout d'abord, il convient de noter que l'échantillonnage de matériel lors d'examens professionnels chez des patients sains est indolore. Dans ce cas, un léger inconfort est possible.S'il y a des agents pathogènes infectieux dans le système génito-urinaire et que le processus est accompagné d'une clinique légère ou aiguë, la prise de frottis provoquera une douleur intense.

Mais dans ce cas, aucune recherche ne peut être effectuée pour établir l'agent pathogène. Chez les patients atteints de maladies du système urinaire et des organes génitaux après manipulation, il y a un certain inconfort et une douleur en allant aux toilettes.

Parfois, il y a un inconfort prononcé, une sensation de brûlure ou une sensation intense de douleur en urinant. Cela est dû à une blessure à l'urètre enflammé pendant la procédure. Mais après un certain temps, l'inconfort disparaît. Certains hommes, afin de ne pas blesser encore plus l'urètre après analyse, essaient d'exclure autant que possible le liquide afin d'augmenter la distance entre les trajets aux toilettes.

Mais l'urine accumulée devient plus concentrée. Cela augmente le risque d'irritation sévère lors de l'urination.

Les experts recommandent d'utiliser des décoctions à base de plantes de fleurs de camomille ou de calendula officinalis pour éliminer la douleur qui survient à temps ou après l'analyse. Avec une douleur intense et persistante et une brûlure, vous devez prendre un bain chaud avec l'ajout d'infusions de plantes médicinales.

Après la procédure, l'alcool, les aliments fumés et épicés doivent également être exclus. Cela réduira l'irritabilité de la muqueuse urétrale et accélérera la phase de récupération après manipulation. Si la douleur dure une journée et ne disparaît pas, vous devriez consulter votre médecin.

Dans quels cas le prélèvement d'un frottis sur l'urètre est-il contre-indiqué?

La procédure n'est pas effectuée pendant le processus aigu, accompagnée d'un régime de température élevée du corps (plus de 39 degrés).

Cela est dû à la forte probabilité d'obtenir des résultats incorrects. Une étude est également contre-indiquée pour les hommes après avoir pris une forte dose d'alcool ou souffrant de troubles mentaux graves.

Résultats d'analyse: norme et pathologie

Le déchiffrement est effectué exclusivement par un spécialiste qualifié.

Si nécessaire, un schéma thérapeutique est déterminé ou des diagnostics supplémentaires sont prescrits.

Pour décrypter les données reçues, des indicateurs normaux sont pris en compte:

  • Tissu épithélial - présente à l'intérieur de l'urètre en petites quantités, généralement un épithélium plat, parfois cylindrique. Normalement 5-10 dans le champ de vision. La présence d'épithélium transitionnel indique la présence d'une inflammation de la prostate et de l'urètre prostatique. Dans les processus inflammatoires d'évolution aiguë ou chronique, les indicateurs d'épithélium seront plus élevés que la normale
  • Globules blancs - 4-5 dans le champ de vision est considéré dans la plage normale. Le dépassement de la norme indique la présence de phénomènes inflammatoires. Pour clarifier l'agent causal, une analyse pour la PCR (réaction en chaîne par polymérase) est prescrite
  • Présence élevée boue (++, +++) parle de processus inflammatoires
  • La disponibilité microorganismes - la quantité prédominante de microflore, qui pénètre dans la membrane muqueuse de l'urètre, est lavée avec l'urine. Les micro-organismes qui ont réussi à se fixer à la surface de l'épithélium sont considérés comme une microflore d'organe normale. Avec un nombre élevé de micro-organismes pathogènes, des processus inflammatoires se produisent, accompagnés d'un nombre élevé de leucocytes. Chez les patients en bonne santé, des niveaux normaux de streptocoque, de staphylocoque et de corynébactérie peuvent être présents en quantités minimales.
  • Les agents pathogènes sont normaux gonococcique infections et Trichomonas complètement absents, leur présence indique le développement d'une gonorrhée ou d'une trichomonase
  • Dans la détection des extracellulaires diplocoques une deuxième étude (PCR) est prescrite, mais leur présence même en petits volumes n'est pas considérée comme une pathologie
  • Présence champignons de type levure de la famille Candida dit qu'il y a une infection fongique
  • La présence de cellules clés plus gardnerella - Le principal signe de gardnerellose (transmis par contact sexuel)

Après décodage, le médecin décide de la nécessité d'un examen complémentaire. Ensuite, une antibiothérapie est prescrite à la fin de laquelle une analyse répétée est effectuée.

