Articles Populaires

Choix De L'Éditeur - 2020

Tumeur de la prostate

Les tumeurs sont une variété de maladies de la prostate.

Avec de telles pathologies, la glande enflée comprime le tubule urétral, ce qui rend difficile l'urination.

Dans l'article, nous parlerons de ce que sont les tumeurs de la prostate, pourquoi elles surviennent, et également des moyens de traiter les ganglions de la prostate.

Nous examinerons quelles sont les causes de leur apparition et quelles sont les prévisions possibles.

À propos de la maladie

Par rapport à n'importe quel organe du corps, l'affirmation est vraie: s'il n'est pas soumis à un stress pendant une longue période, il se dégradera et tombera malade.

Par rapport à la prostate, elle est correcte plusieurs fois, car elle remplit plusieurs fonctions:

  1. La glande prostatique est impliquée dans l'excrétion urinaire.
  2. Il produit le secret de la prostate, qui représente trente pour cent de la masse de sperme et est responsable de sa nutrition.
  3. La sécrétion de la prostate est mélangée avec du sperme s'écoulant des vésicules séminales dans l'urètre adjacent à la glande.
  4. Les récepteurs des glandes sont irrités par des gouttes de sécrétion au moment de l'éjaculation, par conséquent, l'homme obtient un orgasme.

La stagnation de la sécrétion de la prostate et le flux sanguin en elle entraînent une violation de l'approvisionnement en sang des organes voisins. Des caillots sanguins se forment dans les vaisseaux, provoquant une perturbation des muscles de cette zone. Le relâchement musculaire affecte négativement le fonctionnement de l'ensemble du système génito-urinaire.

Tous ces facteurs créent des conditions favorables au développement de tumeurs, parmi lesquelles:

  • bénigne (hyperplasie bénigne de la prostate ou adénome de la prostate),
  • malin (carcinome, cancer).

Ils ne doivent pas être confondus avec la prostatite - inflammation de la prostate.

Tumeur bénigne diffère en ce qu'il peut toujours être déterminé que ses cellules ont été formées précisément à partir des cellules de la glande. Ils se développent lentement, au fil des ans, n'ont pas d'effet général sur le corps, ne donnent pas de matastases.

Tumeurs malignes souvent, ils perdent même leur ressemblance externe avec le tissu de l'organe à partir duquel ils se développent. Ils augmentent rapidement de taille, la relation quantitative et spatiale entre les composants des tissus et des cellules est violée. Il y a des métastases dans les organes voisins. L'ensemble du corps du patient est affecté.

Contrairement à la croyance populaire, les maladies de la prostate telles que la prostatite, l'adénome et le carcinome ont différentes causes, effets et méthodes de traitement. Ils ne sont pas une conséquence du développement mutuel. Se produisent souvent simultanément, car les facteurs favorables au développement de ces maladies sont les mêmes.

Les causes de la formation focale dans la prostate ne sont pas bien comprises. L'opinion dominante est que l'adénome est un phénomène lié à l'âge presque inévitable, seul l'âge auquel il tombe malade dépend du comportement d'un homme particulier.

Le cancer (carcinome) est plus souvent associé à un environnement défavorable, bien que le pourcentage de cas augmente également avec l'âge. On ne peut que dire sans équivoque que la consommation d'alcool et de nicotine contribue au développement de tous les types de formations focales de la prostate.

Utilisation de nicotine:

  • abaisse les niveaux de testostérone,
  • perturbe la microcirculation des vaisseaux sanguins, son écoulement veineux,
  • réduit le tonus de la prostate,
  • diminue l'immunité.

Formation bénigne de la prostate

En raison d'anomalies hormonales, des processus inflammatoires peuvent se produire dans la glande prostatique, qui expriment la prolifération et la densification du tissu prostatique, remplissant sa cavité. En termes simples, il y a un développement d'adénome de la prostate - hyperplasie cellulaire de nature bénigne (HBP). Cette pathologie est très populaire parmi les maladies masculines après quarante ans. Un homme commence à ressentir de l'inconfort pendant la miction et l'activité sexuelle. Cela est dû à la compression de l'urètre de la prostate, dont la partie initiale passe à l'intérieur. En conséquence, la pression urinaire diminue, sa quantité diminue et l'envie d'excréter augmente, et tout cela s'accompagne d'un symptôme douloureux. Selon le stade de l'adénome, les signes de pathologie augmentent avec l'ajout d'une dysfonction érectile chez l'homme. Dans une vessie bondée, située au-dessus de la prostate, une stagnation de l'urine se produit, ce qui entraîne des processus inflammatoires du système uretère dans son ensemble. Avec une aggravation de la pathologie, une incontinence urinaire est observée, car l'hypertrophie des muscles de l'urée augmente et une atonie du sphincter est notée. Dans la vessie, après la stagnation, des calculs se forment qui font apparaître du sang dans l'urine. Avec un retard complet dans l'urine, une insuffisance rénale et un coma peuvent survenir.

Conditions préalables à l'adénome de la prostate

  • Déséquilibre hormonal (conversion pathologique de la testostérone),
  • Facteur héréditaire
  • Barrière d'âge (après quarante ans),
  • Maladies chroniques sévères du corps d'un homme (diabète, urolithiase, cystite, urétrite),
  • Maladies sexuellement transmissibles et infestations helminthiques,
  • Longue abstinence des rapports sexuels,
  • Tumeurs dans le rectum.

L'évolution du processus pathologique dans la prostate peut durer des années. Dans le contexte de changements structurels déformatifs dans la glande et d'autres facteurs d'influence, la croissance infiltrante de cellules malignes apparaît parfois, c'est-à-dire que le cancer rejoint l'adénome. une tumeur maligne de la glande se développe indépendamment, et non à la suite de la dégénérescence de l'hyperplasie prostatique adénomateuse. Lors d'un examen histologique de la prostate, après son ablation, on observe souvent une tumeur bénigne et maligne à la fois, c'est-à-dire un adénome et un cancer.

Selon la présence de symptômes et de plaintes chez le patient, ainsi qu'après avoir effectué des mesures diagnostiques, la présence d'adénome est confirmée par les signes suivants:

  • Symptôme de lenteur, avec difficulté, urine,
  • La miction devient intermittente et rapide,
  • Le nombre d'envies d'uriner, augmente de manière significative, et surtout pendant le repos nocturne,
  • Il n'y a aucun sentiment de soulagement après la miction,
  • Avec les dernières gouttes d'urine, un symptôme de douleur et de brûlure dans l'urètre et l'aine,
  • Le désir d'intimité sexuelle s'affaiblit et la fonction érictile est altérée.

Lors du diagnostic, un urologue peut effectuer une enquête spéciale sur les hommes sur une échelle symptomatique (huit points). Le nombre marqué, exclut ou confirme la présence d'une tumeur dans la prostate et son stade de développement.

Traitement de l'adénome

Le traitement de l'adénome de la prostate avec des signes primaires consiste à effectuer des mesures thérapeutiques. Cela se traduit par la prise de médicaments de thérapie traditionnelle et de remèdes populaires. En combinaison, pour un traitement efficace, des procédures physiothérapeutiques sont prescrites. Dans la phase sévère de la maladie, la prostate subit une ablation, c'est-à-dire un traitement chirurgical.

Les médicaments contre l'adénome sont prescrits sous forme de comprimés, ainsi que sous forme d'injections intramusculaires et intraveineuses. Pour ce faire, utilisez des alpha-bloquants, qui aident à détendre le système musculaire du système génito-urinaire, ce qui aide à améliorer la perméabilité urinaire, à soulager les symptômes douloureux et à rétablir la fréquence des mictions. Pour éliminer l'inflammation et l'hyperplasie de la prostate, les alpha-bloquants n'ont pas d'effet positif. Selon leurs propriétés secondaires, le patient peut ressentir des nausées, des maux de tête, une faiblesse, des étourdissements.

Les médicaments qui ont un effet néfaste sur les cellules hyperplasives de la tumeur, c'est-à-dire l'arrêt de leur croissance, comprennent le finastéride ou le dutastéride. Le groupe pharmacologique de ces agents est constitué des inhibiteurs de la 5 alpha réductase, qui se caractérisent par la conversion de la testostérone en androgène. Une tumeur dans la glande arrête sa croissance et diminue, et par la suite, le débit urinaire est établi. Le traitement avec des comprimés de ce médicament est long et prend environ six mois en association avec la doxazosine, qui réduit les spasmes musculaires, abaisse la pression artérielle et dilate les vaisseaux sanguins. Vous ne pouvez pas nommer ces médicaments chers, donc le traitement de la maladie est accessible à tous (le prix du finastéride est de 245 roubles, le prix de la doxazosine est de 355 roubles).

La médecine traditionnelle comprend des préparations à base de plantes à base d'herbes, de noix, de graines, d'oignons, d'ail, d'écorce de conifère, de pruche, etc. Il existe également des recettes de remèdes populaires contre l'adénome de la prostate, basées sur un produit apicole et du soda. Selon les critiques sur l'utilisation de la médecine traditionnelle, il est possible de prévenir ou de réduire l'adénome dans les premiers stades de son développement. Lorsque la tumeur de la glande est à un stade avancé, avec la présence d'une image symptomatique vive, l'intervention chirurgicale devient le dernier espoir. Le traitement chirurgical d'une tumeur de la prostate se réduit à l'ablation des ganglions et des tissus envahis par l'urètre (résection transurétrale de la prostate). En cas de contre-indications pour une telle ablation de la tumeur, l'adénome est retiré avec la glande prostatique à travers la cavité abdominale.

