Articles Populaires

Choix De L'Éditeur - 2020

Chapeau juif: le nom et la description

Yermolka, kipa ou balles (Hébreu: כִּיפָּה balles, pluriel boum, Yiddish: יאַרמלקע yarmolke) Est une coiffure traditionnelle pour hommes juifs.
Dans le dictionnaire Dahl Yarmolka - "un bonnet léger sur la tête, sans coquille ni aucune augmentation, surtout du genre sur lequel les juifs l'ont cousu".
Dans l'Encyclopédie "Religion" balles - «la coiffure d'un Juif pieux, symbolisant la modestie, l'humilité et le respect du Tout-Puissant. C'est un petit chapeau rond (tricoté ou cousu en tissu) qui couvre la couronne "
Il peut être porté séparément ou sous le chapeau haut de forme. Yarmolka est parfois attachée aux cheveux avec une épingle à cheveux.

Chapeaux traditionnels d'hommes juifs: photos et noms

Une place spéciale dans la culture juive est occupée par les coiffes traditionnelles des Juifs. Après l'étoile de David, ils sont probablement l'un des symboles les plus reconnaissables de l'identité juive. Certains ne sont portés que pendant le culte, certains sont toujours portés, et certains ont des utilisations différentes selon le contexte ou le culte.

L'une des bonnes raisons de porter constamment des chapeaux était l'adaptation aux conditions climatiques. Les chapeaux juifs ont une grande variété de formes, mais en même temps, ils portent la puissance et la fermeté des traditions du peuple juif.

La coutume de porter la yermolka et ses origines

Dans les temps anciens, une coiffure était un signe de contact avec Dieu - la tête était couverte pendant le service au Tout-Puissant (pendant la prière, la récitation des bénédictions, l'étude de la Torah, etc.). La Torah (Shemot 28) demande aux koens servant dans le Temple de porter un chapeau. Certains Juifs portaient une balle tout le temps - par cela, ils voulaient montrer que toutes leurs actions visaient le Service. Le sens de cette règle coutumière est de montrer qu'un Juif est conscient de l'existence du Très-Haut et de Sa sagesse, l'appréciant même au-dessus de sa tête, la partie la plus développée et la plus importante de l'homme.

Chez les chrétiens, un homme respecte Dieu en enlevant sa coiffure, tandis que chez les juifs, en la portant. Pendant la journée, en particulier lors de la prière ou de la lecture de la Torah, la tête doit être recouverte d'une balle. En même temps, porter une yarmulka est une coutume, mais pas une loi: nulle part dans la Torah ou le Talmud les Juifs ne sont obligés de se couvrir nécessairement la tête. Les juifs orthodoxes portent toujours des balles, des conservateurs dans la synagogue et pendant les repas. Le judaïsme réformé considère le port d'une balle comme facultatif. Les juifs non religieux mettent une balle lors de la visite de la synagogue, pendant le deuil des morts et à la bar-mitsva (célébration de l'âge adulte). Les non-juifs ont également le droit de mettre une yarmulka s'ils le souhaitent, en signe de respect pour les traditions juives, ils le font souvent.

Dans le judaïsme orthodoxe, les femmes ne mettent jamais de balles, mais les juifs mariés se couvrent la tête d’un foulard ou d’une perruque (après le mariage, seul le mari peut voir les cheveux de la femme). Bien que, selon la tradition, la balle soit exclusivement une coiffure pour hommes, dans certains mouvements modernes du judaïsme, les femmes ne sont pas interdites de porter des balles.

Pour ceux qui pensent que le choix d'une yarmulke est une question simple, je suggère de visiter le magasin Kipot Levin sur la place Shabat ou les gaufrettes Kaftor sur la rue Mea Shearim à Jérusalem. Les étagères de ces magasins sont divisées en dizaines de petites cellules, dans lesquelles les yermolki sont disposés en taille, matière, forme. Tricoté, noir lisse, noir de soie, velours, petit sur une grosse tête et grand - sur un petit, pointu et plat, à six, quatre et huit coins. Un juif religieux voit son yarmulk de loin, va directement à l'étagère avec le style porté dans sa communauté et choisit la bonne taille. Un hassid, par exemple, n'achètera jamais un yarmulke en velours ou brodé, sans parler d'un tricot.