Méthodes de recherche

Le diagnostic du biomatériau de l'urètre se fait de deux manières:

  • Évaluation microscopique de l'urètre
  • méthode culturelle pour identifier les maladies infectieuses cachées

Le semis sur la microflore est effectué pour identifier la présence de microorganismes et leur nombre dans l'urètre. Pour cela, le matériel prélevé est placé sur une lame de verre et examiné au microscope.

La technique diagnostique les agents pathogènes des infections fongiques (candidose), de la trichomonase et de la gonorrhée. Pour identifier les processus pathologiques cachés, une analyse de frottis est appliquée au milieu de culture et cultivée (propagée).

Dans ce cas, l'analyse par PCR est souvent utilisée pour étudier le matériel de l'urètre chez l'homme.

La technique permet, en présence de sections uniques d'ADN bactérien, de le multiplier, de déterminer le type et la présence de sensibilité aux antibiotiques.

Le diagnostic est efficace dans le cours asymptomatique de la maladie. Aussi, pour identifier les agents responsables des MST quelques jours après un contact sexuel non protégé. Le temps de production dépend de la méthode de recherche utilisée - étudier au microscope et interpréter les résultats prend 1-2 jours.

La méthode culturelle est de 7 à 10 jours.

Combien de temps dure la réanalyse après une antibiothérapie?

La prise de tests de contrôle de l'urètre chez l'homme est effectuée après un traitement médicamenteux afin de contrôler l'efficacité du traitement. Au cours de l'étude, toute microflore pathogène doit être complètement absente du matériel prélevé.

La prise et l'étude d'un frottis sont effectuées plusieurs fois après la fin du traitement. Le premier échantillonnage est prévu après 3-5 jours. Si l'analyse détermine un grand nombre de bactéries, l'antibiothérapie est répétée (l'antibiotique est changé).

Une dynamique positive est l'état où les micro-organismes pathogènes sont complètement absents ou en petites quantités. Dans ce cas, après 2-3 semaines, un deuxième diagnostic est prescrit. En l'absence de toute trace d'agent pathogène, le patient est considéré en bonne santé, il est retiré du registre.

Si une analyse PCR est prescrite pour l'étude, un deuxième prélèvement est effectué un mois après la dernière dose de médicaments antibactériens. Cependant, le plus souvent, en fonction de la réduction de la sévérité des signes cliniques au cours du traitement et d'une maladie spécifique, le médecin traitant agit sur une base individuelle. Et il décide quand il est possible de passer des tests de l'urètre chez les hommes après la fin de la prise d'antibiotiques.

Quand les hommes passent des tests urétraux après un rapport sexuel

La méthode de réaction en chaîne par polymérase permet au bout de 2 à 3 jours d'identifier les agents pathogènes à l'aide du clonage d'ADN, qui sont présents dans le corps, même en quantités uniques.

Lors de l'utilisation d'autres méthodes de diagnostic, il ne sera possible d'identifier l'agent pathogène qu'après la période d'incubation et l'apparition des symptômes. En moyenne 3-4 semaines après l'infection présumée.

Pour identifier une infection spécifique, le moment optimal de l'examen est:

  • gonorrhée - après un rapport sexuel de 3-4 jours à 2 semaines
  • chlamydia - après l'infection après 14-21 jours
  • processus pathologiques dont les agents causatifs sont mycoplasmes (Mycoplasma genitalium) et ureaplasma (Ureaplasma) - 2 semaines après les rapports sexuels
  • trichomonase - de 3 jours à 2 semaines
  • syphilis, infection à VIH, cytomégalovirus - 1 à 1,5 mois après l'infection
  • lésion herpétique organes urogénitaux - 1-3 semaines
  • hépatite B et C - après 30 jours

Dans quels cas les résultats sont-ils faussement positifs?

Un résultat de test faussement positif signifie qu'il n'y a pas d'infection. Cependant, certains facteurs ont influencé le corps et une réaction positive a été obtenue.