Cancer de la prostate

Cette pathologie a un nom - cancer de la prostate. Une formation maligne dans la glande est observée chez les hommes d'un âge plus mûr - après soixante ans. La cause de la tumeur est un dysfonctionnement hormonal et une prédisposition. L'importance de la prostatite chronique est également prise en compte comme facteur de risque de cancer. L'infiltration des cellules cancéreuses se produit à partir du tissu conjonctif de la prostate, qui se transforme en néoplasme jusqu'à plusieurs centimètres. Le cancer peut affecter l'un ou les deux lobes de la glande, sous une forme unique ou multiple, germer les parois d'un organe et de la vessie ou se localiser à l'intérieur de la prostate. Dans la plupart des cas, les cellules cancéreuses se sont propagées aux vésicules séminales des hommes. Les formes de la tumeur ont un degré légèrement différencié, différencié et indifférencié. Le cancer différencié est moins malin, c'est-à-dire avec de faibles métastases et un pronostic favorable après traitement. Les formes restantes sont considérées comme une menace pour la vie du patient, même avec les bonnes tactiques de traitement. Les métastases de la tumeur maligne se déplacent à l'aide de coupures et de lymphe et affectent les os (colonne vertébrale, bassin, sacrum, membres inférieurs, côtes).

Le tableau symptomatique, comme pour de nombreuses maladies oncologiques, peut initialement être absent. L'évolution du processus malin avec exclusion de l'adénome de la prostate se produit à un rythme lent, sans changer la taille de la glande et le bien-être de l'homme. Il est possible de détecter la présence d'une tumeur lors de la palpation de la prostate, c'est-à-dire que certains phoques se trouvent dans la région des lobes ou entre eux. La palpation de ce type est effectuée par examen rectal. À savoir, grâce à des examens préventifs des hommes après cinquante-cinq ans, il est possible de détecter une tumeur de la prostate à un stade précoce de développement.

La croissance tumorale s'exprime par la fusion de ganglions cancéreux qui remplissent la cavité prostatique et vont au-delà, faisant germer les parois des organes voisins. La glande prostatique et les fibres qui l'entourent deviennent denses et immobiles. Dans ce cas, il y a un symptôme de rétention urinaire, l'envie d'uriner devient plus fréquente et une sensation d'obstruction à sa sécrétion apparaît. La miction diffère du processus physiologique: un flux faible, un petit volume, une sensation de vidange incomplète de la vessie et la présence de trouble, avec un contenu sanglant, de l'urine. L'apparition d'une hématurie est un signe de lésion tumorale des vaisseaux sanguins. La présence de douleurs tiraillantes dans le rectum et le périnée est également considérée comme un signe d'une tumeur de la prostate. Le développement d'un cancer perturbe l'urodynamique, qui se traduit par des symptômes de pyélonéphrite, de cystite et d'insuffisance rénale. L'intoxication par le cancer de la prostate survient au dernier stade du processus malin.

Au premier stade de la tumeur, des changements visibles dans l'organe peuvent ne pas être remarqués, car un tissu normal recouvre la zone cancéreuse. Les métastases peuvent apparaître comme un ganglion lymphatique inguinal élargi sur le côté de la tumeur. Le pronostic de survie avec détection précoce est favorable dans 70% des cas,

Le deuxième stade du cancer est caractérisé par l'apparition d'une légère déformation de l'organe, sans endommager les vésicules séminales. La présence de métastases uniques ou multiples dans les nœuds régionaux du système lymphatique d'un ou des deux côtés. Le pronostic d'invasivité à cinq ans après ablation de la prostate est de 50% des cas,

La troisième étape du processus malin s'exprime par la germination du cancer de la capsule de la prostate avec la capture du sillon latéral et des vésicules séminales. La présence de ganglions lymphatiques métastatiques denses et à déplacement limité. Le pronostic pour la vie est plus défavorable,

Fin, quatrième étape - le foyer cancéreux implique les tissus et les organes voisins. La propagation de métastases lointaines. Le pronostic de vie des hommes malades est généralement défavorable.

Le diagnostic du processus pathologique de la prostate comporte plusieurs étapes d'examen:

  • Examen rectal,
  • Un test sanguin pour la prostate est un antigène spécifique,
  • Analyse de la production quotidienne d'urine pour la créatinine,
  • Examen diagnostique échographique de la prostate, de la vessie et des reins,
  • Examen cystoscopique de l'urètre.

La prévention et le traitement du cancer de la prostate consistent à adhérer à un mode de vie sain d'un homme (abandon des mauvaises habitudes), passage en temps opportun des examens préventifs et diagnostic d'un oncomarker.

Le traitement d'une tumeur maligne, en règle générale, vise une approche opérationnelle, c'est-à-dire l'ablation de l'organe affecté, le plus tôt sera le mieux, pour le pronostic ultérieur de la vie d'un homme. La thérapie antitumorale comprend l'exposition aux radiations et les médicaments hormonaux, qui sont utilisés séparément et en combinaison. Certains patients utilisent des remèdes populaires pour prévenir, arrêter la croissance, traiter et prévenir la récurrence du processus oncologique, qui aident parfois plus que les médicaments conventionnels et à un prix moins cher. Ces remèdes populaires anti-tumoraux comprennent des infusions sur un produit apicole, la pruche, l'absinthe, la chélidoine, etc. Le désir d'utiliser des remèdes populaires dans le traitement se manifeste chez les patients qui essaient de se débarrasser de la maladie au stade initial ou avec un pronostic défavorable établi pour la vie future.

Le régime postopératoire, qui devrait éliminer complètement les aliments qui irritent le système urinaire du corps, est d'une importance considérable pour un pronostic favorable de récupération.

Qu'est-ce que la glande prostatique?

La prostate est appelée la glande interne masculine. Il se compose des trois mêmes lobes, il mesure 3x4 cm et ressemble à un châtaignier. L'emplacement est légèrement plus bas que la vessie dans le petit bassin, l'urètre est entouré d'une glande. Pour cette raison, une hypertrophie de la prostate entraîne des difficultés avec le retrait complet de l'urine du corps.

Les fonctions de la prostate sont les suivantes:

  • Augmente l'activité des spermatozoïdes et augmente leur production,
  • Fournit un secret qui a la capacité de liquéfier le sperme,
  • Aide à la faire sortir
  • Il participe à un orgasme et améliore la libido,
  • Lors des érections, il ferme la sortie de la vessie.

La prostate a une structure spéciale. Il comprend des glandes prostatiques, constituées d'épithélium glandulaire et constituant la majeure partie de l'organe - leur nombre peut être de 30 à 50 pièces.Ils ressemblent à des tubes entourés de bulles. La tâche des éléments est d'assurer la production de suc prostatique, représentant un tiers des spermatozoïdes.

La prostate a des muscles lisses dont la contraction assure le retrait du suc prostatique. Lorsque ce liquide stagne à l'intérieur du corps, une inflammation peut commencer.

La partie externe de l'organe est recouverte d'une capsule constituée de tissu conjonctif. Des cloisons élastiques s'en éloignent, des glandes sont placées entre elles.

La glande prostatique est bien ressentie à travers la paroi du rectum. Il est situé à environ 5 cm de l'anus. Une glande saine normale, lorsqu'elle est ressentie, est élastique, résiliente, ne contient pas de joints ni de nodules tissulaires.

Caractéristiques de la maladie

Il existe peu d'espèces de tumeurs de la prostate. Plus souvent qu'autrement, les patients trouvent un cancer ou un adénome, représentant une hyperplasie bénigne des organes. Il peut se former avec des modifications du fond hormonal chez les hommes de plus de cinquante ans.

Un adénome peut se développer à partir du stroma d'un organe ou de son tissu glandulaire. Si le traitement n'est pas effectué en temps opportun, le fonctionnement des organes pelviens peut être perturbé. Avec l'adénome, un petit nodule se forme dans l'épaisseur de la glande, qui se développera progressivement. La prostate est située près des organes urinaires, donc la croissance de la formation exercera progressivement une pression sur l'urètre et conduira à une détérioration du processus urinaire, en conséquence, l'écoulement de l'urine est perturbé.

Parfois, un phoque de la prostate, caractérisé par une masse bénigne, peut prendre une forme maligne. Dans ce cas, le principal critère de diagnostic devient un certain contenu d'antigène prostatique dans le sang.

Adénome de la prostate

L'HBP - hyperplasie bénigne de la prostate - agit comme une affection courante dont l'origine n'est pas claire. On pense que le développement tumoral peut être déclenché par les facteurs suivants:

  1. L'âge solide du patient,
  2. Troubles endocriniens
  3. Changements dans la quantité d'androgènes dans le sang.

Des facteurs tels que les MST, la vie sexuelle irrégulière et l'abus d'alcool et de nicotine peuvent également affecter le développement tumoral. La formation de tumeurs commence au centre de l'organe. Peu à peu, sa taille change, et avec elle l'emplacement de la vessie. L'éducation essaie de se développer dans plusieurs directions - vers le rectum, la vessie, sous un triangle dans sa région.