Il existe différents types de yarmuloks, et par leur type (couleur, taille et matériau), on peut facilement déterminer non seulement la religiosité d'un juif, mais aussi à quel type de courant et de direction du judaïsme une personne portant un yarmulk appartient. Les balles ashkénazes sont généralement constituées de quatre ou six coins de tissu de couleurs strictes, généralement un sommet noir et une doublure blanche. Les séfarades préfèrent les plus petits, colorés, tricotés ou décorés de broderies. Les hassidim portent une balle sous un chapeau ou un chapeau de fourrure. Balles blanches weiss yarmulke sont, par exemple, des représentants de certains chantiers hassidiques qui veulent faire allusion à l'appartenance aux étudiants de la Kabbale (principalement Hasidim Reb Arele (également appelé Toldes-Arn) et certains des Breslovsky et autres hassidim, résidents du quartier Mea Shearim). Parfois, une telle balle a un pompon. Les adhérents du mouvement Chabad portent une balle sextuple noire. Une yarmulka en velours noir, garnie de queues de renard ou de sable noir ou brun, sert de base à la coiffure de cérémonie hassidique, appelée shtrayml.

Pour la plupart des orthodoxies, les chapeaux couvrant toute la tête sont préférables à Yermolok. Hasidim a mis des chapeaux de fourrure pendant les vacances. D'autres orthodoxes plus libéraux portent des yermolks noirs. Le cours des «orthodoxes modernes» (disciples de Rabbi Cook) préfère les très petites yarmulkes tricotées. L'expression «balle d'un compagnon» («balle tricotée») signifie une communauté d'orthodoxes modernes, si quelqu'un est dit: «Il est une balle d'un compagnon», cela signifie qu'il est un orthodoxe moderne.

Le titre

Un juif juif religieux se distingue de la foule par un chapeau juif caractéristique. Il est facile de se souvenir de son nom, car c'est un mot très simple - "pile". Cependant, elle a un autre nom. Et vous vous êtes probablement dit quand vous avez vu un homme avec une casquette juive sur la tête: "Quel est le nom?" Vous pouvez voir une photo d'une telle pièce ci-dessous. Et un autre nom inhérent à cet élément des toilettes juives est yermolka.

Coiffe traditionnelle des hommes juifs

En général, les Juifs des pays européens ne portaient pas de vêtements différents de ceux de leurs voisins chrétiens. La seule exception à cela était qu'ils portaient divers chapeaux juifs. Les hommes hassidiques dépensent plusieurs centaines de dollars pour leurs chapeaux de feutre de l'ancienne ligne européenne.

Chapeau juif traditionnel

Yarmolka - une coiffure pour hommes, traditionnelle pour le peuple juif - une petite casquette légère qui ferme le haut de la tête, s'adapte parfaitement à la tête, de forme ronde sans marges et autour. Il peut être en tissu ou tricoté en fil.

Symbolise la modestie, la piété, l'humilité et la dévotion à Dieu.

But et tradition du port

Kipa traduit de l'hébreu signifie «hémisphère», «dôme». Les gens ont un autre nom - yermolka. Selon les scientifiques, le mot vient de l'expression "yere Malka", qui signifie "craindre Dieu". Selon la deuxième théorie, le nom de la coiffure a une racine commune avec le "Yamurluk" turc, qui se traduit par "imperméable avec capuche". Kipa ne fait pas seulement partie de la garde-robe nationale. C'est un objet qui a une signification spirituelle: l'adoration devant Dieu, l'évaluation de sa sagesse est plus élevée que le monde terrestre tout entier.

On pense que pour la première fois, la tête d'un Juif a été recouverte à la veille de l'apparition du Temple de Salomon, qui a servi de mesure préventive de l'insolation. Cependant, ici, on suppose que de cette façon, une personne a essayé d'abaisser son visage et de le cacher de la colère du Tout-Puissant. Une autre interprétation des raisons de l'apparition de la balle juive est l'interdiction faite au calife musulman Omar de porter des turbans pour les gens. On leur a ordonné de se couvrir la tête avec autre chose. Au cours de plusieurs siècles d'histoire, les Juifs ont été interdits à plusieurs reprises de porter des yermolks, y compris dans la Russie tsariste. Ensuite, leurs chapeaux caractéristiques ont été décrits comme des chapeaux.