Les faux tests positifs de l'urètre chez l'homme sont dans les cas suivants:

  • Non-respect de la phase préparatoire
  • Bactéries entrant dans le biomatériau du patient. Cela est dû à la négligence du miel. bactéries, bactéries de techniciens de laboratoire ou d'outils
  • Non-respect des intervalles de temps après le traitement. Le plus souvent, cela est dû au fait qu'après le traitement, les agents pathogènes meurent, mais pendant un certain temps, des particules de leur ADN restent. Par conséquent, dans la plupart des cas, des tests répétés sont effectués au plus tôt 3 à 4 semaines après la dernière dose du médicament. Si la PCR est prescrite après quelques jours, les résultats seront probablement positifs, car une technique très sensible identifiera les microbes morts

Dans ce cas, l'analyse est répétée. Un examen supplémentaire est en cours, comprenant des antécédents médicaux, un test sanguin pour la biochimie et une étude clinique du sang et de l'urine.

Résultats positifs: que faire dans ce cas

Dès réception d'un formulaire avec de mauvais résultats en main, le patient ne doit pas désespérer.

Tout d'abord, vous devez vous calmer, il est parfois nécessaire de prendre une pilule sédative ou de boire du thé à la menthe.

Ensuite, contactez un vénéréologue qualifié. Il interprétera les réponses et procédera à un examen supplémentaire.

Comme vous le savez, un diagnostic rapide de la maladie permet d'effectuer un traitement précoce et d'éliminer rapidement le problème existant. Lorsqu'une infection est détectée, une antibiothérapie, des immunomodulateurs, des antimicrobiens sont prescrits, notamment pour une application topique.

Aussi physiothérapie, correction de la nutrition et de la routine quotidienne.

Avec un traitement intempestif des processus inflammatoires identifiés, des complications peuvent se développer. Sous la forme d'une diminution du désir sexuel, de l'infertilité, des processus tumoraux de la prostate, de l'intoxication sanguine et autres.

Prix ​​de l'analyse urétrale

Le coût de la procédure dépend du type de technique utilisée.

Dans la clinique d'État, un examen gratuit est possible ou au prix le plus bas. Cependant, en raison d'un équipement obsolète et d'un financement insuffisant, les résultats peuvent ne pas être exacts.

Dans les cliniques privées, le coût de la procédure varie de 500 à 900 roubles, la méthode PCR est un peu plus chère - environ 300 à 400 roubles. Les prix varient selon les régions du pays.

Si vous devez passer une analyse de l'urètre, contactez l'auteur de cet article - un urologue, vénéréologue à Moscou avec de nombreuses années d'expérience.

Écouvillon urétral

L'analyse du contenu du frottis de l'urètre permet d'identifier la présence de microflore pathologique dans l'organe. Le but de l'étude:

  1. Détermination des composants de la microflore.
  2. La présence de micro-organismes qui provoquent une inflammation.
  3. La présence de pathogènes MST.
  4. Identification du champignon.

Un frottis est prélevé directement par un urologue à la réception ou dans un laboratoire clinique spécial. Le matériel est utilisé pour l'analyse à l'aide d'un microscope et d'une culture bactériologique.

La procédure est effectuée en introduisant une sonde spéciale dans l'urètre. Un tel mécanisme est nécessaire pour obtenir une quantité suffisante de matériel pour la recherche. Une sonde jetable stérile est insérée dans le canal à une profondeur de 3-4 centimètres et défile. Ensuite, la sonde est retirée, son contenu est recueilli dans un récipient stérile.

La manipulation est assez douloureuse, et la douleur dans le pénis dure assez longtemps. Les médecins conseillent de masser la prostate et l'urètre la veille du test.

Avant de prendre un frottis, vous devez:

  1. Abstenez-vous des rapports sexuels pour deux actions.
  2. N'effectuez pas de procédures d'hygiène avant de consulter un médecin.
  3. Ne pas uriner pendant 1,5 à 2 heures avant l'analyse.
  4. Arrêtez de prendre des médicaments 7 jours avant l'étude.

La présence du processus inflammatoire est diagnostiquée par les indicateurs de frottis suivants:

  1. Globules blancs supérieurs à 5.
  2. L'épithélium est supérieur à 10.
  3. Augmentation du mucus.
  4. Streptocoques, entérocoques, staphylocoques en quantité accrue.
  5. Trichomonades, gonocoques. Leur présence indique clairement la présence d'urétrite.

La réaction en demi-chaîne est une technique par laquelle les maladies infectieuses et héréditaires sont détectées dans le corps.

Les avantages de la technique sont les facteurs suivants:

  1. Détection absolue du pathogène dans le matériel d'analyse.
  2. Élimination des réactions erronées.
  3. Sensibilité maximale, la capacité de détecter même des cellules individuelles de pathogènes infectieux.
  4. Des résultats rapides. Les agents pathogènes apparaissent 4 heures après la collecte du matériel.