Les symptômes de la tumeur de la prostate peuvent inclure:

  • Envies fréquentes, dont la plus grande quantité est fausse,
  • Miction nocturne incontrôlée
  • Problèmes avec la sortie d'urine sans délai,
  • Douleur pendant la miction,
  • Basse pression de tête
  • Sensation que la vessie n'est pas complètement vide.

Souvent avec cette condition, une rétention urinaire aiguë se forme, du sang peut y apparaître. Les complications dans cette condition sont la cystite, l'insuffisance rénale, la vésiculite, la pyélonéphrite, le processus inflammatoire dans l'urètre.

Cancer de la prostate

Si un sceau incompréhensible est trouvé dans la prostate, il peut également être diagnostiqué comme une tumeur cancéreuse. Il se développe à partir des tissus épithéliaux de la glande. La maladie survient assez souvent et représente un danger considérable pour la vie. Le principal problème réside dans le fait qu'une telle maladie peut ne pas se manifester pendant une longue période, et avec un diagnostic tardif, l'effet du traitement est considérablement réduit.

Le cancer de la prostate peut être tubulaire et alvéolaire, squameux, polymorphe, scirrhous, et il existe également une variante appelée adénocarcinome qui est le plus souvent diagnostiquée. En deuxième place dans la popularité est le carcinome épidermoïde. Le plus souvent, le cancer affecte les parties périphériques de la prostate. Jusqu'à présent, il n'a pas été possible d'établir la cause exacte du développement du processus pathologique.

Une tumeur de la prostate chez l'homme peut survenir en raison de ces risques:

  1. Le patient se trouve souvent dans une zone défavorisée sur le plan environnemental (y vit ou travaille),
  2. Les cancérogènes ont pénétré le corps humain,
  3. Âge moyen ou race
  4. Mauvaise alimentation, mauvaises habitudes,
  5. Changements hormonaux,
  6. Développement tumoral progressif.

Une tumeur maligne de la prostate chez l'homme doit être soignée. Leur manifestation commence le plus souvent par une exposition à des agents cancérigènes nocifs et à des substances toxiques. Il s'agit notamment des gaz produits lors du soudage, des sels de cadmium, des substances contenues dans le caoutchouc et libérées lors de la combustion. Il est très important, afin d'éviter de tels problèmes de santé, de bien manger.

Le risque découle d'une consommation excessive d'aliments riches en lipides d'origine animale et un régime peut également manquer de fibres, de rétinol - ces facteurs sont également considérés comme défavorables. Une surveillance de la santé est particulièrement nécessaire pour les hommes dont la famille a déjà connu des cas tels que gonflement de la prostate ou tumeur.

Les signes les plus courants qu'un ganglion de la prostate est un signe de cancer sont considérés comme un désir accru d'aller aux toilettes, l'incontinence et l'envie de gaspiller, le poids du patient est réduit, un malaise général, une incontinence urinaire ou une pression léthargique est noté, et l'acte d'uriner peut soudainement s'arrêter sans raison. Avec un développement plus fort, les fonctions des organes peuvent être altérées. Il peut s'avérer que les métastases ont affecté les poumons, le foie et les os pelviens.

Diagnostic et traitement

Si une tumeur est détectée, le médecin sélectionnera le traitement. Son rendez-vous n'est effectué qu'après un examen complet du patient. Le processus de diagnostic implique de telles études:

  • Collection d'antécédents médicaux et d'antécédents médicaux,
  • Études rectales
  • Examen échographique de la prostate
  • Test sanguin - général et biochimique,
  • Urographie, uroflowmetry,
  • Évaluation de l'antigène prostatique
  • Analyse d'urine
  • Biochimie
  • IRM

Pour le traitement d'une tumeur bénigne de la prostate, une méthode conservatrice ou chirurgicale peut être choisie. Lors du choix des médicaments, les bloqueurs alpha-adrénergiques sont préférés, des méthodes alternatives peuvent être incluses qui utilisent des décoctions et des infusions.

Si une tumeur de la prostate est diagnostiquée chez l'homme, la chirurgie peut être l'option la plus efficace. L'intervention peut être ouverte ou peu invasive. L'opération peut être prescrite pour les répétitions d'hématurie massive, le développement simultané de la lithiase urinaire, avec la manifestation d'infections secondaires, la rétention urinaire.

Aux premiers stades de la maladie, l'ablation, la radiothérapie, la prostatectomie peuvent être utilisées pour améliorer la condition. Lorsque la maladie atteint le quatrième stade, un rayonnement à distance est effectué, qui est également combiné à l'utilisation de médicaments hormonaux, d'anti-androgènes, la castration peut être organisée. Le diagnostic tardif du cancer de la prostate a toujours des pronostics défavorables, ces patients ne peuvent vivre plus de quelques années. Par conséquent, ne négligez pas les examens préventifs et si une prostatite ou un adénome est détecté, les examens doivent être effectués au moins une fois par an.

Les causes de la maladie

Quel que soit le type de maladie, la cause de son développement réside directement dans la physiologie masculine. Les causes exactes de la tumeur sont inconnues, cependant, les médecins ont avancé une théorie hormonale. Selon les experts, les tumeurs de cet organe se développent en raison d'une diminution de la production de testostérone, tout en maintenant la synthèse de son dérivé - la dihydrotestostérone. L'excès de cette substance est absorbé par la prostate, ce qui fait que sa taille augmente jusqu'à la taille de la tumeur.

Un rôle important dans le développement des néoplasmes tumoraux est joué par une prédisposition génétique.

Facteurs prédisposant au développement de la pathologie:

  • plus de 65 ans
  • une histoire d'inflammation de la prostate,
  • violation de la circulation sanguine des organes pelviens,
  • infections génito-urinaires.

Dans la vieillesse, la probabilité de développer des pathologies et des tumeurs, y compris

La maladie est asymptomatique depuis longtemps, ce qui complique le diagnostic et le traitement en temps opportun.

Symptômes de la maladie

Le diagnostic de la tumeur est compliqué par l'absence de symptômes spécifiques aux stades initiaux. Avec une augmentation de la taille de la prostate, un syndrome douloureux apparaît, dû à la pression de l'organe sur les tissus environnants. Cependant, l'inconfort n'est noté qu'aux stades ultérieurs.

Les symptômes non spécifiques sont une violation de la puissance ou un affaiblissement d'une érection. Dans ce cas, toute douleur pendant les rapports sexuels et après l'éjaculation peut être complètement absente.

Dans de rares cas, au lieu d'un inconfort dans le périnée, un homme peut être dérangé par des douleurs dans la colonne vertébrale inférieure. Très souvent, l'incontinence urinaire se produit en raison d'un dysfonctionnement du système urinaire.

Ayant soupçonné que quelque chose n'allait pas et trouvé des symptômes alarmants, il est nécessaire de consulter un médecin dès que possible, mais de ne pas laisser la maladie disparaître de son propre chef.

Diagnostics

Le diagnostic d'une tumeur de la prostate se réduit à l'exclusion des maladies inflammatoires et l'analyse permet de déterminer le niveau de PSA. Cette substance n'est libérée dans le sang que lorsqu'une tumeur se forme dans la prostate. Une légère augmentation de l'indicateur, ne dépassant pas 10-15 unités, vous permet de diagnostiquer une prostatite ou un néoplasme bénin. Un niveau élevé de cette protéine, plus de 50 unités, témoigne du processus malin.

Analyse PSA pour déterminer la tumeur maligne

En cas de suspicion d'un processus tumoral, lorsque les symptômes vous alertent, une IRM de la prostate et une échographie du corps sont prescrites. Ces méthodes permettent de déterminer la localisation des cellules altérées et de suggérer le type de tumeur dans l'organe.

Types de tumeurs

Une tumeur bénigne de la prostate est un adénome ou optez pour l'HBP. Environ 25% des hommes plus âgés souffrent d'adénome. La pathologie affecte considérablement la qualité de vie, mais n'est pas un cancer. Néanmoins, un traitement rapide est important en cas d'adénome, sinon il existe un risque de dégénérescence des cellules hyperplasiques en tumeurs malignes.

Un cancer de la prostate ou un cancer est une maladie dangereuse qui nécessite une action radicale. La chimiothérapie est utilisée pour le traitement; en l'absence de contre-indications, l'ablation du néoplasme ou de la prostate est indiquée.

Après avoir remarqué les premiers symptômes, il est important de subir un diagnostic rapide pour exclure une tumeur maligne.

Le principe du traitement de l'adénome

Une tumeur bénigne de la prostate est traitée avec des médicaments. Pour cela, des médicaments du groupe alpha-adrénobloquant et des prostatoprotecteurs sont utilisés. La pharmacothérapie vise à réduire les symptômes, à améliorer la fonctionnalité des organes et à réduire le taux de progression de la maladie. Ce dernier est obtenu en prenant des médicaments anti-androgéniques.

Des remèdes populaires, le traitement des graines de citrouille est utilisé. Les graines contiennent des substances qui affectent positivement la prostate en réduisant la production de dihydrotestostérone et en améliorant le trophisme des organes.

Des graines de citrouille peuvent également être prises pour prévenir les maladies des glandes.

Les médicaments alpha-adrénergiques bloquants sont utilisés pour normaliser la miction. Ces médicaments détendent la vessie et aident à éviter la rétention urinaire. Dans certains cas, lorsque l'hyperplasie perturbe l'écoulement de l'urine, un cathétérisme de la vessie est effectué.