Les relations sexuelles faibles portant un yarmulke étaient toujours interdites. Une coiffure féminine est un turban, des chapeaux et d'autres variétés sont également possibles.

Les représentants du clergé catholique portent une coiffe similaire après avoir rasé les tonsures et pris dignité. Dans ce cas, il s'appelle pyleolus. La casquette portée sur la tête des universitaires s'appelle académique. Les Svans (princesses de Svaneti) se tournent également vers elle. Il convient de noter que les juifs orthodoxes portent toujours un tel chapeau, conservateur - uniquement pour un repas dans la synagogue, et réformiste - pendant le deuil, les vacances, etc.

Ils ont mis un chapeau et des non-juifs en signe de respect pour les traditions.

Traveler Maniac

Faites immédiatement une réservation que nous parlerons des juifs religieux. Ils sont danois («dates» - religion), ils sont aussi appelés orthodoxes, en général des juifs qui observent la kashrut, adorent le Talmud et vivent de la Torah. Je vais les écrire séparément, maintenant je veux parler de leur apparence. Des photos pas les miennes, trouvées sur Internet pour illustrer l'histoire.

Je suis a écrit à propos couverture blanche, comme un poncho, c'est devenu intéressant ce qu'on appelle ça. J'ai commencé à creuser Internet. En conséquence, j'ai trouvé beaucoup de choses intéressantes. Commençons par les chapeaux.

Tant de Juifs, même ceux qui portent des vêtements normaux et modernes, portent balles. Elle est aussi appelée yarmulke. Pour moi, par exemple, ce n'est qu'un chapeau, mais en fait, ils diffèrent par la couleur, la matière et la couture pour une raison. Les juifs religieux choisissent la balle en fonction du style porté dans leur communauté.

En plus de la yarmolka, un juif met presque toujours un chapeau. Dans de rares cas, il peut s'agir d'un plafond appelé cercueil, un cercueil ou dasha. Mais en gros, c'est un chapeau noir. Il existe 34 types de base de ce couvre-chef, dont chacun témoigne de l'origine, de la communauté et même du statut social du propriétaire!

Litvak (Juif lituanien) ou Loubavitcher Hasid portent un chapeau kneych avec un pli longitudinal.

Litvak, un membre de haut rang de la communauté, porte un chapeau chic et cher Hambourgsans plis. Elle est aussi appelée maftyr gitl. Beaucoup de hassidim portent le plus simple des chapeaux en semaine - gouttelette, semblable à kneich, mais sans plis de tulle et plis de champs.

Et kneich, et kapelush, et la plupart des hamburgs sont en feutre solide. D'autres types de chapeaux sont faits de velours, plutôt comme du velours ou même de la fourrure noire à poil court, qui n'est pas inférieure en dureté au contreplaqué de dix millimètres. Par exemple Samet, l'un des styles les plus chers et les plus luxueux. Le propriétaire du Samet est presque certainement un hassid hongrois.

Ont encore pousser - Le chapeau traditionnel des Juifs héréditaires de Yerushalmi. Les gens l'appellent diseur de scintillement (soucoupe volante) ou super. Elle a de larges champs et la hauteur du corps n'est que de 10 cm.

Mais tout cela ne peut être comparé à une coiffe appelée shtrayml! C'est le chapeau de fourrure le plus naturel! Et il en existe également de nombreux types. Large et basse, avec une forme cylindrique régulière, elle est appelée «droite», les formes non strictes basses et larges, shaggy-shaggy sont appelées «chernobl», et un grand chapeau cylindrique en fourrure noire est appelé «spodik». Les hassidim hongrois, galicien et roumain portent un strum simple, le shaggy ukrainien Chernobl et le hassidim polonais comme spodik. C'est de la vraie fourrure! Dans la chaleur, oui. Récemment, même Pamela Anderson est venue en Israël dans l'espoir de persuader la Knesset (parlement israélien) d'interdire la vente de fourrures naturelles, et les orthodoxes de refuser de porter ces shtrimlov :)

Arrêtons-nous là-dessus. Dans la partie suivante, nous allons essayer de comprendre les vêtements des juifs orthodoxes. Ne changez pas :)

La description

Il s'agit d'un très petit bonnet, le plus souvent tricoté ou cousu à partir de plusieurs morceaux de tissu, qui recouvre la couronne. Elle n'a pas de fonction. Tout son sens est enraciné dans la tradition religieuse. Par conséquent, ils portent souvent un yarmulk même lorsqu'ils mettent une autre coiffure, par exemple un chapeau. Bien sûr, ces chapeaux peuvent parfois s'envoler, par exemple, sous une rafale de vent. Pour éviter une telle situation gênante, certains Juifs l'attachent à leurs cheveux avec une pince à cheveux spéciale.