  • L'infection est détectée avec une évolution asymptomatique de la maladie et avec ses effets résiduels dans le corps.
  • L'analyse est réalisée en laboratoire à l'aide d'enzymes spéciales. Avec urétrite au diagnostic de PRC un frottis est prélevé sur l'urètre.

    Avant de prendre le matériel, vous ne pouvez pas avoir de relations sexuelles pendant la journée. La clôture est réalisée 2 heures après la dernière miction.

    Le diagnostic d'urétrite revient à un homme qui examine les symptômes de la maladie dans son propre corps et confirme la présence d'agents pathogènes par des tests de laboratoire. Le traitement médicamenteux est prescrit uniquement sur la base de ces indicateurs.

    Diagnostic de l'urétrite herpétique

    L'urétrite causée par les virus de l'herpès du premier ou du deuxième type est diagnostiquée en utilisant l'une des méthodes suivantes:

    • microscopie des frottis prélevés sur les éruptions cutanées locales et l'urètre. Dans ce cas, l'assistant de laboratoire détermine un grand nombre de cellules géantes et d'inclusions intracellulaires,
    • Méthode PCR pour détecter l'ADN viral,
    • immunofluorescence - une lueur vert vif est révélée dans les frottis.

    Recommandations générales

    Il existe des conseils généraux sur la préparation d'un test d'urétrite, quel que soit le sexe du patient.

    Avant de passer des tests d'urine, vous devez:

    • Ne prenez pas de diurétiques
    • N'utilisez pas d'antibiotiques ou de lavages locaux.
    • Avoir une toilette des parties génitales (une femme peut utiliser un tampon vaginal)
    • Il n'est pas recommandé aux patientes de faire un test d'urine pendant les jours menstruels.

    Vous ne pouvez pas manger avant de passer des tests sanguins veineux, car la graisse absorbée dans les intestins va ruiner l'échantillon.

    Parfois, des analyses de sang, d'urine et de frottis en laboratoire peuvent ne pas suffire.

    Dans de tels cas, le spécialiste prescrit des études supplémentaires: un test sanguin détaillé, une urétrocystoscopie.

    Si un homme ou une femme s'inquiète de l'urétrite, des tests à effectuer, décide l'urologue, le rendez-vous mérite d'être contacté.

    Pour les femmes, un examen peut être prescrit par un gynécologue.

    Si les tests confirment l'urétrite, alors quels médicaments aideront ce patient, le spécialiste décide.

    Si vous ressentez des symptômes et des signes d'urétrite, contactez l'auteur de cet article - un urologue, vénéréologue à Moscou avec 15 ans d'expérience.

    L'origine de l'urétrite masculine

    Comme la moitié de l'humanité, l'urétrite chez l'homme est causée par un traumatisme du canal urinaire, mais, plus souvent, par divers agents pathogènes:

    • bactéries (dont: non spécifiques, - staphylocoques, streptocoques, Escherichia coli, spécifiques, - trichomonas, etc.),
    • champignons du genre Candida,
    • virus - génital et herpès simplex.

    Comment les agents pathogènes pénètrent-ils dans la muqueuse urétrale? Il existe trois voies d'infection possibles:

    • à travers la lymphe
    • par contact sexuel avec le porteur de l'infection,
    • à travers la circulation sanguine.

    L'infection peut survenir par deux mécanismes:

    • primaire, lorsque l'agent pathogène pénètre directement dans l'organe et l'affecte,
    • secondaire, l'infection se propage à l'urètre à partir d'un autre foyer déjà présent dans le corps du patient.

    Avec une bonne immunité et une vitalité élevée, le corps est capable de faire face indépendamment à la microflore qui pénètre dans le corps. Mais il existe des facteurs provoquants qui augmentent la probabilité de développer une maladie:

    • dommages mécaniques, thermiques et chimiques à la muqueuse urétrale,
    • hypothermie systématique (générale et locale),
    • nutrition déséquilibrée, famine, carence prolongée en vitamines et minéraux,
    • Négligence de l'hygiène personnelle
    • les maladies chroniques, y compris la lithiase urinaire,
    • dépendance à l'alcool
    • pathologie des propriétés systémiques.