Aux derniers stades de l'hyperplasie ou de l'adénome, des méthodes chirurgicales de traitement sont utilisées. Ils sont indiqués pour les patients qui ne parviennent pas à réduire les symptômes de la maladie avec un traitement médical en raison de la longue évolution de la maladie. Manières d'opérations avec adénome:

  • exposition au laser
  • prostatectomie radicale
  • résection transurétrale d'adénome.

L'exposition au laser est pratiquée dans les premiers stades avec de petites tailles de tumeurs. Avec l'adénome de la prostate, la chirurgie au laser est un traitement doux qui implique l'ablation couche par couche du tissu hyperplasique et n'affecte pas les tissus organiques sains.

La résection transurétrale implique l'élimination de l'hyperplasie par l'accès à l'organe par l'urètre. Un instrument spécial avec une boucle à la fin est inséré dans l'urètre, à l'aide duquel l'élimination des tissus affectés est effectuée.

La résection transurétrale est moins traumatisante que la chirurgie abdominale.

La prostatectomie radicale est l'ablation complète de la glande prostatique. Avec l'adénome, une telle opération est rarement effectuée. Dans les stades initiaux, une ablation complète des organes n'est pas recommandée, et dans les stades ultérieurs, elle n'est pas sûre, car l'adénome progresse longtemps et l'âge moyen des patients atteints d'hyperplasie sévère est supérieur à 75 ans.

Traitement du cancer

Pour le traitement du cancer de la prostate, les tactiques attentistes sont d'abord et avant tout choisies. Depuis plusieurs mois, un oncologue avec un urologue surveille le bien-être du patient et l'état de la tumeur. De telles tactiques sont justifiées en cas de cancer de la prostate chez les hommes âgés (âgés de plus de 70 ans). Dans ce cas, certaines méthodes radicales peuvent avoir des conséquences négatives sur la santé.

Si la tumeur se développe rapidement, le patient est soumis à une chimiothérapie. Les patients atteints d'un néoplasme malin se voient souvent prescrire une chimiothérapie interstitielle, au cours de laquelle des médicaments radioactifs qui réduisent la croissance cellulaire sont délivrés directement à la prostate.

Une autre méthode de traitement est la castration hormonale. Il est basé sur l'utilisation de médicaments spéciaux qui inhibent la production d'hormones mâles, ce qui arrête le taux de progression de la maladie. L'inconvénient de l'hormonothérapie est qu'il est nécessaire de la prendre à vie, mais tous les patients ne tolèrent pas bien ces médicaments.

L'inhibition médicamenteuse de la production d'hormones inhibe la croissance tumorale

Une méthode radicale de traitement est une prostatectomie, c'est-à-dire l'ablation complète de la prostate et des ganglions lymphatiques. L'opération est de préférence réalisée aux premiers stades du développement de l'oncopathologie, car dans ce cas le taux de survie chez les patients atteint un record de 90%.

Prévision

Avec l'adénome, l'espérance de vie n'est pas réduite, mais la qualité en souffre. De nombreux patients préfèrent retirer la prostate après des années de lutte contre les médicaments contre l'adénome.

Si la prostate a été retirée au début de la métastase, le patient vivra environ 5 à 7 ans.

Le nombre de patients qui ont perdu un cancer augmente inexorablement d'année en année, ce qui est principalement dû à l'absence de traitement rapide en raison du fait que l'homme ne va pas chez le médecin. Il est important de se rappeler: la détection rapide du cancer est réelle. La durée de vie d'un homme - cela dépend de la rapidité avec laquelle il réagira aux symptômes alarmants et consultera un médecin.

Il est très difficile d'empêcher le développement d'un néoplasme malin ou bénin. Il n'y a pas de prophylaxie spécifique pour ces maladies. Remarquant un léger inconfort, des mictions ou des douleurs dans le périnée, il est nécessaire de consulter un urologue dès que possible. La détection rapide de la pathologie et le début du traitement, si elle ne garantit pas l'élimination complète de la maladie, agit au moins comme une garantie que la maladie ne progressera pas.

Jusqu'au 10 août L’Institut d’urologie et le ministère de la Santé mènent le programme «Russie sans prostatite"Dans lequel Predstanol est disponible à un prix préférentiel de 99 roubles. , tous les habitants de la ville et de la région!

Symptômes et signes

Symptômes d'une tumeur de la prostate chez les hommes:

  1. Problèmes de miction.
  2. Faible érection.
  3. Affaibli ou manque d'orgasme.

Le fait de l'élargissement de la glande est fixé par le médecin par la méthode recto-numérique.

Ces symptômes peuvent indiquer la survenue d'une tumeur bénigne (adénome) ou d'une tumeur maligne (cancer). De quelles tumeurs spécifiques de la prostate peuvent parler ces symptômes, les experts déterminent sur la base des données d'analyse, des échantillons de tissus, des ultrasons.

De ce qui survient dans la prostate:

À quel médecin dois-je m'adresser en cas de suspicion?

La fréquence et à quel âge subir un examen de routine par un médecin dépend de l'âge et des caractéristiques individuelles du patient. Les statistiques indiquent que les maladies de la prostate rajeunissent d'année en année.

Aujourd'hui, ils ne sont pas rares à trente ans. À partir de cet âge, un urologue doit être visité chaque année. Il est nécessaire de s'adresser à lui pour tout symptôme suspect d'une tumeur de la prostate chez l'homme.

La maladie des glandes a parfois une forme latente, qui ne peut être détectée que par analyse. Il est recommandé à partir de l'âge de quarante ans de consulter un andrologue. La détection précoce des phoques dans la glande de la prostate vous permettra de la guérir médicalement, pour éviter la chirurgie.

Prostate: tumeur - traitement chez les hommes

Nœud dans la prostate: qu'est-ce que c'est? Un nœud ou un joint dans la prostate peut indiquer le début du développement d'une tumeur bénigne et maligne de la prostate. Un néoplasme de la prostate est détecté par un examen des doigts ou des ultrasons - un signal pour un diagnostic plus approfondi, en prenant des tests.

Une tumeur bénigne de la glande a trois stades de développement:

  1. Sur le premier, les difficultés de miction augmentent, elles s'accompagnent d'efforts toujours plus importants, les sensations désagréables dans le bas-ventre deviennent constantes. L'ensemencement est difficile, l'homme ressent une fatigue constante.
  2. Dans la deuxième étape, l'homme veut constamment uriner, la vessie n'est jamais complètement vide.
  3. Dans la troisième urine, il est nécessaire d'extraire goutte à goutte jusqu'à ce que la source cesse complètement et que la vessie remplisse ses fonctions. L'uretère et les reins sont considérablement augmentés.

La dysplasie prostatique se réfère à des changements dans le tissu structurel de la prostate, ce qui peut conduire au développement de tumeurs bénignes et malignes. À temps pour identifier un nœud dans la glande de la prostate, par une analyse opportune, signifie vaincre ces maladies avant même qu'elles ne surviennent.

Une tumeur maligne de la prostate (carcinome) est la maladie la plus grave de la glande. La moitié des personnes qui meurent dans notre pays d'un cancer, la mort en découle précisément.

L'insidiosité du cancer de la prostate - les symptômes à un stade précoce n'existent souvent pas. À ce stade, le cancer n'est détecté que par un test sanguin pour un antigène prostatique spécifique (PSA).

Dans les étapes suivantes, il y a:

  • miction involontaire,
  • épuisement
  • impuissance
  • paralysie des jambes
  • constipation
  • enflure
  • sang dans le sperme et l'urine
  • kystes, calculs, dans la prostate,
  • douleur aiguë dans le périnée lors des selles, tentatives de relations sexuelles,
  • au dernier stade, des métastases se produisent dans les organes voisins.

En règle générale, le diagnostic de «cancer» signifie l'ablation chirurgicale prochaine de la formation de la prostate avec des opérations ultérieures sur tous les organes affectés par les métastases ou leur chimiothérapie.

Les avantages des mesures préventives

Mais il est très utile pour les hommes de se rappeler constamment le besoin de prévention des tumeurs. Chaque type de maladie a sa propre cause. La prévention consiste à éliminer ou à affaiblir l'action des causes d'une éventuelle maladie et comprend plusieurs directions.

La prévention des tumeurs de la prostate en tant que phénomène lié à l'âge comprend des mesures pour prolonger l'âge adulte:

  1. La prévention primaire de la prostate consiste à leur comportement pour prévenir l'apparition et le développement d'une maladie de la prostate chez les personnes à risque. Ce sont la thérapie par l'exercice, l'alimentation, les sports, les procédures de l'eau.
  2. Prévention secondaire des maladies de la prostate couvre les mesures prises après un traitement réussi pour prévenir les rechutes. Les hommes de plus de quarante ans devraient prendre de telles mesures, qu'ils aient été traités ou non.
  3. Un sommeil sain. Un homme doit dormir au moins 8 heures par jour. Mais pas plus de dix, sinon ce sera un mode de vie sédentaire, nocif pour la prostate. Il est conseillé que le sommeil soit dans la nuit habituelle. Évitez la fatigue, détendez-vous à l'heure.
  4. Le stress. Si possible, évitez les stress qui sont dangereux pour la prostate. Arrêtez de jouer. Si vous êtes à risque de maladies des glandes, vous ne devez pas vous lancer dans une entreprise ou une activité dangereuse. Si possible, trouvez un métier plus calme.
  5. Faire du sport. La prostatite se développe avec un apport insuffisant d'oxygène à la prostate et aux organes pelviens. Pendant l'effort physique, l'apport de tissu en oxygène s'améliore. Par conséquent, l'activité physique est utile pour traiter les tumeurs de la prostate chez les hommes.