Origine

Les connaisseurs de la linguistique noteront probablement la consonance du mot "yarmulka", comme la coiffure est appelée dans les langues de différentes nations. Très probablement, il provenait du jagmurluk turc, qui signifie «imperméable».

Un peu plus tard, il a été emprunté par les Slaves. En vieux russe, il y a un mot emurluk de la même signification. En polonais, jarmułka signifie «chapeau».

Les Juifs donnent deux options pour l'origine du nom Yermolka. L'expression yare malka - dans la traduction «crainte du roi», par le roi signifie Dieu. Ou vous me-eloka, littéralement de l'hébreu - «peur de Dieu».

Au secours! «Kipa» est traduit par «dôme» ou «protection». En français et en italien, il y a aussi des mots avec un sens similaire et un son proche - calotte (Fr.), calotta (italien).

Dans les magasins de vêtements juifs sur les étagères, il y a un large assortiment de yermolks, qui diffèrent:

  • en taille
  • en couleur non seulement le haut, mais aussi la doublure,
  • selon la matière - velours, soie,
  • dans le style - quatre, six et huit coins,
  • en forme - pointu et plat,
  • sur la finition - lisse, brodé, tricoté, garni de fourrure ou au pinceau, pompon sur la couronne.

La diversité des espèces est due aux traditions de la communauté à laquelle appartient le propriétaire de la balle. Donc, vraiment, le beau-frère voit le beau-frère - des Juifs dans la coiffure - de loin.

Pourquoi les balles sont différentes

Les chapeaux juifs sont classés non seulement selon leur performance, mais aussi selon les règles de la communauté. Yermolka peut en dire long sur son maître, par exemple, sur la religion à laquelle il appartient. Aujourd'hui, vous pouvez rencontrer la coiffe nationale des Juifs - une balle - de différents types et styles, avec une coupe diversifiée et des couleurs différentes.

L'apparence différente des chapeaux peut s'expliquer par l'histoire particulière du peuple. La longue absence d'un seul État a conduit à la création de règles pour chaque communauté, y compris celles affectant les coiffures des hommes. Kipa est devenu la marque de fabrique de divers groupes et mouvements religieux au sein du judaïsme. Par exemple, les néo-orthodoxes américains ont choisi un modèle en cuir noir pour eux-mêmes, et les sionistes ont choisi un ami (un chapeau en tissu tricoté). Une grande yarmulka blanche, complétée par une brosse, est un accessoire du Bratslav Hasidim. Le kipa de velours noir est typique des représentants de la communauté fermée de Haredim. Sruga - bonnet tricoté de sionistes Communauté Black Velvet Bale of Haredim Kipa avec un gland - appartenant à Bratslav Hasidim Botte en cuir noir de néo-orthodoxe américain

Le portent-ils de nos jours?

Les chapeaux juifs peuvent être portés non seulement par les hommes, mais aussi par les femmes. Cependant, dans ce cas, la personne n'est pas considérée comme un juif orthodoxe. Cela fait référence à une tendance réformiste ou conservatrice. Alors que les Juifs s'intègrent de plus en plus dans le monde moderne, des pratiques telles que le port d'une balle deviennent régulièrement tabou.

Même lorsque le désir de préserver l'identité juive demeure important, les juifs ne veulent rien faire pour attirer l'attention sur eux. Pour certains, porter un crochet peut signifier exactement le contraire - créant une barrière entre l'homme et Dieu.

La coiffure des hommes juifs ne s'arrête pas là. Au sommet de la pile, mettez un cercueil ou dashka. Le plus souvent, à cet effet, ils ont mis un chapeau noir. Au total, il existe environ 34 principaux types de ce casque. Les hassidim portent des chapeaux noirs en semaine, comme presque tous les Heredim d'aujourd'hui. Avant la Première Guerre mondiale, les Juifs portaient une casquette.