    En plus des infections, conduit à des processus inflammatoires du canal:

    • tumeurs génitales,
    • prostatite
    • congestion pelvienne,
    • procédures médicales (cytoscopie, insertion de cathéter),
    • hyperplasie prostatique.

    Les symptômes de l'urétrite chez les hommes

    Une caractéristique distinctive des symptômes de l'inflammation urétrale chez les hommes est une forme plus sévère et la présence d'un plus grand nombre de complications, associées aux caractéristiques anatomiques de l'organe affecté.

    Ainsi, comme l'urètre est beaucoup plus long chez l'homme que chez la femme, le degré de localisation de l'inflammation se distingue:

    • inflammation totale couvrant tout l'organe,
    • devant
    • en arrière.

    Après la fin de la période latente asymptomatique du stade initial de l'inflammation, le patient, quelle que soit l'origine du processus pathologique, présente les signes évidents d'inflammation urétrale:

    • fièvre, fièvre, suivie de frissons,
    • mictions fréquentes et persistantes,
    • écoulement verdâtre, jaune et brun (selon la nature de la maladie) du canal contenant du pus, des cellules sanguines ou du mucus,
    • gonflement et gonflement du pénis,
    • l'apparition d'une petite portion de sang à la fin de la miction,
    • démangeaisons, brûlures et douleurs d'intensité variable qui ne disparaissent pas même après la miction,
    • malaise général.

    Si vous ignorez les signes d'urétrite et ne la traitez pas, à l'avenir, le processus inflammatoire prendra une forme chronique et intraitable, caractérisée par de légers symptômes.

    L'urétrite chronique ne dérange pas beaucoup le patient, il peut croire que la maladie s'est résolue spontanément, mais ce n'est pas vrai.

    Sans traitement adéquat, l'urétrite ne disparaît presque jamais et menace des complications dangereuses telles que:

    • vésiculite
    • épididymite
    • prostatite et autres maladies des organes génito-urinaires.

    Pour comprendre que la pathologie n'est pas allée nulle part, il suffit de faire des tests pour l'urétrite chez les hommes, la direction que le médecin traitant prescrira.

    Quels tests faire avec l'urétrite chez les hommes

    Après que le patient visite l'urologue, qui écoute attentivement ses plaintes et effectue un examen objectif des organes génitaux, le patient sera référé pour des tests de laboratoire supplémentaires pour un diagnostic précis.

    Beaucoup s'inquiètent de la question: quels tests sont administrés aux hommes atteints d'urétrite?

    Ce sont des études complexes traditionnelles, y compris des méthodes instrumentales et, en fait, des diagnostics en laboratoire.

    Méthodes instrumentales

    Les trois façons les plus précises de détecter une maladie et ses causes sont classiquement distinguées:

    • urétroscopie, - par inspection visuelle des parois affectées de l'urètre à l'aide d'optiques spéciales, est réalisée uniquement pendant la période de rémission
    • L'urétrographie aux rayons X est réalisée en introduisant des agents de contraste dans le canal,
    • diagnostic par ultrasons, permettant, sans pénétrer l'instrument dans le corps, de l'examiner et d'évaluer le degré de dommage.

    Diagnostic de laboratoire

    Ce diagnostic est basé sur l'étude de divers biomatériaux reçus du patient, et permet non seulement de déterminer la cause de la maladie, mais aussi les méthodes de traitement les plus appropriées, par exemple, les médicaments les plus efficaces pour un pathogène particulier.

    En règle générale, il s'agit d'études en laboratoire telles que:

    • culture bactérienne d'un frottis prélevé sur l'urètre masculin,
    • réaction en chaîne polymère (PCR), identifiant de manière très précise l'agent pathogène,
    • analyse d'urine pour le degré de développement du processus pathologique,
    • examen histologique microscopique du frottis pour la pathologie.

    Quelles lames spécialisées demander

    Il n'est pas interdit de se plaindre des symptômes de l'urétrite d'abord pour voir un thérapeute. Après avoir écouté le patient, il orientera un spécialiste au profil étroit.

    Par conséquent, afin de gagner un temps précieux pour le traitement de l'urétrite, il est conseillé de prendre immédiatement et d'urgence un rendez-vous avec un urologue.

    Pour clarifier le diagnostic, ainsi qu'en cas de complications révélées, l'urologue peut référer le patient pour examen à d'autres spécialistes apparentés:

    • andrologue
    • urologue andrologue
    • néphrologue
    • allergologue.