Types de sports qui doivent être abordés pour la prévention des maladies de la prostate:

  • Marcher
  • courir
  • Complexe GTO,
  • baignade dans la piscine.

Vous devez nager dans la piscine et non dans des réservoirs naturels. Il est important que la température de l'eau ne soit pas inférieure à la normale.

Augmente le risque de développer des tumeurs

  • haltérophilie
  • cyclisme
  • musculation
  • conduire une voiture
  • jeux informatiques
  • pêche d'hiver.

Le sexe Si possible, ajustez votre vie sexuelle, rendez-la régulière. Vivez avec un partenaire régulier. La masturbation en dernier recours convient également, mais n'abusez pas de ce plaisir. Sinon, au lieu d'un soulagement, vous obtiendrez une dépression d'une nature différente. Nous souhaitons trouver une vraie femme bientôt.

Régime Le corps d'un homme, le tissu prostatique doit recevoir des acides gras. Pour la prostate, il est utile d'inclure des aliments enrichis en zinc, des graines de citrouille et des fruits de mer dans l'alimentation. Un jour, vous devez manger au moins un oignon cru, une gousse d'ail.

Une visite aux bains publics. Bain, sauna, bains chauds et chauds sont conçus pour mobiliser les défenses de l'organisme. La seule précaution - ne vous laissez pas emporter par le hammam. Un séjour excessif peut provoquer un gonflement de la prostate.

En ce qui concerne nager dans le trou de glacenatation hivernale - il est préférable pour les hommes à risque d'abandonner ces plaisirs. Tout refroidissement de la zone pelvienne augmente le risque de maladie. Après trente ans, il vaut mieux se limiter à une douche de contraste après un bain chaud.

Particulièrement nocif pour la prostate combinaison de nicotine et d'alcool. L'équilibre hormonal de cela est en train de changer sérieusement. Un homme n'aime pas le sexe, perd tout intérêt pour les femmes. La stagnation se produit dans la prostate, une inflammation se développe.

Tumeur maligne de la prostate

Le cancer de la prostate est une maladie insidieuse qui menace la vie d'un homme. Aux premiers stades de développement, la maladie ne se manifeste pratiquement pas. Par la suite, le cancer devient agressif. Les tissus d'une tumeur cancéreuse quittent la chambre prostatique et pénètrent dans le système lymphatique, se métastasent aux organes et structures voisins.

Un examen initial pour une tumeur suspectée de la prostate est effectué par un urologue à l'aide d'une palpation rectale. Si des joints sont trouvés, des tests supplémentaires doivent être effectués.

Un rôle important est joué par l'anamnèse de la maladie, la prédisposition d'un homme au cancer. Si des proches parents ont été diagnostiqués avec un cancer, le risque de développer une tumeur maligne est très élevé.

Motifs et classement

L'étiologie du processus tumoral n'est pas entièrement comprise. Les oncologues soulignent l'interconnexion de plusieurs facteurs et le cancer de la prostate. Augmente la probabilité de développer une tumeur:

  1. mauvaises habitudes
  2. prédisposition génétique masculine
  3. la malnutrition
  4. exposition prolongée au soleil
  5. les infections
  6. certains types de prostatite,
  7. effet des cancérogènes: inhalation d'amiante, exposition au benzène,
  8. dysfonctionnements du système immunitaire,
  9. irradiation.

Une lésion focale peut survenir sans les facteurs ci-dessus. Certains hommes exposés à une ou plusieurs influences négatives et à risque ne développent pas de cancer.

Une biopsie est réalisée pour différencier le cancer. Les résultats d'un examen histologique servent de critère pour déterminer l'agressivité de la tumeur et aident à faire un pronostic de la maladie. Il existe deux systèmes de classification généralement reconnus: sur l'échelle de Gleason et TNM. Il existe d'autres méthodes, mais elles y recourent beaucoup moins souvent.

La classification histologique de Gleason détermine l'étendue des lésions de la prostate en points. L'essence de la technique est liée à la nécessité de prélever plusieurs échantillons, chacun étant évalué en fonction du degré d'agressivité. Les résultats se voient attribuer des scores de 1 à 5. Si la valeur totale des deux échantillons se situe dans la plage de 2 à 6, les résultats indiquent un cancer légèrement agressif, le pronostic de la maladie est favorable. 7 points sont attribués à une tumeur d'activité moyenne. Les indicateurs de 8 à 10 indiquent des métastases précoces et le développement rapide d'un cancer.

La classification TNM accorde plus d'attention non pas à l'agressivité du processus tumoral, mais aux tendances de son développement et de sa localisation. Chaque étiquette indique quel critère est évalué:

  • T - Tumeur (tumeur). Évaluation de la prolifération et du développement du processus malin. À côté de la lettre se trouve une désignation numérique. Plus la condition d'un homme est mauvaise, plus le chiffre est élevé. En commençant par T3, les résultats indiquent que la tumeur a dépassé la capsule.
  • N - Nodus (lymphe). L'état des nœuds régionaux locaux et de l'ensemble du système est évalué.
  • M - Métastases (métastases). Un critère important pour déterminer la poursuite du traitement et l'efficacité du traitement. La croissance des métastases rend l'intervention chirurgicale impossible.

Après avoir identifié le degré d'agressivité de la tumeur et le sens de sa croissance, une thérapie appropriée est choisie: chirurgie, traitement chirurgical, radiothérapie ou chimie. Les résultats les plus courants de l'évaluation et ce qu'ils disent:
  • Tis et T1 - la tumeur est localisée dans les tissus entre les lobes de la glande ou l'une des parties de la prostate. Détecté par hasard lors de l'inspection annuelle. Tumeur encapsulée.
  • T2 - dans le lobe gauche ou droit de la prostate a révélé une tumeur maligne qui ne dépasse pas 5 cm et n'affecte pas la capsule prostatique.
  • T3 - la tumeur a dépassé la prostate, s'est propagée aux vésicules séminales.
  • T4 - une lésion des tissus environnants est diagnostiquée avec une propagation au cou de la vessie, ainsi qu'une pénétration dans les services et organes adjacents.

Les métastases dans le cancer de la prostate se forment dans le foie, les poumons, le système lymphatique et le squelette osseux d'un homme.

Symptômes tumoraux

Après malignité des cellules, les premiers signes de changements pathologiques apparaissent après 12-16 mois. La durée de la maladie à un stade avancé et la mort varient de 5 à 10 ans. Avec un problème identifié en temps opportun, une guérison complète du patient est possible.

Signes d'une tumeur maligne:

  • troubles de la miction
  • douleur lors des déplacements aux toilettes, relations sexuelles,
  • sang dans l'urine
  • indicateurs de température à faible teneur de 37 °, persistant sur une longue période de temps.

Les symptômes augmentent progressivement et se manifestent par un syndrome de douleur irradiante qui se propage à toute la région pelvienne et des extrémités, des problèmes de selles et une augmentation des ganglions lymphatiques régionaux. En cas de croissance d'une tumeur périneurale, l'homme souffre de dysfonction érectile. Le sang se trouve dans le sperme.

Une fatigue chronique apparaît, le patient perd son appétit et son poids. Lors des tests cliniques, une diminution de l'hémoglobine est diagnostiquée. Dans les derniers stades, une obstruction des voies urinaires se produit, jusqu'à un retard aigu dans l'urine.

Bien que les symptômes du cancer de la prostate puissent être différenciés d'autres troubles, cela ne suffit pas pour un diagnostic précis. Il est impossible d'identifier visuellement une tumeur de la prostate, l'organe est anatomiquement entouré de tissu musculaire.

Pour établir la présence de l'éducation et révéler sa nature, plusieurs analyses et examens instrumentaux seront nécessaires:

  • Test PSA - dans des conditions normales, la protéine n'est pas détectée dans le sang. L'antigène spécifique de la prostate apparaît dans le plasma avec des blessures, une inflammation aiguë et d'autres blessures de la prostate.
    Si le PSA est augmenté au-delà des limites acceptables et qu'il existe des tendances à une augmentation constante des indicateurs, cela indique un cancer de la prostate. Pour différencier les anomalies, le rapport des protéines totales et libres est calculé.
    Le PSA est le marqueur tumoral le plus spécifique, l'un des indicateurs informatifs de la présence d'un cancer. L'étude fournit des données sur le cancer qui n'est pas détectable par le diagnostic du doigt, par exemple, avec un cancer dans la zone périphérique de la prostate.
  • Biopsie - l'échantillonnage des tissus est utilisé dans l'examen histologique selon Gleason et TMN. Il détermine avec précision la présence d'un cancer et son degré d'agressivité.
  • Types de recherche instrumentaux - pour la détection primaire de l'éducation, le TRUS et l'échographie sont utilisés. Pour clarifier la nature de la tumeur, des techniques supplémentaires sont prescrites: IRM et TEP-TDM. Avec les résultats controversés des tests cliniques pour identifier la tumeur et sa nature, l'étude est menée avec contraste.


Compte tenu des spécificités du diagnostic de cancer, les types de tests urologiques peuvent varier en fonction de l'état général du patient et des recommandations de l'oncologue.