Kolpik est un type de couvre-chef porté dans les familles de nombreux hassidiques Rebbe. Il est fait de fourrure brune, contrairement au spodik porté par les dynasties hassidiques polonaises, qui sont faites de fourrure noire.

Il y a aussi un streymel - un chapeau de fourrure porté par les juifs ultra-orthodoxes mariés, en particulier les membres des groupes hassidiques, le samedi et les fêtes juives.Sidik - un tel chapeau de fourrure est différent en ce qu'il est grand, mince et cylindrique.

Comme porté avant et porté à notre époque

Si les chrétiens chrétiens, entrant dans le temple, ôtent leur chapeau, montrant cette révérence pour Dieu, alors les juifs, au contraire, portent une balle comme signe d'une révérence spéciale pour le Très-Haut.

Il est porté dans le temple, pour la prière et l'étude de la Torah (loi religieuse juive, le Pentateuque de Moïse), lors des repas, en signe de deuil pour les morts, en l'honneur de la fête de la maturité (bar mitzvah). Les orthodoxes n'enlèvent pas un tas.

La yarmolka est revêtue d'une coiffe indépendante et laissée sous une autre coiffe nationale - un chapeau ou un chapeau de fourrure.

Une telle petite casquette est maintenue sur la tête à l'aide d'une épingle à cheveux spéciale.

Les juifs orthodoxes préfèrent porter des chapeaux; les orthodoxes libéraux modernes choisissent de petites balles tricotées.

Au secours! Le petit chapeau rond n'est pas seulement aimé des Juifs. En Russie, les aristocrates se sont permis d'aller dans une yarmulke. Avec une robe de chambre et un slafrook (une veste ample en tissu doux), elle était considérée comme le vêtement de maison des nobles messieurs.

Le pape lors des événements officiels porte également une coiffe blanche qui ressemble à une balle. C'est le chapeau traditionnel des prêtres catholiques, qu'ils ont mis immédiatement après avoir pris la dignité. Le cardinal Richelieu avait le droit de porter une casquette rouge, moyen de couleur noire appartenant à l'abbaye.

Yarmolka - un petit chapeau rond est présent, comme attribut d'un diplôme supérieur, dans les portraits d'académiciens célèbres. Les professeurs de science de la vieille garde le portent encore aujourd'hui.

Et quand un personnage de Géorgie ensoleillée apparaît dans le film soviétique, il fait étalage dans un aéroport de cap, s'il est un résident de la ville. Les bergers des villages de montagne sont apparus à l'écran dans un petit chapeau de feutre gris avec une garniture de tresse qui ressemble étroitement à une yarmulke ...

À propos du port d'une balle

Ci-dessus, nous avons découvert le nom du chapeau juif sur la tête d'un juif croyant. Attardons-nous maintenant plus en détail sur le sens de cette coutume. Ainsi, dans les temps anciens, la couverture de la tête était un symbole de l'adoration de l'homme devant Dieu. Donc, si de nos jours il est de coutume d'enlever un chapeau en signe de respect, alors dans la Palestine antique, au contraire, ils se couvraient la tête. La même tradition a été préservée dans le judaïsme en tant que système religieux. Mais si auparavant une couverture de prière était principalement utilisée pour couvrir la tête, aujourd'hui ce chapeau très juif est apparu. Ce qu'on appelle un tel voile, le même n'est pas un secret - talit. En général, ils sont encore utilisés aujourd'hui, mais principalement par des fidèles - rabbins, Khazans, etc.

La Bible est censée être portée par la Bible uniquement aux serviteurs du Temple de Jérusalem, qui depuis près de deux mille ans n'a pas existé. Cependant, la coutume de se couvrir la tête avec une pile et n'a pas le statut de loi. C'est une coutume pieuse. Les juifs orthodoxes le portent tout le temps. Les adhérents de l'aile conservatrice ne mettent une yarmulka que pendant la prière et la nourriture. Les adhérents des associations réformistes juives pensent que le port d'une balle est un choix personnel, mais, en principe, facultatif. Il est intéressant que les non-croyants et les incroyants puissent mettre une yarmulke - d'une part, lorsqu'ils entrent dans la synagogue (parfois elle est même chargée), et d'autre part, à tout moment par désir personnel, afin d'exprimer le respect ou la solidarité avec la communauté juive et la religion (selon le contexte de la situation).