    Diagnostic de l'urétrite à Trichomonas

    L'urétrite à Trichomonas n'est pas difficile à diagnostiquer, car présente des symptômes typiques (pour plus de détails, voir la section «Symptômes de l'urétrite»). Cependant, les méthodes suivantes aident à déterminer enfin le micro-organisme responsable (trichomonades):

    • bactérioscopie - même dans une préparation non peinte, l'assistant de laboratoire révèle facilement les trichomonades,
    • la recherche bactériologique, mais elle est moins courante, car la microscopie est assez informative.

    Conclusion

    La présence de symptômes d'urétrite est une indication pour un diagnostic en laboratoire et / ou instrumental. Sa tâche est de confirmer l'inflammation de l'urètre, ainsi que d'identifier sa cause (un micro-organisme spécifique). Cela aide le médecin à effectuer un traitement différencié et à guérir l'urétrite du patient.

    Analyse d'urine pour l'urétrite

    Le diagnostic chez les femmes et les hommes commence souvent par la recherche clinique générale. Par exemple, un test d'urine général est fourni. Il montre des signes d'inflammation. Ce sont des globules blancs - des globules blancs responsables des réponses immunitaires. Mais cette étude n'est qu'indicative. Cela suggère qu'il y a une inflammation dans le système génito-urinaire. Mais il ne dit pas exactement au médecin où se situe la pathologie. Parce que l'urine traverse de nombreux organes dans le sens du mouvement. On ne sait pas exactement où elle a "ramassé" ces globules blancs. Après tout, ces cellules pourraient pénétrer dans l'urine non seulement par l'urètre. Il peut s'agir des reins, des uretères, de la prostate, de la vessie. Par conséquent, des diagnostics supplémentaires sont nécessaires pour déterminer la localisation de la pathologie.

    Un test d'urine à deux verres pour l'urétrite

    Si les leucocytes sont trouvés dans les tests d'urine pour l'urétrite, un test à deux verres aidera à distinguer cette maladie de la pyélonéphrite ou de la cystite. Son essence est que le patient urine alternativement dans deux vaisseaux.

    Si le pus est trouvé dans le premier, très probablement, la pathologie est localisée dans l'urètre ou la prostate. Parce que la première portion lave le pus de l'urètre. Il peut être présent si:

    • pus formé directement dans l'urètre,
    • le pus pénètre dans l'urètre par la glande prostatique et s'y accumule.

    Mais si la première partie est transparente et la seconde est trouble (avec des globules blancs), cela suggère que les reins ou la vessie sont enflammés. Une information plus précise donne un échantillon de trois verres. Le patient libère le premier flux d'urine dans le premier vaisseau, puis la partie principale de l'urine dans le second et le reste dans le troisième.

    Avec l'urétrite, le pus ne sera que dans le premier verre. Avec cystite - seulement dans le troisième.Avec pyélonéphrite - dans toutes les portions uniformément.

    Urine selon Nechiporenko avec urétrite

    Parfois, en cas de suspicion d'urétrite, une analyse d'urine selon Nechiporenko est prescrite. Il s'agit de compter le nombre de globules blancs et de globules rouges dans la partie matinale de l'urine.

    Les globules blancs normaux ne doivent pas dépasser 4x10 6 cellules par litre. La norme des globules rouges est de moitié - 2x10 6 cellules par litre.

    Avec des résultats controversés, il est possible de répéter l'analyse selon Nechiporenko après un test provocateur. Du pyrogène ou de la prednisone est administré. Après cela, le processus inflammatoire est activé et un grand nombre de globules blancs sont détectés dans l'urine.

    Semer un frottis urétral

    Le semis avec urétrite est l'une des études les plus informatives. Il vous permet d'établir l'étiologie de la maladie.

    Le semis est utilisé pour déterminer l'urétrite non spécifique. Il s'agit d'une forme de processus inflammatoire infectieux causé par des bactéries ou des champignons opportunistes.

    Sur un milieu nutritif peut se développer:

    • bâtonnets gram-négatifs
    • entérobactéries
    • corynébactéries,
    • hémophiles
    • streptocoques,
    • staphylocoques,
    • levure.

    Le résultat de l'étude est quantitatif. Il est estimé en unités formant colonie.

    Les principaux indicateurs d'analyse de l'urétrite sont les suivants:

    • indication de la croissance des colonies sur un milieu nutritif,
    • une indication du type de micro-organisme ou de plusieurs micro-organismes,
    • indication de leur nombre en UFC.