Méthodes de traitement

Le choix du traitement dépend du stade de développement de la tumeur détectée. Dans les premiers stades, un traitement chirurgical est effectué. Aux stades ultérieurs, l'essence de la thérapie est de maintenir le patient et de soulager les symptômes.

Les principes modernes de traitement des tumeurs malignes de la prostate comprennent l'utilisation de plusieurs techniques modernes caractérisées par une faible invasion, ainsi que des méthodes bien établies:

  • Hormonothérapie - on pense qu'un volume accru de testostérone entraîne une prolifération accélérée d'une tumeur cancéreuse. L'hormone mâle est absorbée par la glande et convertie en une substance plus agressive, l'œstrogène. L'essence de l'hormonothérapie est de bloquer la production de testostérone par le corps masculin ou son absorption par la prostate.
    Ce traitement ne convient qu'aux tumeurs hormono-dépendantes. La thérapie est effectuée chirurgicalement (excision des testicules), ainsi que l'utilisation de médicaments spéciaux. Pour une tumeur résistante aux hormones, un autre traitement est sélectionné.
  • La radiothérapie - est effectuée de manière étroite. L'essence de la méthode est d'introduire une source de rayonnement dans la zone d'un néoplasme malin. Un rayonnement étroit minimise les complications postopératoires.
    Si plusieurs tumeurs sont diagnostiquées, le traitement radiologique est effectué par la méthode interstitielle ou à protons, ainsi que par irradiation à distance.
  • Chimiothérapie - est utilisée si le patient présente une tumeur maligne inopérable. Grâce aux injections intraveineuses et aux compte-gouttes, un médicament est introduit, une toxine puissante qui tue les cellules néoplasiques.
    La chimiothérapie a de nombreuses manifestations négatives. Un homme souffre d'intoxication générale du corps, d'épuisement. Le traitement d'un cancer de la prostate avec des médicaments modernes a moins d'effets secondaires.

Quel que soit le type de thérapie choisi, une rechute de la maladie est possible. L'oncologue choisira avec le patient une méthode de traitement avec un degré minimal d'envahissement.

Types et causes

Dans la classification des maladies, l'adénome est divisé en plusieurs groupes selon:

  • Structures et localisations:
    1. prébulle,
    2. intravesical ou intravesical,
    3. sous-bulle.

  • Stades de développement:
    1. compensé
    2. sous-compensé
    3. décompensé.


Le traitement est sélectionné en fonction des symptômes de la maladie et de la tendance à la croissance d'une hyperplasie bénigne (HBP).

Signes d'enflure

Comme dans le cas d'un néoplasme malin, les adénomes sont caractérisés par des troubles dysuriques et des dysfonctionnements de la sphère génito-urinaire. L'HBP se caractérise par une augmentation rapide de l'intensité des manifestations. Signes d'une tumeur bénigne:

  1. des déplacements fréquents aux toilettes,
  2. miction la nuit,
  3. dysfonction érectile,
  4. mictions et selles douloureuses.

Méthodes de diagnostic de la propagation des tumeurs:
  • examen digital rectal,
  • le diagnostic échographique, associé à la dopplerographie (détermine les anomalies de la circulation sanguine de la prostate),
  • IRM et PET-CT.

Pour exclure la nature maligne, une biopsie tumorale est réalisée.

Types de thérapie

Le schéma thérapeutique dépend du volume de la tumeur et des manifestations symptomatiques. Le test urologique IPSS permet de déterminer la thérapie. Dans ce document, à travers des questions et des points attribués aux réponses, la gravité des changements pathologiques est déterminée.

Un schéma est considéré comme réussi dans lequel la résorption et la réduction de la tumeur sont observées, et la prolifération des tissus est également arrêtée. La durée du traitement varie en fonction de la gravité de la maladie. Certains patients suivent une courte thérapie, d'autres doivent prendre des pilules toute leur vie.

Le traitement d'une tumeur bénigne de la prostate comprend:

    Thérapie médicamenteuse - les médicaments visent à améliorer le métabolisme des tissus prostatiques, en éliminant les phénomènes stagnants. Des antispasmodiques sont prescrits. Un cours AINS est pris pour soulager l'irritation des tissus.
    Médicaments obligatoires pour faciliter la miction. Aux stades ultérieurs, un traitement hormonal substitutif est recommandé.

  • Traitement chirurgical - n'est effectué qu'à la condition que l'administration de médicaments soit inefficace. Malgré l'utilisation d'antispasmodiques et d'anti-inflammatoires, le syndrome douloureux ne disparaît pas, il y a une tendance à augmenter l'intensité des troubles dysuriques.
    L'ablation d'une tumeur de la prostate s'effectue de plusieurs manières, à l'aide d'une installation robotique Da Vinci, ainsi que de manipulations effectuées directement par le chirurgien.

  • Parmi les techniques mini-invasives: élimination laparoscopique, énucléation laser, évaporation. De nouvelles méthodes d'excision tissulaire sont constamment introduites, contribuant à la récupération accélérée du patient.

    Prévention des tumeurs

    Après l'ablation d'une tumeur bénigne de la prostate, une longue rééducation est nécessaire. Certaines complications liées à la prise de médicaments et à la prostatectomie sont possibles.

    Grâce aux méthodes modernes de traitement chirurgical, une récupération complète se produit dans 80% des cas. Dans les processus oncologiques, le succès est considéré comme prolongeant la vie du patient de 8 à 10 ans. La guérison complète n'est diagnostiquée que si l'oncologie a été détectée à un stade précoce.

    11/07/2018 | Cancer de la prostate Causes, symptômes, stades, traitement de la maladie.

    | Cancer de la prostate Causes, symptômes, stades, traitement de la maladie.

    Anatomie de la prostate
    La prostate ou la glande prostatique est la glande sexuelle interne chez l'homme. En forme, il ressemble à un châtaignier, mesurant 4 sur 3 cm et se compose de lobes de différentes tailles: droite, gauche et milieu.

    La glande prostatique est située dans le bassin. Il est situé sous la vessie, entre le rectum et le pubis. La prostate entoure l'urètre (l'urètre) d'un large anneau ouvert. Par conséquent, son augmentation provoque des problèmes d'excrétion d'urine.

    La prostate remplit de nombreuses fonctions qui fournissent un "pouvoir masculin":
    1. Soutient la production de sperme
    2. Augmente leur activité
    3. Du sperme mince avec votre secret
    4. Favorise son retrait
    5. Augmente la libido
    6. Participe à un orgasme
    7. Il bloque la sortie de la vessie lors d'une érection
    Structure de la prostate
    • Les glandes prostatiques, elles peuvent être de 30 à 50 - c'est la partie principale de la prostate. Ils sont constitués d'épithélium glandulaire et ressemblent à des tubules entourés de vésicules. Leur tâche est de produire du jus prostatique, qui représente un tiers du sperme.
    • Les muscles lisses se contractent et éliminent le suc prostatique de la glande. Sa stase dans la prostate peut provoquer une inflammation.
    • Une capsule de tissu conjonctif recouvre la glande de l'extérieur. Des cloisons élastiques s'étendent entre elles, entre lesquelles se trouvent les glandes.
    La prostate peut être ressentie à travers le rectum. Il est situé à une profondeur de 5 cm de l'anus. Normalement, le fer est élastique et élastique au toucher, sans zones compactées ni nodules.

    Causes du cancer de la prostate
    Les scientifiques cherchent toujours la réponse à la question de savoir ce qui cause le cancer de la prostate. Certains médecins affirment qu'une tumeur maligne ne se développe que sur la glande affectée. Les maladies chroniques et autres changements nuisent au fonctionnement de l'organe et provoquent des perturbations dans la structure des cellules.

    Le plus souvent, l'apparition d'une tumeur est précédée de:
    • Échec hormonal. La cause de l'apparition d'une tumeur cancéreuse peut être une augmentation de la concentration d'hormones sexuelles mâles: testostérone, dihydrotestostérone et androstènedione. Ils provoquent la croissance de la glande et la multiplication des cellules tumorales. Dans le cadre de cette caractéristique, le cancer de la prostate est appelé une tumeur hormono-dépendante.
    • L'adénome de la prostate et d'autres changements bénins provoquent la croissance de cellules qui ne devraient pas se trouver dans la glande. Ils mutent plus souvent que les cellules saines de l'épithélium glandulaire.
    • Prostatite. L'inflammation chronique de la prostate provoque des troubles circulatoires et un manque d'oxygène.
    De plus, les cellules de la prostate attaquent les bactéries et les organes immunitaires. Sous leur assaut, l'appareil génétique du noyau, responsable de la reproduction de la cellule, change. De telles conditions contribuent à l'apparition d'une tumeur.
    Conditions précancéreuses