Il convient de noter que la yarmolka est une coiffure pour homme. Dans certains courants du judaïsme, cependant, les femmes sont également autorisées à porter un chapeau juif caractéristique. Ce que ce plafond est appelé dans ce cas, la tradition ne rapporte pas. Très probablement, exactement la même chose.

Variété moderne de yermolok

Les Juifs d'aujourd'hui portent une variété de yermolks. Ils varient en forme, matière, coupe, finition et taille. Modèles principaux:

  1. Velvet Six-Link. Le matériau principal est le velours, la doublure est en polyester. Il y a souvent une bordure satinée autour du bord.
  2. Quatre lames en velours. Similaire à la précédente, mais dispose de 4 coins. Il est en daim.
  3. Velours coloré. Il est principalement destiné aux enfants.
  4. Breslovskaya. Tricoté à partir de fil blanc épais avec un mantra Breslov. A une broderie bleue ou noire.
  5. Chabad-Loubavitch Meshikhit. Il est cousu en tissu tyrélin noir, décoré d'un slogan messianique.
  6. Térylène. Il ressemble à un velours, mais léger et confortable. On le trouve parmi les adhérents des mouvements Chabad-Loubavitch, ainsi que Gur Hasidim.
  7. Boukhara yarmolka. Significativement plus grande, a une broderie brillante.
  8. Satin. Elle est caractéristique des juifs conservateurs et réformistes.

Le choix du yermolka n'est pas une question de préférences gustatives personnelles d'un juif. Cela dépend de son confessionnalité et de son appartenance ethnique, ainsi que du degré de religiosité.

Options de couleurs

Il y a une division des Yermoloks en quotidien et festif, en particulier pour les juifs orthodoxes et libéraux. Les options chics sont en satin blanc, décorées d'une étoile de David ou en satin beige. Ils peuvent être brodés de fils d'or ou d'argent, décorés de rayures multicolores tricotées sur une machine à écrire. Les balles aux couleurs vives sont portées lors des fêtes religieuses, ainsi que, par exemple, à l'âge adulte.

Une caractéristique distinctive de ces derniers temps est la casquette de couleur camouflage. L'intersection avec le thème de l'armée n'est pas un hasard. La société discute du séjour des juifs religieux au service militaire. Une balle festive (velours bleu ou noir) est à la base du strum. Il est coupé le long du contour avec des queues de sable ou de renard. Malgré la variété des yarmoloks existants, la balle noire reste l'option universelle, qui est le plus souvent utilisée par les Juifs sans convictions religieuses. Camouflage Bleu festif Avec fourrure

Coupe et forme

Les balles peuvent être petites, moyennes et grandes (selon la partie de la tête qu'elles couvrent), être cousues ou tricotées. Souvent, les produits sont fabriqués à partir d'une seule pièce de tissu en utilisant une coupe spéciale à l'aide de fléchettes. La deuxième option pour la couture consiste à détacher le bonnet des pièces individuelles, des coins. La fin d'une telle balle est une manchette invisible autour du périmètre.

Il existe des produits pointus, plats, à six, quatre et huit coins. Par exemple, les orthodoxes modernes ont choisi pour eux-mêmes de petites balles de tissu tricoté. Les hassidim, un groupe de juifs plus conservateurs, portent des modèles qui couvrent les deux ou même les trois quarts de leur tête. Ils ont également des différences de coupe - les balles sont plus plates, ont souvent une bordure.

La petite taille de la balle, qui se perd souvent dans les cheveux (ou est clairement visible sur la peau fraîchement rasée), lui a donné un nouveau nom - poire bouillante. Au nom de ce chapeau, ils jugent si le propriétaire est prêt à refuser de le porter.

Caractéristiques traditionnelles des différentes tendances religieuses

Les juifs orthodoxes considèrent le port constant d'une yarmulka obligatoire. Les conservateurs sont limités à la synagogue et aux heures de repas. Dans Hasidim, un chapeau de fourrure ferme le tas. Les juifs réformés ne considèrent pas la présence d'un chapeau sur la tête d'un juif comme nécessaire. Les personnes non religieuses l'ont mis pendant le deuil, la célébration de l'âge adulte. Lorsque vous servez Dieu dans la synagogue, une telle coiffure est requise.