    Dans le cas où un micro-organisme est détecté en une quantité supérieure à 10 4 UFC / écouvillon, sa sensibilité aux antibiotiques est déterminée.

    Le médecin reçoit des données d'antibiogramme. Divers antibiotiques sont indiqués dans la colonne. Le tableau indique le niveau de sensibilité des bactéries à celle-ci. Les agents pathogènes peuvent être sensibles, insensibles ou résistants à un médicament particulier.

    Pour le traitement, l'antibiotique est sélectionné pour lequel la sensibilité maximale.

    Le médecin peut également prendre l'ensemencement pour:

    • champignons de type levure (candidose),
    • chlamydia
    • ureaplasmas
    • mycoplasmose
    • gonorrhée
    • Trichomonades.

    Ce sont les agents responsables des infections sexuellement transmissibles. Ils poussent également sur des milieux nutritifs. Mais pour les identifier, des analyses séparées sont nécessaires.

    Tests d'infections génitales pour l'urétrite

    Selon le facteur étiologique, toute urétrite infectieuse est divisée en trois groupes:

    • gonococcique,
    • non gonococcique,
    • non spécifique.

    Le premier groupe survient à la suite d'une infection par la gonorrhée. C'est l'une des maladies sexuellement transmissibles les plus courantes. Cela conduit presque toujours à une inflammation de l'urètre. Une pathologie particulièrement violente survient chez les hommes. Ils produisent généralement une grande quantité de pus.

    Souvent, la gonorrhée peut être suspectée en raison des seuls symptômes. Mais pour confirmation, dans tous les cas, des diagnostics de laboratoire sont nécessaires.

    Les gonocoques peuvent être détectés même par microscopie à frottis. Surtout chez les hommes, au milieu d'une décharge abondante de l'urètre. Mais ils ne sont pas toujours détectés. Leur absence dans le frottis ne signifie pas qu'il n'y a pas de gonocoques. Cela signifie simplement que des tests de diagnostic plus précis sont nécessaires. Par conséquent, dans de tels cas, la PCR est effectuée, moins souvent - un réservoir de semis.

    L'urétrite postgonococcique est isolée sous une forme distincte. Ils sont principalement causés par des mycoplasmes et des ureaplasmas. Ces micro-organismes sont souvent présents chez les personnes ayant une vie sexuelle active.

    Les mycoplasmes et les ureaplasmas ne provoquent pas toujours une urétrite immédiatement après l'infection. Ils peuvent ne pas provoquer d'inflammation pendant longtemps. Mais dans le contexte d'autres IST, dont la gonorrhée, ces infections sont activées. En conséquence, après avoir guéri la pathologie, l'inflammation ne s'arrête pas.

    Un examen plus approfondi montre que le patient souffre d'uréeplasmose ou de mycoplasmose. Identifier ces pathologies facilite l'analyse par PCR.

    La culture bactériologique est moins couramment utilisée. Il peut être nécessaire en cas d'inefficacité du traitement, d'évaluer la sensibilité aux antibiotiques.

    Parmi l'urétrite non gonococcique, il existe d'autres processus inflammatoires de l'urètre, qui sont provoqués par une flore spécifique. Cela peut être:

    • chlamydia
    • ureaplasmas et mycoplasmas,
    • Trichomonas
    • l'herpès.

    Trichomonas peut être détecté par microscopie à frottis.

    Les micro-organismes restants ne sont pas détectés de cette manière. Par conséquent, la PCR reste la principale méthode de diagnostic. Cette méthode vous permet de détecter l'ADN d'une bactérie, d'un virus ou de protozoaires dans le matériel d'essai.

    Si un agent pathogène est détecté dans un frottis de l'urètre, un diagnostic est établi et un traitement est prescrit. De plus, toutes les pathologies répertoriées à l'exception de l'herpès peuvent être diagnostiquées lors d'un diagnostic culturel.

    Le matériel est semé sur un milieu nutritif et observe la croissance des colonies. Un autre groupe d'urétrite n'est pas spécifique. Ce sont des inflammations de l'urètre, causées par une flore opportuniste. Elle n'est pas toujours identifiée. Parfois, le traitement est prescrit empiriquement, sans spécifier d'analyses. S'ils sont nécessaires, un réservoir est semé. Il vous permet d'identifier les agents pathogènes de l'urétrite non spécifique. Le fait qu'un micro-organisme particulier puisse provoquer une inflammation est indiqué par une augmentation de sa population. Dans ce cas, il est déterminé en un montant supérieur à 10 4 CFU.