    Il existe également des conditions précancéreuses. Ils conduisent plus souvent que d'autres à l'apparition d'une tumeur cancéreuse. Ces changements peuvent être congénitaux ou survenir à l'âge adulte. Cela comprend:
    • Adénose atypique (hyperplasie prostatique atypique). Les nodules apparaissent dans la partie centrale de la glande, dans laquelle les cellules se développent et se multiplient plus activement que celles environnantes. De plus, ils changent de structure. Leurs gros noyaux indiquent que les cellules sont dans un état limite entre la norme et la tumeur. Il est considéré comme une condition précancéreuse facultative - cela signifie que le cancer peut se produire à sa place si des facteurs mutagènes agissent sur le corps.
    • Hyperplasie avec tumeur maligne (néoplasie intraépithéliale de la prostate, glande). Les cellules des foyers individuels de la prostate commencent à se multiplier activement. Progressivement, elles deviennent moins similaires aux cellules typiques des glandes prostatiques et acquièrent les propriétés et les signes d'une tumeur maligne. Il est considéré comme un précancéreux obligatoire - cela signifie que la probabilité d'une tumeur maligne est très élevée.
    Mais néanmoins, tous les hommes ne changent pas de cancer de la prostate. Cela se produit si des facteurs qui augmentent le risque de développer une tumeur maligne agissent sur le corps.
    1. Mauvaise nutrition: prédominance des aliments gras et de la viande rouge.
    2. Mauvaises habitudes: alcoolisme et tabagisme.
    3. L'impact du cadmium: dans la production de caoutchouc, textiles, imprimeries et ateliers de soudure.
    4. Âge supérieur à 50 ans.
    5. Infections sexuellement transmissibles.
    6. Stagnation de la prostate avec une activité sexuelle irrégulière.
    7. La chute des défenses de l'organisme causée par un stress prolongé, des maladies chroniques.
    8. Hérédité: identification des gènes spéciaux BRCA 1 et BRCA2, qui provoquent le développement de la tumeur. Le cancer chez le père augmente le risque de maladie chez le fils de 2 à 3 fois.
    9. Infection virale: XMRV (rétrovirus), herpès type 2, cytomégalovirus.

    Signes de cancer de la prostate
    Aux premiers stades des signes de cancer de la prostate, il ne sera pas possible de le remarquer. La tumeur se comporte secrètement et ne provoque aucun symptôme. Seule une augmentation du niveau d'antigène prostatique spécifique (PSA) dans le sang peut le donner.

    Par conséquent, les médecins découvrent le cancer de la prostate par accident lorsqu'un homme est examiné pour une autre maladie. Les symptômes de la maladie apparaissent lorsqu'une tumeur affecte les organes voisins: la vessie et les intestins.
    1. Les premiers signes de la maladie sont liés au fait que la prostate s'agrandit. Il appuie sur la paroi sensible de la vessie et l'irrite. Cela provoque les symptômes suivants:
    o la nuit, vous devez vous lever 2-3 fois pour vider la vessie (1 fois normal)
    o la miction pendant la journée devient plus fréquente jusqu'à 15-20 fois
    o une forte miction semble difficile à tolérer
    o douleur intense et brûlure pendant la miction
    o incontinence urinaire
    o douleur dans le périnée et le pubis
    2. Dans le cas où la prostate comprime l'urètre et bloque l'écoulement de l'urine de la vessie, ces signes de la maladie apparaissent:
    o difficulté à commencer à uriner
    o jet d'urine intermittent
    o à la fin de la miction, l'urine ne coule pas, mais est excrétée en gouttes
    o après avoir visité les toilettes, on a le sentiment que la vessie est encore pleine
    3. Le ton bas de la vessie conduit au fait que vous devez forcer les muscles abdominaux pour uriner. Et pourtant, l'urine sort lentement, avec une petite pression et un jet lent.
    4. Douleur dans le bas du dos et apparition de calculs rénaux due au fait que lorsque la vessie est pleine, l'urine monte dans la direction opposée. Il provoque l'expansion de l'uretère et du bassin rénal.
    5. Dans les cas difficiles, la sortie de la vessie est complètement bloquée. Un homme ne peut pas uriner tout seul. Il est alors urgent de consulter un médecin afin que le médecin place un cathéter. Il s'agit d'un mince tube souple et souple qui est inséré dans la vessie par l'ouverture de l'urètre.
    6. L'apparition de sang dans l'urine et le sperme indique que la tumeur a endommagé les vaisseaux de l'urètre, de la vessie ou des vésicules séminales.
    7. L'apparition de métastases dans les ganglions lymphatiques inguinaux provoque un gonflement du scrotum, du pénis et des membres inférieurs.
    8. Si la tumeur a endommagé les nerfs sensoriels qui mènent aux organes génitaux, l'homme peut souffrir de problèmes de puissance.
    9. La constipation et la douleur pendant les selles peuvent indiquer que le cancer a affecté le rectum.
    10. La douleur dans les os pelviens et la colonne vertébrale apparaît dans les derniers stades avec des métastases osseuses.
    11. Les tumeurs secondaires du foie provoquent une lourdeur dans l'hypochondre droit et l'ictère, et une toux sèche indique des métastases pulmonaires.

    12. Tous ces symptômes n'apparaissent pas à un instant, mais progressivement, et augmentent sur plusieurs années. Mais aucun de ces signes n'indique clairement un cancer de la prostate, mais peut être une manifestation d'autres maladies. Mais en tout cas - c'est l'occasion de consulter un urologue.

    Les degrés et les stades du cancer de la prostate
    Le degré ou le stade du cancer de la prostate est établi en fonction de la taille de la tumeur et de sa propagation aux organes voisins. Un autre facteur important est la présence de métastases. C'est le nom des tumeurs secondaires, qui sont apparues du fait que le sang et la lymphe ont transporté des cellules malignes vers des organes distants.
    Afin d'établir le stade du cancer de la prostate, un examen est nécessaire. Pour cela, différentes méthodes de diagnostic sont utilisées.
    1. Détermination du niveau d'antigène prostatique spécifique (PSA) dans le sang.
    2. Examen des doigts: le médecin examine la glande à travers l'anus. Ainsi, vous pouvez déterminer l'augmentation de sa taille, son élasticité, l'apparence des joints.
    3. Examen échographique de la prostate avec une sonde rectale, qui est insérée dans le rectum. Avec lui, le médecin peut identifier les phoques, les ganglions et les tumeurs, leur taille et leur emplacement.
    4. Une biopsie de la prostate est nécessaire lorsqu'il y a des tumeurs et que l'antigène prostatique est élevé. Dans ce cas, le médecin détermine une tumeur bénigne ou un cancer. L'étude est réalisée sous le contrôle de l'échographie. Une aiguille spéciale prend plusieurs morceaux de tissu de différentes zones. Au laboratoire, les échantillons sont colorés et les caractéristiques des cellules sont examinées au microscope.
    5. La tomodensitométrie et l'imagerie par résonance magnétique sont nécessaires lorsqu'une biopsie a confirmé la présence d'un cancer. Ces études aident à clarifier la taille de la tumeur et à identifier les métastases.

    Stades du cancer de la prostate
    Après l'examen, le médecin établit un diagnostic et détermine le stade du cancer de la prostate.

    Stade I - la tumeur a des dimensions microscopiques. Il ne peut pas être ressenti ou vu à l'échographie. Seul un niveau élevé d'antigène prostatique spécifique (PSA) l'indique.
    À ce stade, le patient ne remarque aucun signe de la maladie.

    Stade II - la tumeur se développe, mais ne dépasse pas les limites de l'organe. Elle se limite à la capsule de la prostate. Le cancer du deuxième degré peut être ressenti par une étude des doigts sous forme de nœuds denses et détecté par échographie.

    Avec le cancer de la prostate du deuxième degré, des troubles de la miction peuvent survenir, associés au fait que la prostate comprime l'urètre. Dans ce cas, le flux d'urine devient léthargique, des douleurs et des douleurs dans le périnée apparaissent. La nécessité d'aller aux toilettes fait qu'un homme se réveille la nuit 3-4 fois.
    Stade III - une tumeur cancéreuse s'étend au-delà de la prostate et se développe dans les organes voisins. Les premiers touchés sont les vésicules séminales, la vessie et le rectum. Les métastases tumorales ne pénètrent pas dans les organes distants.
    Le cancer de la prostate du troisième degré se manifeste par une violation de la puissance, des douleurs dans le pubis et le bas du dos. Du sang apparaît dans l'urine et une forte sensation de brûlure lorsque la vessie est vide.

    Stade IV - une tumeur maligne augmente de taille. Les métastases se forment dans des organes distants: os, foie, poumons et ganglions lymphatiques.

    Avec le cancer du quatrième degré, il y a une intoxication grave, une faiblesse, une perte de force. Lors de la vidange de la vessie et des intestins, des difficultés et des douleurs intenses surviennent. Souvent, un homme ne peut pas uriner seul et doit placer un cathéter.
    Traitement du cancer de la prostate
    Le médecin sélectionne le traitement du cancer de la prostate individuellement pour chaque homme. Un oncologue-urologue prend nécessairement en compte l'âge, le stade de la tumeur, les maladies concomitantes et les souhaits du patient.

    Opération.
    La chirurgie pour enlever la glande prostatique (prostatectomie radicale) est l'une des principales méthodes de traitement d'une tumeur. Il s'agit de la méthode de lutte contre le cancer la plus courante pour les hommes de moins de 65 ans.