Chez les Juifs ashkénazes, la balle a quatre ou six coins (d'où le nom: quatre, six pales). De plus, ce sont toutes des couleurs sombres, souvent noires. Le jaune séfarade n'est pas si modeste: il a des broderies, des ornements et peut être décoré de couleurs vives. Les juifs hassidistes ont mis des chapeaux sur une balle. Leur yarmulka est souvent blanche, ce qui signifie une familiarité avec la Kabbale. Les Chabadniks préfèrent les modèles noirs à six pièces. Les sionistes portent un ami (un bonnet de tissu tricoté), et ceux qui étudient attentivement la Kabbale - weiss yarmulka (en d'autres termes, un tas blanc). Pour un hassid, un casque festif est un velours noir garni de fourrure de renard sable ou argent.

On pense que pour des raisons religieuses, les garçons commencent à porter des balles à partir de 13 ans, mais aujourd'hui, vous pouvez souvent voir des enfants plus jeunes avec cet attribut sur la tête. Une petite balle spéciale leur est achetée. Les enfants des Litvaks portent des casquettes à six capuchons - une option qui ressemble un peu à un cercueil.

Dans le monde hellénistique, une prière dominante juive du matin était autorisée à être tête nue. C'était monnaie courante lorsque d'importants rabbins jetaient un châle juif sur leur tête. Au Moyen Âge, pour démontrer leur piété, ils ont attaché une balle à leur tête (cela a été prescrit par Shulchan Aruch).

Cette tendance s'est maintenue jusqu'à présent: Yermolka est en train de lire des prières sur les Juifs. «Mishna Brura» note qu'une tête couverte est le commandement de la Torah, recommande donc même de dormir en tas.

Comment porter

La yarmolka, cousue de façon classique, a un poids considérable, elle repose donc seule sur la tête. Les rabbins donnent des conseils sur la mise en place d'une pile (essayant différentes options) devant le miroir jusqu'à ce qu'il repose fermement sur le dessus de la tête. Il y a aussi la déclaration suivante: si le chapeau n'est pas tombé de la tête d'une personne qui y a passé toute la nuit au lit, alors c'est la taille la plus appropriée pour lui. Cependant, il existe des cas où, en raison d'un matériau léger, il ne tient pas bien entre les boucles et les mouches. Pour ces options, les juifs ont des pinces à cheveux spéciales. Pour de nombreuses personnes curieuses, la question se pose: comment le yarmulk repose-t-il sur une tête fraîchement rasée. S'il s'envole lorsqu'il est lâche, il peut être fixé à l'aide de caoutchouc silicone ou de ruban adhésif double face. Les enfants qui passent activement du temps dans la rue, pour ne pas porter d'épingles à cheveux et toutes sortes de pinces à linge, mettent une casquette de baseball sur le dessus de la pile, de sorte qu'elle ne tombera certainement pas de votre tête.

Autres chapeaux nationaux

Le bonnet de Judée n'est pas la seule coiffe d'un juif. En plus, des dashas, ​​un cercueil ou un chapeau noir sont portés. Il en existe environ 35. Par exemple, dans les familles du Rabbi hassidique, ils ont mis un bonnet en fourrure brune sur la tête. C'est sa différence avec le spodika (appartenant aux dynasties hassidiques polonaises). Les Juifs héréditaires de Yerushalmi ont un chapeau en peluche traditionnel. Son deuxième nom est le flicker-teller (soucoupe volante ou super). Il se caractérise par de larges champs et des sommets bas (jusqu'à 10 cm). Certains types de chapeaux sont cousus en velours qui ressemble à de la fourrure noire à poil court. Parmi ces modèles se trouve le Samet.

Yarmolki et kippots sont des variétés de calottes juives, mais elles ne sont pas équivalentes. Ainsi, selon les scientifiques, le terme «kippa» est utilisé dans les diasporas, signifiant simplement un chapeau qui est porté pour des raisons religieuses. La yarmulka Yiddish originale est une casquette en satin ou en feutre, qui a une doublure en coton naturel. Les hommes juifs, ainsi que les balles, portent également des chapeaux et des chapeaux en fourrure.