    Interprétation des résultats des tests pour l'urétrite

    Les tests d'urétrite doivent être déchiffrés par un médecin. Parce qu'ils sont interprétés dans un complexe.

    Initialement, un frottis est donné. Il montre s'il y a une inflammation. Le médecin le juge par la présence de globules blancs. De plus, un frottis permet dans de nombreux cas de détecter la trichomonase, la candidose ou la gonorrhée.

    L'identification d'au moins une cellule pathogène devient un prétexte pour le diagnostic. À l'étape suivante, ils passent la PCR.

    Les résultats sont qualitatifs ou quantitatifs. Des recherches qualitatives sont généralement menées. Ils donnent une réponse si l'agent pathogène est présent dans l'urètre.

    Des tests de diagnostic quantitatifs sont requis pour:

    Tous ces microbes peuvent vivre dans l'urètre sans provoquer d'inflammation. Par conséquent, seule une augmentation de leur population parle en faveur des maladies causées par ces bactéries et champignons.

    Comment se préparer aux analyses

    La plupart des tests d'urétrite sont administrés le matin. Avant cela, les antibiotiques ne peuvent pas être traités. Parce que la probabilité de faux résultats négatifs des tests de diagnostic augmente.

    Le traitement n'est prescrit qu'après le diagnostic d'urétrite. 2 jours avant l'étude, vous ne pouvez pas avoir de relations sexuelles, et utiliser également des agents antimicrobiens d'action locale.

    Immédiatement avant de prendre un frottis, il est interdit d'uriner pendant au moins 3 heures.

    L'exception est les cas où il y a un écoulement abondant de l'urètre. Ensuite, l'analyse peut être passée même 20-30 minutes après la dernière miction.

    Les femmes donnent généralement des tampons vaginaux en même temps. Parce que leurs infections peuvent se propager aux organes reproducteurs et provoquer une vaginite. Par conséquent, pour les femmes, il existe des recommandations préparatoires supplémentaires. Ils ne peuvent pas dans les 2 jours avant le diagnostic:

    • utiliser des spermicides
    • utiliser des tampons
    • des douches vaginales.

    Toute procédure diagnostique ou thérapeutique dans laquelle l'instrument pénètre dans les voies génitales est interdite. N'utilisez pas de comprimés ou suppositoires vaginaux. Ce n'est qu'alors que nous pourrons compter sur les résultats les plus précis du diagnostic de l'urétrite.

    Tests d'urétrite après traitement

    Souvent, après avoir suivi un traitement antibiotique, le patient est invité à reprendre les tests. Cela est nécessaire pour comprendre s'il a été guéri ou non.

    Les analyses sont obligatoires si l'urétrite est causée par un agent causal d'une maladie sexuellement transmissible.

    Les tests de laboratoire de contrôle peuvent être assignés à différents moments. En gros, elles se font 2 semaines après l'annulation des antibiotiques.

    Avec l'infection gonococcique, un contrôle supplémentaire est possible pendant 2 jours après le retrait du médicament. Avec la mycoplasmose ou l'uréeplasmose, les tests de contrôle peuvent abandonner 4 semaines après le traitement. Fondamentalement, le contrôle est effectué par PCR. Parfois, une étude bactériologique est prescrite.

    Quel médecin traite l'urétrite chez les femmes

    L'urétrite chez les femmes et les hommes peut être traitée par un urologue. De plus, un vénéréologue y est souvent impliqué. Parce que la maladie est souvent causée par des infections sexuellement transmissibles.

    Chez les femmes, un gynécologue peut traiter la pathologie. Y compris si elle est causée par une microflore spécifique. Tous ces spécialistes reçoivent dans notre clinique. Avec nous, vous pouvez passer par le diagnostic et le traitement de l'urétrite.

    Si vous soupçonnez une urétrite, contactez l'auteur de cet article - un urologue, vénéréologue à Moscou avec de nombreuses années d'expérience.

    • VIH
    • Gardnerellose
    • Condylomatose
    • Grive
    • Syphilis
    • Trichomonase
    • Balanoposthite
    • L'herpès
    • La gonorrhée
    • Mycoplasmose
    • Uréaplasmose
    • Urétrite
    • Chlamydia
    • STD

    Laissez Vos Commentaires