    1. Chimiothérapie
    2. Radiothérapie
    3, traitement médicamenteux
    Le cancer de la prostate est une tumeur hormono-dépendante. Plus il y a d'hormones sexuelles mâles dans le corps, plus il se développe rapidement. Les médicaments visent à réduire la concentration d'hormones.
    4.Traitement hormonal
    5. Anticorps monoclonaux
    6.Virothérapie

    Pronostic du cancer de la prostate
    Le pronostic du cancer de la prostate est favorable si l'homme est allé chez le médecin à temps et que la maladie a été détectée au stade I. Le traitement vous permet de vous débarrasser complètement de la tumeur, de préserver la puissance masculine et d'éviter les problèmes d'incontinence urinaire. Un homme peut continuer à travailler. L'espérance de vie avec un traitement réussi est illimitée.
    Un diagnostic de cancer de la prostate de stade II ou III nécessitera un traitement plus complexe et plus long. Son succès dépend non seulement de l'habileté du médecin, mais aussi de l'âge de l'homme et de son état de santé. L'espérance de vie chez la plupart des patients de stade II est supérieure à 15-20 ans.Les patients de stade III qui ont terminé avec succès le traitement peuvent vivre de 5 à 10 ans.
    On pense qu'avec le cancer de la prostate de stade IV, le pronostic de guérison est mauvais. L'espérance de vie est de 3 ans. Mais un traitement combiné et un désir de vivre peuvent faire un miracle. Et certains hommes parviennent à vivre plus de 5 à 7 ans.
    Les médecins ont un taux de survie à cinq ans. Il parle du pourcentage de patients après le traitement qui vit cinq ans ou plus. Cela nous permet de juger quelles sont les chances de succès du traitement chez les patients à différents stades de cancer.

    Causes des tumeurs de la prostate

    Une tumeur bénigne de la prostate ou une hyperplasie d'organe se développe le plus souvent dans le contexte de changements hormonaux liés à l'âge dans le corps masculin. Avec les changements liés à l'âge chez un homme, le métabolisme et l'équilibre des hormones sexuelles sont perturbés. Dans ce contexte, la concentration d'hormones sexuelles féminines dans le sang augmente. En outre, la cause de la maladie peut être une prostatite chronique.

    Une tumeur maligne de la prostate chez l'homme se produit à un âge plus avancé (de cinquante à 60 ans). Une telle tumeur de la prostate chez l'homme est formée d'éléments alvéolaires cellulaires de l'épithélium. Les raisons affectant l'apparition de ce néoplasme sont bien plus importantes. Les pathologies malignes de la prostate surviennent pour les raisons suivantes:

    • hyperplasie progressive des organes (adénome),
    • raisons génétiques
    • facteurs cancérigènes (écologie, tabagisme, abus d'alcool).

    Important! Le développement et l'activité fonctionnelle de la glande masculine sont principalement affectés par la concentration d'androgènes - hormones sexuelles dans le sérum sanguin.

    Manifestations cliniques des tumeurs de la prostate

    Les premiers symptômes d'une tumeur bénigne de la prostate peuvent ne pas apparaître immédiatement. L'hyperplasie de la prostate (en abrégé HBP) ​​se développe depuis des décennies. Au début, des nodules microscopiques se forment qui ne donnent aucun symptôme. Ils grandissent lentement et atteignent des tailles importantes. Ce n'est qu'après cela que la tumeur se fait sentir par un complexe de symptômes.

    La même chose peut être dite pour le cancer de la prostate. Au stade initial, la maladie peut être asymptomatique s'il n'y avait pas d'adénome auparavant. Les premières manifestations de la maladie apparaissent lorsque la tumeur atteint une certaine taille.

    Tumeurs bénignes

    Une tumeur bénigne de la prostate chez l'homme se manifeste par l'ensemble des symptômes suivants:

    1. En raison de la prolifération du tissu hyperplasique, un canal est pressé à travers lequel l'urine est excrétée, ce qui contribue à une violation de l'écoulement de l'urine. Tout cela conduit à l'apparition de tels signes de la maladie:
      • ruisseau faible
      • difficulté à vider l'urée,
      • envie fréquente
      • brûlant
      • odeur désagréable d'urine,
      • douleur pendant la miction
      • incontinence
      • retard aigu dans le processus de miction,
      • urine résiduelle.
    1. Dans le contexte d'une violation de l'écoulement de l'urine, des maladies inflammatoires purulentes du système génito-urinaire (cystite, urétrite, pyélonéphrite) se développent.
    2. Il y a souvent un dépôt de sels dans la vessie.

    Tumeurs malignes

    Si un cancer de la prostate est diagnostiqué, les symptômes chez l'homme peuvent être répartis dans les catégories suivantes:

    1. Symptômes des troubles urinaires: flux intermittent ou lent, sensation de vidange incomplète de l'urée, nycturie, mictions fréquentes, envies fréquentes.
    2. Signes de la maladie associés à la croissance du néoplasme: sang dans le sperme, hématurie, dysfonction érectile, douleur dans le bas-ventre, il peut y avoir des douleurs au bas du dos.
    3. Signes de métastases tumorales: douleur dans le système squelettique, gonflement des extrémités (se produit lorsque les ganglions lymphatiques de l'aine sont affectés), perte de poids, cachexie, anémie.

    Important! Les symptômes d'une tumeur de la prostate chez l'homme peuvent varier en fonction du stade de la maladie.

    Méthodes de diagnostic d'une tumeur de la prostate

    Si une tumeur de la prostate est suspectée chez l'homme, le traitement ne peut commencer qu'après un diagnostic approfondi de la maladie et une détermination de sa forme. Quelle que soit la classification d'une tumeur d'organe, les mesures diagnostiques commencent par les études suivantes:

    1. Examen du sérum sanguin pour la présence de PSA (le nom abrégé de l'antigène spécifique de la prostate). Il s'agit du marqueur tumoral le plus important qui vous permet de diagnostiquer et de suivre l'évolution de l'adénome et du cancer. Cependant, il convient de garder à l'esprit que le niveau de PSA est élevé dans le contexte de la prostatite, après cathétérisme de l'urée, TRUS ou examen digital rectal.
    2. Une biopsie de la glande est réalisée avec un niveau élevé de PSA, ainsi que sur la base d'études échographiques, IRM et numériques. Des échantillons de l'organe sont envoyés pour examen histologique.
    3. Examen digital rectal. En utilisant cet examen, vous pouvez évaluer la taille de l'organe, sa consistance, la surface de la glande et la douleur. La mobilité de la muqueuse intestinale au-dessus de la glande est également évaluée.
    4. L'uroflowmetry est une évaluation du débit d'urine. Les données nous permettent d'évaluer la dynamique de la thérapie et de décider de la faisabilité de la chirurgie.
    5. Échographie (examen transabdominal et transrectal, cystouréthroscopie mictoscystique). Les méthodes vous permettent d'étudier l'état de l'organe et des tissus adjacents.

    Traitement du cancer de la prostate

    Pour commencer, il convient de noter que les méthodes alternatives de traitement de cette maladie dangereuse non seulement ne vous soulageront pas de la maladie, mais vous obligeront également à passer un temps précieux pendant lequel la maladie évoluera sans traitement médical adéquat.

    Pour le traitement du cancer au stade initial, des médicaments peuvent être prescrits, qui donnent souvent de bons résultats. Cependant, un pronostic plus favorable sera si la maladie est traitée de manière globale. Dans le même temps, le traitement chirurgical offre de nombreux avantages indéniables:

    • ablation complète du néoplasme pathologique,
    • la capacité de déterminer avec précision le stade de la maladie (ce qui est important pour la sélection de médicaments adéquats),
    • l'absence de rechute depuis longtemps,
    • survie élevée des patients.

    Aujourd'hui, les méthodes suivantes de traitement de l'oncologie masculine sont utilisées:

    1. Prostatectomie radicale avec vésicules séminales. Il s'agit de la méthode de traitement chirurgical la plus difficile, car il est important non seulement de retirer l'organe affecté, mais également de fournir au patient un niveau de vie normal (pour ne pas aggraver l'érection et la fonction du système urinaire). L'opération est généralement réalisée par voie laparoscopique. Il s'agit d'une technique mini-invasive qui vous permet de maximiser l'existence normale du patient.
    2. Radiothérapie à distance. Au cours de la procédure, la prostate et les ganglions lymphatiques adjacents sont irradiés.
    3. La thérapie HIFU est un traitement contre le cancer peu invasif qui utilise une ablation d'organe par ultrasons ciblée et très efficace. L'opération est réalisée par voie endorectale sous anesthésie péridurale. La destruction des cellules tumorales se produit sous l'influence d'ondes ultrasonores convergentes. La méthode vous permet soit de vous débarrasser complètement du cancer, soit de réduire la taille de la tumeur.
    4. Radiothérapie interstitielle. Le deuxième nom de la méthode de curiethérapie. Pour se débarrasser de la maladie, des grains contenant des médicaments radioactifs sont injectés dans la tumeur.
    5. Cryoablation de l'organe. Pendant la procédure, les tissus pathologiques sont gelés. La méthode vous permet de déterminer avec précision la zone de nécrose et la profondeur d'exposition afin de maintenir des cellules saines.
    6. La plus petite de toutes les monothérapies avec des antiandrogènes est utilisée.

    Le degré de traitement de la maladie et l'efficacité du traitement dépendent généralement du stade de la maladie. Plus tôt un traitement adéquat est commencé, plus les chances de se débarrasser complètement de la maladie et de se protéger contre les rechutes à l'avenir sont élevées. C'est pourquoi aujourd'hui tant d'argent est dépensé pour le dépistage et le diagnostic précoce de cette maladie.

    Regardez la video: Tumeurs de la prostate (Février 2020).

    Laissez Vos Commentaires