Les hassidim, pour lesquels le rythme est une caractéristique distinctive des coiffures, portent des six liens en velours. Dans le même temps, les brins non coupés se détachent clairement sur le fond de la coupe de cheveux courte globale. Litvaki, mettant de l'yarmulk à quatre coins, glisse des paisas sur leurs oreilles. Les juifs orthodoxes, pour qui le port d'un casque traditionnel est un must, portent un chapeau noir dessus. Très rarement, au lieu d'elle, vous pouvez voir un chapeau spécial - un cercueil.

Les femmes juives mariées se couvrent la tête de foulards. On pense que leurs cheveux font partie du corps que seul son mari peut voir. La deuxième version du casque est une perruque. Le Scheitel (une perruque faite de cheveux artificiels ou naturels) est porté dans les familles appartenant au judaïsme orthodoxe, quel que soit le mode de vie ou la profession.

Kipa n'est pas seulement un chapeau juif qui distingue son maître de la foule. C'est un symbole qui démontre à lui-même et aux autres que son propriétaire est humble, humble et respectueux envers Dieu. De plus, le chapeau indique l'origine de l'homme, sa communauté. Dasha Bonnet en fourrure Chapeau traditionnel Kippot Wedding Cap Yiddol Satin Yarmolka

Caractéristiques d'un tel chapeau

Tous les kippots et yarmulka sont des calottes, chaque yarmulka est une balle, mais toutes les balles ne sont pas des yarmulka.

En effet, le mot hébreu kippa, tel qu'il est utilisé en Israël et de plus en plus dans la diaspora, signifie toute calotte portée par un juif pour des raisons religieuses, tandis que la yermolka, qui vient du yiddish, se réfère généralement uniquement au bonnet en satin ou en feutre cousu, généralement avec une doublure en coton.

Conclusion

Chaque chapeau, quel que soit son type et ses caractéristiques, se porte sur une yarmulka noire. Pour Hasidim, la méthode d'habillage du chapeau est telle qu'elle vous permet de voir la yarmulke sous le dos du chapeau. Une telle tradition chez les Juifs n'est pas accidentelle; ils croient que se couvrir la tête donne du respect à Dieu et empêche une personne de pécher.

Types de Yermolok

Il existe de nombreux types et styles qu'un chapeau juif peut avoir. Il est très difficile d'étudier et de décrire le nom de l'un ou de l'autre, car la classification peut être effectuée non seulement par taille, matériaux, formes et couleurs, mais aussi par traditions intracommunautaires. Cependant, si vous étudiez tout ce système, avec un jaune d'œuf, il sera facile de calculer à quelle tendance religieuse appartient le Juif. Et dans certains cas, pour apprendre autre chose. Par exemple, les Juifs ashkénazes portent des balles à quatre ou six coins. Les couleurs sont strictes, le plus souvent c'est du noir. Mais les séfarades, au contraire, adorent les petits yermolki colorés avec broderie ou ornement. Les adeptes du hassidisme préfèrent cacher leurs balles sous des chapeaux et des chapeaux de fourrure. Certains d'entre eux portent des balles blanches comme signe qu'ils étudient la Kabbale. Au fait, il existe des pinceaux spéciaux qui peuvent être utilisés pour décorer un chapeau juif. Comme on l'appelle avec des nattes, une balle en velours est également connue sous le nom de strum. Mais habadniki porte un noir strict à six maillons.

Etymologie

Le mot "yermolka" vient de la langue turque et est le plus souvent associé au mot "yagmurluk", qui signifie "imperméable". Utilisé chez les Juifs, ce mot est venu de la langue polonaise dans laquelle il signifie chapeau. D'autres théories élèvent le mot «yarmolka» aux racines juives ou araméennes et lui donnent le sens de «craindre Dieu» ou «peur du roi». Mais quant au mot «kipa», il signifie en hébreu simplement «couvrant». Il est également appelé, par exemple, le dôme en tant qu'élément architectural. Soit dit en passant, en parlant du nom de la casquette juive sur la tête, il ne serait pas hors de propos de mentionner que le stress dans la langue hébraïque dans le mot "kipa" tombe sur la dernière syllabe, tandis qu'en russe - le plus souvent sur la première.

Regardez la video: JERUSALEM - Ces juifs ultra-orthodoxes qui ne veulent plus voir de femmes prier (Février 2020).

Laissez Vos Commentaires